chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Baise ma Hache - F.E.R.T

Chronique

Baise ma Hache F.E.R.T
Baise ma Hache et votre serviteur, c’est une histoire bien particulière. Le groupe savoyard fait parler de lui autant que son compatriote ranci de Peste Noire depuis plusieurs années déjà, s’inscrivant dans cette dynastie de groupes politisés jusqu’à l’os, revendiquant le nationalisme et la souveraineté patriotique à tue-tête avec un certain succès. Un bon gros succès bien établi même, à en voir l’émulation autours des artefacts dédiés. Tout le monde connaît les sommes astronomiques auxquelles s’échangent les albums et Peste Noire, et il n’aura pas fallu plus de dix minutes pour que plusieurs des articles mis en vente chez Hammerbolt ou sur la boutique en ligne de B.M.H ne soient sold-out le jour de la sortie de F.E.R.T.

Depuis sa création et jusqu’à la sortie de son second album, le groupe était essentiellement connu pour ses photos promotionnelles patriotico-libidineuses et la fameuse rengaine « B.M.H copie K.P.N ». Même après plusieurs écoutes, Ab Origine Fidelis et Le Grand Suicide n’ont jamais réussis à représenter autre choses pour votre serviteur que deux albums de black très classique, effectivement bien influencés par Famine, pour une grande disette générale d’intérêt au bout du compte. A l’époque de sa sortie, je n’avais même pas offert une écoute au Bréviaire du Chaos. Dans mon petit esprit bien étriqué, B.M.H était le groupe seconde zone dont il était bon ton de se gausser, bien aidé encore une fois par les photos promotionnelles du groupe qui tapaient volontiers dans le beauf en mêlant subtilement aryanisme et courbes féminines affolantes mises en valeur. Il aura fallu qu’un ami me tanne pendant de longs mois avec ce dernier album pour que je me décide à lui laisser une chance, presque deux ans après (JM, si tu passes par là …). Et là, grande et magistrale dérouillée pour ma gueule. Le Bréviaire du Chaos est un album d’une puissance et d’une charge émotionnelle terrifiante, traversés par des morceaux monstrueux comme « Le Temps des Barbares » ou le fameux « Une Lame pour les Infâmes ». Production, chant, composition, ambiance … Une mandale dans la tête envoyée sans bouger le bassin. Avec cependant un gros point noir, à savoir la bonne copie bien audible de riffs des polonais de Mgla, et ce à plusieurs reprises. Ecoutez « Le Forge-Mort » ou « L’Armée Furieuse » pour bien prendre connaissance de l’ampleur de la chose …

Oui, on va parler du dernier album, ça vient. F.E.R.T était prévu pour l’été dernier, mais sort finalement le 4 Octobre. Grosse ruée générale, album commandé dans les temps, écoutes répétées sur trois semaines. On va expier dès le début un gros morceau, à savoir la pochette peinte par le célèbre Paolo Girardi, le metal warrior le plus viril à Est du Rhône. Superbe, au premier abord, avec une référence assez évidente au Blood Fire Death de Bathory. Mais en s’y penchant un peu plus, on remarque que la kalachnikov de la fougueuse walkyrie au premier plan et celle de son compagnon motard ont visiblement été achetées chez Joué Club, que certains détails sont plus grossiers que ce à quoi Girardi nous a habitué, et qu’une sérieuse épidémie de strabisme a frappé cette ardente compagnie. L’ensemble reste très appréciable vu de haut, mais la finesse fait étrangement un peu défaut une fois les yeux plus près.

Considérations cosmétiques terminées, on passe à la musique. Le premier long morceau, « Le Crépuscule des Gueux », souffre un peu de sa durée abusive. Bons riffs d’introduction avec cette ambiance délétère caractéristique, hurlements de Thorwald et du nouveau venu Hreidmarr (que je ne présente pas, même si Anorexia et moi, c’est un joli conte de non-intérêt mutuel). Et puis … On ne sait pas trop. La piste est assez décousue, avec des plages remplies de pas grand-chose si ce n’est des trémolos et des mélodies bancales paumés au milieu de rien du tout, repris derrières par de nouveaux passages mélodiques plus efficaces. Alors oui, les riffs ne sont pas mauvais en soi, même s’ils ne risquent pas de vous faire tomber par terre, mais ils ne suffisent clairement pas à rendre intégralement intéressantes douze minutes ininterrompues. Surtout après une fin aussi ennuyeuse étalée sur plus de deux minutes. Globalement, cette piste est sans doute la moins bonne de l’album. Elle est suivie par l’éponyme, dévoilée à l’avance, qui pour le coup se révèle être le sommet de l’opus. « F.E.R.T » est une longue chevauchée violente, épique et haineuse, portée par des riffs somptueux et des parties de chant glorieuses au possible. Il aura fallu un moment pour qu’elle se dévoile en entier aux oreilles de votre serviteur, mais il est indéniable qu’il s’agit là d’une vraie grosse tuerie, qui devrait faire dresser les poils de plus d’un d’entre vous.

Premier intermède, mélancolique et nostalgique, assez réussi, avec une atmosphère de regret et de peine bien palpable, puis retour aux riffs avec « Insociabile Regnum ». Et cette piste est sans doute le meilleure résumé possible de l’entièreté de l’album. Ouverture lente et cérémonieuse sur un arpège galvanisant, montée en puissance, puis gros passage dissonant et sans réel intérêt, avant de repartir sur le même arpège surplombé par des paroles bien tendancieuses (Les « rats saigneurs », n’est-ce pas ?) qui débouche enfin sur des riffs poignants et une fin douce-amère très réussie. B.M.H est inconstant, capable de sortir des riffs d’exception et de devenir très chiant et générique juste derrière.

« Furia Francese » fera plaisir à beaucoup, avec son refrain guerrier plaisant et ses riffs cinglants. « Baise leur Monde Immonde » s’ouvre sur un riff sautillant que je suis persuadé d’avoir déjà entendu quelque part, avant de se perdre un peu en route. Enfin, après un dernier intermède assez dramatique et militaire, « Délivrance » essaye de se constituer en une apothéose finale sans vraiment y parvenir, trop dilué et trop dispersé pour vraiment marquer. Les cinquante minutes de l’album passent relativement vite, mine de rien. Et finalement, on est frustré à la fin. C’est le ressenti de votre serviteur, qui ressort de chaque écoute avec l’impression d ‘avoir été mis à feu doux pendant une heure sans se manger dans la tronche les explosions annoncées. Les morceaux semblent avoir été construits sur un modèle de montées en puissance sans fin, mais qui n’arrivent jamais à éclater pour de bon. On attend à chaque tournant de riff une décharge de mélodie dévastatrice qui ne vient pas, contrairement à l’album précédent. F.E.R.T est moins intense que son prédécesseur, moins marquant. Il possède quelques excellents passages et de bonnes pistes, mais veut en faire trop. L’efficacité se perd en chemin, et le groupe tente sans doute trop de créer des atmosphères qui finissent par devenir répétitives, génériques et finalement lassantes.

F.E.R.T n’est pas mauvais, il est correct, avec des moments éclatants côtoyant d’intenses instants d’ennui. J’ai souvent eu l’impression d’entendre des progressions d’accords n’allant nulle part, ne servant que de support aux deux chanteurs. A ce propos, on notera d’ailleurs des paroles assez bien écrites, toujours aussi portées sur les thématiques racialo-politico-nationalo-européennes qui risquent de déplaire à beaucoup. Assez bien fichues en tout cas pour ne pas classer les textes du groupe sur la même étagère que celles des nazillons NSMB bas de gamme (Oui M8l8th c’est de toi que je parle, n’hésite pas à t’assoir, prend un siège et ferme-la). On échappe tout de même pas à quelques saillies trop badass un peu ridicules, mais enfin ... La qualité musicale fera de toutes façons toujours mieux passer des textes aux sujets bien polémiques, aussi violents soient-ils. Si Seigneur Voland a d’ailleurs réussi à se placer il y a presque vingt ans comme une référence du black metal et impose toujours aujourd’hui le respect en envoyant des textes autrement plus extrêmes, c’est bien parce que Xaphan et L.F composaient une musique difficilement critiquable.

Là où le Bréviaire du Chaos avait fait fermer leurs gueules à beaucoup de détracteurs du groupe qui taxaient celui-ci de formation n’ayant à offrir qu’une musique médiocre uniquement centrée sur des textes politiquement engagés, F.E.R.T remet ici un peu le couvert à la table de l’ennui. On ressort de l’album avec une moue aux lèvres, pas dégoûté mais pas satisfait non plus. Les mauvaises langues diront sûrement que sans les riffs importés de Cracovie pour nourrir les compositions, B.M.H a finalement du mal à sortir un album de bonne facture. Et c’et dommage, parce que Jon a clairement étoffé son jeu de batterie (programmée), que le duo de chanteurs fonctionne bien, et que la production est assez irréprochable.

Fin des pourparlers. B.M.H n’a pas su réitérer son coup d’éclat de 2016, mais n’est pas à conspuer pour autant. L’album plaira très certainement à beaucoup, m’est avis que l’adoration dont profite le groupe depuis quelques années par une frange d’auditeurs n’aura pas de mal à lui conférer des qualités que je n’ai pas su lui trouver. J’attends donc le prochain acte, en espérant le retour à une musique plus directe et percutante, avec des mélodies plus accomplies. Cette année, on finit l’assiette sans se resservir.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
22/10/2018 21:20
Moi c'est un peu le contraire, Bréviaire du chaos ne m'avait pas vraiment marqué mais j'ai bien aimé celui-là (sans non plus dire que c'est un chef-d'oeuvre).
Comme partout où il apparaît je trouve que Hreidmarr apporte un plus.
N4pht4 citer
N4pht4
22/10/2018 13:49
Je m'attendais à largement mieux. Je ne connais pas ce groupe, je me fous des questions idéologiques mais je me suis dit qu'avec l'arrivée de hreidmarr ca pourrait être pas mal (qu'on aime la personne ou pas, l'artiste a fait du très bon travail avec glaciation). Ben non je me suis fait bien chier dans l'ensemble. Je pensais à bien plus épique au vu de la cover...
tasserholf citer
tasserholf
22/10/2018 12:16
Sulphur a écrit : C'est en voyant comment la guerrière qui se trouve en bas à gauche de cette pochette tient sa hache que tu te rends compte que cette armée n'est pas si furieuse.
C'est pour se raser les aisselles sans doute.
Sagamore citer
Sagamore
22/10/2018 12:11
dantefever a écrit :
Autant beaucoup sur-évaluent le groupe, autant d'autres refusent de lui reconnaître la moindre qualité ... Faut essayer de rester un peu honnête, tout n'est pas à jeter dans cet album. C'est tout sauf un chef d'oeuvre mais quelques riffs et certains passages valent le coup.


Cet album n'est pas mauvais, contrairement à leurs précédentes sorties qui étaient vraiment pathétiques. C'est juste du Black Metal lambda, auquel on colle l'étiquette "sulfureux" pour tenter de gratter la faferie de France et de Navarre sans goût et encaisser l'argent. Ni bon, ni mauvais : Quelconque.

Encore une fois, les groupes "tendancieux" de qualité ne manquent pas !
dantefever citer
dantefever
22/10/2018 11:00
Elzear a écrit : Lorsque l'on a pas le moindre talents, il suffit simplement de faire les gros bras en créant un groupe de NSBM insipide... Tout le monde n'a pas, hélas, le talent qu'avait Famine sur ces premiers albums.
On nage ici dans la parodie et l'accumulation de cliché.
A oublier, tout comme leur idéologie qu'ils portent si caricaturalement.


Autant beaucoup sur-évaluent le groupe, autant d'autres refusent de lui reconnaître la moindre qualité ... Faut essayer de rester un peu honnête, tout n'est pas à jeter dans cet album. C'est tout sauf un chef d'oeuvre mais quelques riffs et certains passages valent le coup.
Elzear citer
Elzear
22/10/2018 10:43
Lorsque l'on a pas le moindre talents, il suffit simplement de faire les gros bras en créant un groupe de NSBM insipide... Tout le monde n'a pas, hélas, le talent qu'avait Famine sur ces premiers albums.
On nage ici dans la parodie et l'accumulation de cliché.
A oublier, tout comme leur idéologie qu'ils portent si caricaturalement.
dantefever citer
dantefever
22/10/2018 10:39
Sagamore a écrit : Déjà, leur son est enfin devenu potable, c'est tant mieux pour eux, ça commençait à devenir embarrassant. Pour le reste, les interludes ambiants sont, à mon immense surprise, très réussis. Le reste oscille entre le "bof" et la gêne absolue de ces paroles qu'on croirait sorties d'un skyblog d'ado découvrant le NSBM. Musicalement, c'est quelconque. Quand je vois le blé foutu dans la sortie physique (objet superbe) et que je compare avec des groupes fantastiques qui ont même pas de quoi se payer un booklet de 4 pages, j'enrage.

Je sais pas ce qu'Hreidmarr est allé foutre là-dedans.


T'es dur, pour moi ya quand même quelques passages marquants, mais paumés dans des longueurs et des plages qui se veulent ambiancées complètement inutiles... Sinon pour les paroles je trouve pas ça aussi mauvais que pour la plupart des groupes du genre. T'as quelques saillies bien fichues et des phrases bien nazes. Bref c'est exactement l'inconstance globale que je reproche au groupe.
Sagamore citer
Sagamore
22/10/2018 08:46
Déjà, leur son est enfin devenu potable, c'est tant mieux pour eux, ça commençait à devenir embarrassant. Pour le reste, les interludes ambiants sont, à mon immense surprise, très réussis. Le reste oscille entre le "bof" et la gêne absolue de ces paroles qu'on croirait sorties d'un skyblog d'ado découvrant le NSBM. Musicalement, c'est quelconque. Quand je vois le blé foutu dans la sortie physique (objet superbe) et que je compare avec des groupes fantastiques qui ont même pas de quoi se payer un booklet de 4 pages, j'enrage.

Je sais pas ce qu'Hreidmarr est allé foutre là-dedans.
Gauchet citer
Gauchet
22/10/2018 01:48
Leur meilleur album pour moi.
Il y a un putain de travail derrière et l'arrivée d'Hreimarr apporte une dynamique et un envol réèl à cet opus.

Force est d'avouer que jusque là BMH me paraissait d'une platitude et d'une vacuité sans nom.

Celui-ci me transporte, les references des lyrics sont cohérentes, et la production parfaite pour ce genre d'album.

Excellent album pour ma part !
dantefever citer
dantefever
21/10/2018 18:35
Sulphur a écrit : C'est en voyant comment la guerrière qui se trouve en bas à gauche de cette pochette tient sa hache que tu te rends compte que cette armée n'est pas si furieuse.

Voilà, ce genre de détails ... Je pige pas ce qu'il lui a pris, au heavy metal gladiateur, de laisser passer des trucs de ce style
Sulphur citer
Sulphur
21/10/2018 16:10
C'est en voyant comment la guerrière qui se trouve en bas à gauche de cette pochette tient sa hache que tu te rends compte que cette armée n'est pas si furieuse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Baise ma Hache
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Baise ma Hache
Baise ma Hache
Black Metal - 2013 - France
  

tracklist
01.   Le crépuscule des gueux  (12:21)
02.   F​.​E​.​R​.​T  (07:31)
03.   Traité du rebelle  (02:16)
04.   Insociabile Regnum  (06:17)
05.   Furia francese  (05:02)
06.   Baise leur Monde Immonde  (06:03)
07.   Aux modernes  (03:59)
08.   Délivrance  (07:39)

Durée : 51:08

line up
parution
4 Octobre 2018

Essayez plutôt
Khragkh
Khragkh
Ersatz

2017 - Autoproduction
  
Asmund
Asmund
Песнь крови (EP)

2014 - Der Schwarze Tod
  
Lutomysl
Lutomysl
Firmament (EP)

2014 - Nihilward Productions
  
Katharsis
Katharsis
VVorld VVithout End

2006 - Norma Evangelium Diaboli
  
False
False
False

2015 - Gilead Media
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview