chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sepulcher - Panoptic Horror

Chronique

Sepulcher Panoptic Horror
Trois ans après un premier essai extrêmement prometteur, les jeunes Norvégiens de Sepulcher signent aujourd’hui leur retour avec la sortie de Panoptic Horror, un nouvel album paru il y a quelques semaines via Edged Circle Productions. Si à l’époque il avait fallu attendre près d’un an et demi avant que Mausoleum Tapestry ne soit proposé autrement qu’en cassette, c’est aujourd’hui tout l’inverse puisque seuls CD et vinyle sont pour le moment disponibles. Un choix qui me convient très bien puisque je ne suis pas spécialement friand de ce format à bande.
Que vous soyez familier ou non avec la musique de Sepulcher, la première chose que l’on remarque au sujet de ce deuxième album c’est cet artwork grandiose, à vous donner le vertige par ses proportions impressionnantes, du Polonais Mariusz Lewandowski. Un jeune homme de cinquante-huit printemps, largement inspiré par son défunt compatriote Zdzisław Beksiński, et qui depuis quelques mois semble susciter un certain intérêt chez certains groupes de l’underground (c’est à lui que l’on doit notamment l’artwork particulièrement somptueux du dernier album de Bell Witch ainsi que celui du premier album de Shrine Of The Serpent). Avec un talent pareil, nul doute que l’on ne sera pas sans revoir son travail dans les prochains mois.

Bien que je n’ai pas l’information sous la main permettant de le confirmer, la production de ce nouvel album semble en tout point calquée sur celle de son prédécesseur. Comme le très efficace Persisting Devolution de leurs compères d’Inculter au rendu sonore pour le moins identique, ce Panoptic Horror a lui aussi été enregistré aux Mugge Studios. Je mets donc ma main à couper que Mausoleum Tapestry est lui aussi sorti de ces mêmes murs capitonnés. On retrouve en tout cas ici ce qui faisait le charme de ce premier album à savoir une production abrasive et plutôt dépouillée qui va ainsi nourrir cette atmosphère tendue et explosive dans laquelle baigne chacune de ces sept nouvelles compositions.

Il n’y a donc pas de grands bouleversements à prévoir à l’écoute de ce nouvel album qui marche sans grande surprise dans les pas de son prédécesseur. Une suite logique dont les qualités restent évidement les mêmes. Notamment cette approche mêlant à la fois un certain respect des traditions et une envie de sortir des carcans parfois trop étriqués qu’imposent ces genres que sont le Death Metal ou le Thrash. En soit, Panoptic Horror n’a donc rien de fondamentalement nouveau à proposer mais comme pour son prédécesseur, ce sont ces constructions plus ou moins alambiquées et/ou inattendues proposées sur des morceaux à la durée relativement étirée (une bonne majorité des titres de l’album tapent au-delà des cinq minutes) qui permettent à Sepulcher de tirer son épingle du jeu et de développer ainsi une certaine personnalité. Alors bien sûr, on pense toujours un peu à Obliteration voire même à Nekromantheon à l’écoute de ce Death/Thrash furibard et faussement bancal exécuté avec cette urgence toujours aussi jouissive mais malgré certaines similitudes plus qu’évidentes, j’ai toujours trouvé que les Norvégiens avaient un petit quelque chose de bien à eux.
Si Sepulcher passe ainsi le plus clair de son temps à cent à l’heure, brinquebalant l’auditeur à coup de tchouka-tchouka exécutés tête baissée, de riffs bâtards (quelque part entre Punk, Thrash et Death Metal) particulièrement nerveux et abrasifs et de cris écorchés et vindicatifs à la réverb si désuète (et donc délicieuse), le groupe sait aussi comment faire redescendre l’intensité à coup de séquences plus en retenues mais non moins tendues. Comment ? Et bien tout simplement en calmant le jeu à l’aide de riffs moins directs et plus tortueux mais en conservant cependant toute l’âpreté de son propos, notamment via ce chant arraché particulièrement expressif ("Corporeal Vessels" de 3:00 à 5:12, la première moitié instrumentale de "Towards An Earthly Rapture", les deux premiers tiers de "Corrupting The Cosmos", "Ethereal Doom" de 1:46 à 2:15, la dernière partie de "Scourge Of Emptiness", "Haunting The Spheres" de 2:24 à 4:25). Comme toujours, ces moments de calmes relatifs permettent d’aérer les compositions de Sepulcher et de souligner encore davantage la dynamique de ce nouvel album exécuté une fois de plus de main de maître.

Moins surprenant que son prédécesseur qui m’avait fait, il est vrai, une plus grosse impression à sa sortie, Panoptic Horror n’en demeure pas moins un très bon album au son typique de ces scènes de Fusa (Inculter et Reptilian dont tous les membres sont également issus) et de Kolbotn (Obliteration, Desecration, Nekromantheon...). Un disque rugueux, mené le couteau entre les dents et dont es quelques moments de répit ne font que mettre en lumière toute l’intensité et l’urgence de ces compositions savamment orchestrées. En attendant la chronique du nouvel album d’Obliteration, voilà un disque sur lequel vous devriez vous pencher si vous êtes clients de ce son si particulier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
02/11/2018 16:32
Commandé ! Mais d'accord avec la chronique, peu de changements par rapport au premier méfait,mais il se decouvrira sur la durée, avec son air bas du front qui ne l'est pas du tout !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sepulcher
Death / Thrash
2018 - Edged Circle Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.42/10

plus d'infos sur
Sepulcher
Sepulcher
Death / Thrash - 2013 - Norvège
  

tracklist
01.   Corporeal Vessels  (06:21)
02.   Towards An Earthly Rapture  (05:48)
03.   Corrupting The Cosmos  (06:41)
04.   Ethereal Doom  (03:19)
05.   Abyssal Horror  (05:13)
06.   Scourge Of Emptiness  (05:21)
07.   Haunting The Spheres  (07:07)

Durée : 39:50

line up
parution
14 Septembre 2018

voir aussi
Sepulcher
Sepulcher
Mausoleum Tapestry

2015 - Edged Circle Productions
  

Essayez aussi
Dimension Zero
Dimension Zero
He Who Shall Not Bleed

2008 - Vic Records
  
Terror 2000
Terror 2000
Slaughterhouse Supremacy

2000 - Scarlet Records
  
Revocation
Revocation
The Outer Ones

2018 - Metal Blade Records
  
Submission
Submission
Code of Conspiracy

2009 - Blistering Records
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique