chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bloodbath - The Arrow of Satan Is Drawn

Chronique

Bloodbath The Arrow of Satan Is Drawn
Après l’étiquette « tribute swedeath alcoolisé » puis « swedeath deluxe », le « All-Star-Band » Bloodbath semble avoir véritablement passé le cap du groupe « dandy de studio » depuis l’arrivée de « old » Nick Holmes (à l’agenda moins compliqué que Mickael Åkerfeldt). Je compte déjà 35 dates de festival (sur Setlistfm) depuis 2015 et surtout une première tournée en vingt ans d’existence (prévue pour novembre) ! Katatonia étant « stand-by » pour une période encore indéfinie, Jonas et Anders peuvent désormais s’investir entièrement à la cause du bain ensanglanté. Un groupe au line-up remanié, malheureusement à l’instar de maître Dan Swanö, une éviction éclair sans préavis pour le pauvre Sodomizer (cf son post sur sa page Facebook), remplacé étonnamment par Joakim Karlsson (guitariste fondateur de Craft). Une nouvelle touche black metal ? Curieux d’entendre la chose. Difficile de passer à côté sinon, pour ce cinquième opus la nouvelle coqueluche surdouée Eliran Kantor (Hate Eternal, Krisiun, Soulfly, Satan, Sigh… Rien que pour cette année) est appelée pour une peinture juste magnifique.

Montez bien le volume, raz-de-marée sonore dès les premières secondes de l’ouverture « Fleischmann » (bibi collé au siège) en passant par l’introduction de « March Of The Crucifiers » (ma nuque est possédée par le Malin). Une production juste hallucinante pour le genre et un retour au son « HM-2 » orgasmique (encore plus poussé que sur Grand Morbid Funeral) pour un rendu qui rappellerait presque un Breeding Death. Démonstration parfaite sur le premier extrait dévoilé « Bloodicide » : groovy, catchy, soli horrifiques, breaks parsemés et paroles « clichesques » au possible. A imiter avec le trio de guest « crème » britannique : Jeff Walker (Carcass), Karl Willetts (Memoriam, ex-Bolt Thrower) et John Walker (Cancer). « Dark cathedral claiming souls! Shredded cries of anguish choke! Suffering, in blood we’re drowned! Stripped and bled, the broken bound! ». Mais autant vous prévenir de suite, il s’agit du seul morceau avec cette efficience… Un soufflé qui redescendra petit à petit.

Evidemment le gros sujet à débat arrive, les vocaux du « vieux » Nick. Je me fie à ce que j’entends ici : un produit studio peaufiné à l’extrême avec le mixage flatteur qu’il faut. Une touche « cradingue » (gardien de cimetière sociopathe et « illuminati ») et « old school » qui sied parfaitement à leur death metal je trouve. Pour le rendu « live », c’est autre chose. Mais le DVD Bloodbath over Bloodstock rappellera le chant death atroce pour ceux regrettant Mikael Åkerfeldt… Pour ma part, je fais partie de ceux pleurant Peter Tägtgren (nouvel Hypocrisy très bientôt, oh oui !).

Le teasing sur la présence du guitariste de Craft était plutôt aguicheur et prometteur pour la suite… Sauf qu’en décortiquant minutieusement et en retournant l’album dans tous les sens, le gaillard n’apportera quasiment rien à Bloodbath, laissant le duo Nyström/Renkse gérer les compositions. On retiendra la légère fibre black sur les arpèges de « Fleischmann » (je pencherais d'avantage vers Anders) et l’ambiancé « Only The Dead Survive » (tremoli avec effet « delay ») mais un aspect vraiment famélique pour nous sustenter. Chose qui conforte ce sentiment d’inachevé à l’instar des quelques idées un peu rafraîchissantes pour la bande mais encore trop « light » : les passages rock ‘n’roll (« Wayward Samaritan » et « Warhead Ritual » tout droit sortis d’un The Crown), death/thrash plus « moderne » (« Morbid Antichrist » à 2:05), les quelques mélodies disséminées (« Deader » à la patte Anders, façon Diabolical Masquerade à 2:30) ou encore les faux semblant « mid-tempo » pour un uppercut venu de nulle part (méchant break de « Levitator » à 1:35).

Finalement on retrouve les mêmes défauts que les deux précédents albums, à savoir un swedeath relativement léché qui fait indubitablement son effet les premières écoutes. L’euphorie estompée et le son outrancier de côté, un album en pilotage automatique sans réels hits et aux quelques baisses de régime à mi-parcours. Je pense à « Morbid Antichrist » et « Warhead Ritual » assez lambda ou « Chainsaw Lullaby » qui termine la galette en eau de boudin (paroles gore et samples de tronçonneuses sympathiques néanmoins). Grinçant car encore une fois il manque un rien pour que Bloodbath puisse marquer nos esgourdes et monter d’un échelon. Des morceaux un peu plus affutés ou ces idées (citées en haut) plus abouties comme pistes éventuelles.

La malédiction continue pour Bloodbath, un death « old school » aux compositions fignolées (bien au-dessus de la masse) et au son HM-2 « mammouthesque » qui retombera après quelques écoutes. Des pannes d’inspiration à mi-chemin, un Joakim Karlsson (Craft) inexploité et un album manquant encore de réels hits (« Bloodicide » de côté) qui laisseront ce The Arrow of Satan Is Drawn prendre la poussière dans le tiroir. D’ailleurs qui parmi vous ressort encore régulièrement The Fathomless Mastery ou Grand Morbid Funeral ? Pas grand monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

CtsTheRealOne citer
CtsTheRealOne
18/12/2018 19:17
note: 7/10
personnellement, j'ai trouvé cet album plutôt bon (sans être un album d’exception qui révolutionne le death metal) même si il est rempli de défauts. Mais à part ça, très bonne chronique!
colin.lmbrt citer
colin.lmbrt
05/11/2018 23:19
note: 7/10
Bon album, mais à côté des deux premiers, il fait pâle figure
Rillettes citer
Rillettes
19/10/2018 15:55
Bloodbath ne reviendront pas sur le devant de la scène tant qu'ils ne se seront pas débarrassés du chant poussif et creux de Holmes. Des prestations live anémiques, aucune présence... Je me demande encore ce que le bonhomme a bien pu faire pour prendre la place de Akerfeldt ou Tagtgren...
Bras Cassé citer
Bras Cassé
18/10/2018 20:07
Jamais compris le bashing autour The Fathomless Mastery qui est une petite merveille pour moi. Par contre d’accord sur Grand Morbid Funeral qui est mauvais avec Holmes à la voix centenaire.
Ta kro ne me rassure pas.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
18/10/2018 16:47
Visiblement mes craintes étaient fondées, ayant été royalement déçu des deux derniers opus (qui ne sont pas sortis de l'étagère depuis un bail) et n'ayant pas été convaincu plus que ça par le premier extrait je sens que je vais passer mon tour ... Dommage que les mecs ne prennent plus de risques malgré leur pedigree et leurs qualités techniques indéniables, et se contentent de jouer la facilité ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodbath
Death Metal
2018 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  6.9/10
Webzines : (9)  8.17/10

plus d'infos sur
Bloodbath
Bloodbath
Death Metal - 1998 - Suède
  

vidéos
Chainsaw Lullaby
Chainsaw Lullaby
Bloodbath

Extrait de "The Arrow of Satan Is Drawn"
  

tracklist
01.   Fleischmann  (03:38)
02.   Bloodicide  (04:56)
03.   Wayward Samaritan  (03:39)
04.   Levitator  (04:37)
05.   Deader  (04:05)
06.   March of the Crucifers  (04:04)
07.   Morbid Antichrist  (04:04)
08.   Warhead Ritual  (03:38)
09.   Only the Dead Survive  (05:06)
10.   Chainsaw Lullaby  (03:20)

Durée : 41:07

line up
parution
26 Octobre 2018

voir aussi
Bloodbath
Bloodbath
Resurrection Through Carnage

2002 - Century Media Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Nightmares Made Flesh

2004 - Century Media Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Grand Morbid Funeral

2014 - Peaceville Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Wacken Carnage (Live)

2008 - Peaceville Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Breeding Death (MCD)

2000 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Mitochondrion
Mitochondrion
Parasignosis

2011 - Profound Lore Records
  
Castleumbra
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)

2012 - Obliteration Records
  
Wound
Wound
Inhale The Void

2013 - F.D.A.
  
Disparaged
Disparaged
The Wrath Of God

2009 - Twilight-Vertrieb
  
Epitaph
Epitaph
Seeming Salvation

1993 - Thrash Records
  

Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Lividity
Perverseverance
Lire la chronique
Daughters
You Won't Get What You Want
Lire la chronique
Scorched
Ecliptic Butchery
Lire la chronique
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique