chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soulrot - Nameless Hideous Manifestations

Chronique

Soulrot Nameless Hideous Manifestations
Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais Keyser et moi-même sommes embarqués depuis quelques années déjà dans une mission d’utilité publique consistant à défricher la scène underground chilienne et à vous la restituer à travers quelques écrits qui, bien souvent, ne manquent pas d’enthousiasme. Car si tout n’est pas forcément bon à prendre, l’essentiel des sorties étiquetées Death Metal en provenance du Chili restent tout de même particulièrement recommandables.

C’est le cas du premier album de Soulrot paru l’année dernière sur le label espagnol Memento Mori Records. Formé en 2013 à Valparaíso, le trio s’acquitte de quelques sorties quasi-obligatoires pour un groupe de sa stature (une démo puis un EP) avant de s’atteler à la composition de Nameless Hideous Manifestations, premier album illustré par le talentueux Juanjo Castellano. Un coup de pinceaux qui forcément me fera me pencher sur le cas de ces trois Chiliens qui, à ma grande surprise, pratiquent un Death Metal largement influencé par la scène suédoise de la fin des années 80/début des années 90, Carnage et Dismember en tête.

Plutôt habitué aux productions de type Black/Death bestial (Perversor, Wrathprayer, Slaughtbbath…), Death sombre et blasphématoire (Cenotafio, Magnanimvs, Totten Korps…) voir Thrash (Ripper, Invincible Force, Hellish…), je ne m’attendais pas à trouver de la part d’un groupe chilien ce genre d’influences typiquement suédoises. Une bonne surprise même si effectivement le spectre de la bande à Matti Kärki plane fortement sur les dix titres de ce premier album. Mais puisque Smothered a tiré sa révérence l’année dernière et que Brutally Deceased a perdu le peu d’inspiration qu’il avait au profit d’une production over the top encore plus abusée que sur ces deux premiers albums, peu nombreux sont à mes yeux les formations dignes d’intérêt marchant aujourd’hui dans les pas du célèbre groupe de Stockholm. Alors forcément, ce premier album de Soulrot, s’il ne brille ni par son originalité ni par ses prises de risques, demeure malgré tout du pain béni pour tous les amateurs du son gras et rugueux de Dismember.
Enregistré par le groupe lui-même et masterisé par Jack Conrow aux Enormous Door Studios (Antichrist, Darkthrone, Insurgency, Mammoth Grinder, ZOM…), ce premier album bénéficie d’une production évidemment très typée Sunlight Studios. Un son rugueux et abrasif qui d’emblée confère à Nameless Hideous Manifestations une couleur bien particulière et facilement identifiable. De toute façon, il fallait bien ce genre de production pour coller aux compositions imaginées par Soulrot. Si les riffs tronçonneuses se taillent évidemment la part du lion, ils sont également accompagnés par une section rythmique particulièrement musclée qui ne faiblit qu’en de rares occasions. Des moments choisis avec soin pour rompre avec ces accélérations Punk toujours aussi jouissives (je n’ai jamais pu résister à une bonne séance de tchouka-tchouka) et autres séquences de blasts punitifs (allez, semi-blasts pour faire plaisir à l’ami Keyser). Car du haut de ses trente-six minutes, ce premier album se concentre bien évidemment sur l‘essentiel, frappez vite et fort comme seul et unique modèle. Une approche frontale, sans grande originalité mais encore une fois terriblement efficace pour peu que vous soyez client de ce genre de Death Metal scandinave mené la rage au ventre.
Soulrot porte également une certaine attention à la place des mélodies dans les compositions qu’il propose. Si les riffs ne font certainement pas dans la finesse à charcuter comme ils le font, cela n’empêche pas le guitariste Jose Olmos de livrer d’excellents leads et autres soli tout au long de l’album (ce lead à vous coller des frissons sur le début de l’excellent "Those Who Dwell In The Abyss" mais aussi "Infertile Anti-Womb" à 2:38 ou bien encore "Incorporeal Autopsy" à 3:01). Exactement ce qu’il faut pour renforcer cette atmosphère sombre et inquiétante déjà distillée par ces riffs menaçants. Dommage que Soulrot ne n’en serve pas davantage, cela aurait sûrement été un plus pour les Chiliens. Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant, Nameless Hideous Manifestations est un premier album rondement mené dont le seul défaut est probablement le risque éventuel d’essoufflement passé un certain nombre d’écoutes. Personnellement je n’en suis pas encore là mais c’est clairement le genre de disque duquel il faut parfois se méfier de ses premières bonnes impressions, tout simplement parce que personne ne fera jamais mieux qu’Entombed et Dismember en la matière.

Amateurs de Death Metal rugueux typique de ce que la Suède pouvait produire aux débuts des années 90, ce premier album de Soulrot devrait combler sans mal toutes vos attentes. On y trouve à peu près tout ce qui faisait le charme des productions de l’époque même si, en effet, j’aurai apprécié entendre davantage de leads et de soli tout au long de ces trente-six minutes. Quoi qu’il en soit, si pour vous l’efficacité prime sur tout le reste et notamment l’originalité, alors ce Nameless Hideous Manifestations devrait figurer en bonne place de vos listes d’écoutes. Ce n’est certes pas le disque de l’année (ou plutôt celui de l’année dernière) mais il fait largement son office dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
30/10/2018 06:41
note: 6/10
Le drive de la HM2 est pas sur 11 (sur 6-7 quand même) mais bon pas forcément super inspiré, j'ai pas réussi à finir l'album. On a fait mieux dans le genre, comme dit Keyser assez random finalement. Dommage
Keyser citer
Keyser
29/10/2018 20:52
Aguiché par la pochette et l'origine, je ne suis finalement pas trop retourné sur cet album que j'ai trouvé assez générique pour ma part. Bon faut dire que le son suédois n'est pas forcément celui que je préfère. Je retenterai peut-être à l'occaz...
N4pht4 citer
N4pht4
29/10/2018 13:15
note: 6/10
J'allais justement demander s'ils avaient abusé de la HM2 comme il était de mise en Suède à l'époque citée. J'en peux plus de ce son... En tout cas d'accord avec tout le monde, l'artwork est classe et donne envie !
yog citer
yog
29/10/2018 12:30
Artwork sublime en effet ! (pas certain que j'ai envie de me taper un x ième album de Death metal #HM2 #Sunlightstudio #DismemberEntombedGraveUnleashed4ever, par contre)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soulrot
Death Metal
2017 - Memento Mori
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Soulrot
Soulrot
Death Metal - 2013 - Chili
  

tracklist
01.   Desde El Arrecife Del Diablo...  (00:25)
02.   Those Who Dwell In The Abyss  (05:18)
03.   From My Grave  (02:49)
04.   Ectoplasmic Revelations  (05:25)
05.   Infertile Anti-Womb  (03:54)
06.   This Putrid Canvas  (04:28)
07.   Majestic Rot  (03:01)
08.   Incorporeal Autopsy  (03:50)
09.   Blackstone  (02:57)
10.   Transfigured Through The Void  (04:40)

Durée : 36:47

line up
parution
24 Avril 2017

Essayez aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Live Cannibalism (Live)

2000 - Metal Blade Records
  
The Forsaken
The Forsaken
Beyond Redemption

2012 - Massacre Records
  
Sarcophagy
Sarcophagy
The Summoning

2012 - Sevared Records
  
Escarnium
Escarnium
Rex Verminorum (EP)

2011 - Hellthrasher Productions
  
Nucleus
Nucleus
Sentient

2016 - Unspeakable Axe Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview