chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

FaithXtractor - Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter

Chronique

FaithXtractor Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter
On les oublie ou pire, on les croit morts, mais tous les cinq ans, FaithXtractor sort du trou. J'avais à nouveau zappé jusqu'à l'existence même du combo quand on m'a proposé de m'occuper de son troisième album. Il faut dire que l'opus précédent, The Great Shadow Infiltrator m'avait un peu refroidi après un premier disque racé, Razing The World Of Myth. Plus mou, plus générique, moins thrashy, avec des mélodies moins travaillées, ce deuxième album, quoique tout à fait écoutable, mettait à mal les points forts de FaithXtractor, ceux qui lui avait permis de se démarquer dès le début de cette scène death metal revival alors en pleine montée. L'enjeu de ce Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter sorti fin juillet était donc simple. Soit FaithXtractor retrouvait de l'inspiration niveau riffing et mélodies, soit les Américains continuaient de pratiquer un death metal certes correct mais anecdotique.

La signature sur Hells Headbangers Records, label plus réputé que Deathgasm, semblait aller dans le bon sens. Pas forcément la pochette par contre. Si j'adore Mark Riddick, l'artiste a déjà fait beaucoup mieux. Et c'est la première fois que FaithXtractor utilise une cover noir et blanc, lui qui nous avait habitué à des couleurs plus chatoyantes sur ces deux premières œuvres. Un indice quant à la direction artistique purement old-school dark death metal de Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter? Un peu oui, même si on reste tout de même assez loin des groupes ricains les plus sombres et evil. FaithXtractor fait bien dans le death à l'ancienne période début-mid 90s et à l'ambiance plutôt dark entre scènes scandinave et américaine mais ses atours thrashy et légèrement mélodiques font que l'on ne s'enfonce jamais très profond dans les cavernes infernales. Le son de FaithXtractor, duo devenu trio depuis le départ de Marquis Thomas, frère du maître-à-penser Ash Thomas, et l'arrivée de ses collègues dans Estuary Zdenka Prado à la basse et Cody Knarr à la guitare, s'avère en tout cas plus sombre et moins mélodique qu'au début, c'est un fait. Il conserve tout de même une certaine efficacité et mémorabilité. Sans transcender, à l'image de ce growl très commun parfois superposé à du shriek comme tant de formations le pratiquent, mais avec un effort plus important niveau mélodies que sur The Great Shadow Infiltrator, Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter s'écoute bien. Douze morceaux sur presque quarante minutes qui passent assez vite, même si certains titres ou passages se révèlent moins avenants, compensés par quelques éclairs qui font que l'on se retrouve avec une réalisation d'une qualité globale tout à fait acceptable. Le combo de Cincinnati nous offre des pistes courtes entre trois et quatre minutes, aux rythmiques plutôt variées entre tchouka-tchouka, mid-tempos headbangants, blastouille, vrais blasts, un peu de 2-beat et quelques down-tempos plus atmosphériques et réussis comme sur le début de "Spiritual Fog Dissolve", la grande partie de "Assailing Phantoms" (le meilleur morceau avec son tremolo mélodique tourbillonnant en lead) ou "Claws Of Seraphim" à partir de la deuxième minute. Rien d'extraordinaire et encore moins révolutionnaire mais le groupe s'en sort pas mal, notamment grâce à un bon riffing et un feeling mélodique appréciable. Les solos, parfois sweepés, auraient par contre gagné à être développés davantage car il y a de bonnes idées malheureusement vite interrompues. FaithXtractor ne se place pas non plus en tant que clone de tel ou tel groupe. Ce n'est pas du Incantation, ni du Morbid Angel ni du Entombed worship comme c'est à la mode, et encore moins du pseudo occulte à capuches. Il n'est même pas évident de citer d'influences précises, tout en restant très classique dans l'esprit et l'exécution. Il s'agit d'un mélange de différents sons de ce côté ou de l'autre de l'Atlantique.

Pour un résultat très honnête à défaut d'être génial. FaithXtractor et ce Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter, c'est en effet clairement de la deuxième division. Mais de la bonne deuxième division qui mérite le coup d'oreille pour qui apprécie le death metal sans prétention, résolument old-school, un peu sombre, thrashy et assez mélodique. Les Américains ont retrouvé un peu plus de mordant et d'inspiration que sur le décevant The Great Shadow Infiltrator, sans toutefois atteindre la qualité de leur premier longue-durée Razing The World Of Myth qui reste leur plus intéressante sortie. Les riffs, toujours! Et à ce niveau, le trio reprend ici un peu de poil de la bête, ça fait plaisir. On reste en-dessous des meilleurs albums death metal de l'année, même les plus classiques, mais clairement, vous pouvez écouter bien pire que ce sympathique Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
FaithXtractor
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (2)  8.4/10

plus d'infos sur
FaithXtractor
FaithXtractor
Death Metal - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Culling Rites  (00:57)
02.   Death Deserving  (03:31)
03.   Rules On Rebellion  (02:36)
04.   The Slaughter Ultimate  (03:00)
05.   Spiritual Fog Dissolve  (03:54)
06.   Forsworn Then Burned  (02:15)
07.   Scathe Of Scythe  (03:40)
08.   Assailing Phantoms  (03:51)
09.   Human Debris  (03:12)
10.   Nothing Crusades  (03:50)
11.   Claws Of Seraphim  (04:10)
12.   Damned To Return  (04:17)

Durée : 39:13

line up
parution
27 Juillet 2018

voir aussi
FaithXtractor
FaithXtractor
The Great Shadow Infiltrator

2013 - Deathgasm Records
  
FaithXtractor
FaithXtractor
Razing The World Of Myth

2008 - Aphotic Records
  

Essayez aussi
Tomb Mold
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Cryptborn
Cryptborn
In The Grasp Of The Starving Dead

2011 - Dark Descent Records
  
Gorefest
Gorefest
La Muerte

2005 - Nuclear Blast Records
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  
Antediluvian
Antediluvian
Through The Cervix Of Hawaah

2011 - Profound Lore Records
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique