chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
140 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Body - O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve.

Chronique

The Body O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve. (EP)
« I’m full of rage, Father. Murderous, whatever urges. I just don’t hate this men. I hate all men. I hate life. »

C’est qu’après des œuvres comme No One Deserves Happiness et I Have Fought Against It, But I Can’t Any Longer, on aurait tendance à l’oublier : The Body n’est pas, principalement, un projet beau, sympathique, réconfortant. Il peut l’être, comme il l’a prouvé encore cette année avec son dernier album en date, mais ne tient jamais à faire que du bien dans ses ambiances soignées. Le négatif en ligne de mire, il ne fait qu’exprimer différentes facettes de sa folie, cette dernière n’empêchant pas, dans ses hallucinations et autres symptômes, les émotions contrastées.

Et donc, après avoir laissé parler sa dépression délicieuse, nous prenant par la main pour mieux nous emmener avec elle vers le bas, place à la phase maniaque. O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve. n’a pas qu’un nom généreux en visions exaltées et excessives : il est dans son entier surcharge de rythmes, d’agressions, de joies incontrôlées, d’appétits divers prenant l’esprit jusqu’à l’abrutir. The Body revient ici à ce qui le constitue au cœur, ce terrorisme sonore qui l’a fait connaître à ses débuts. Enregistré en deux jours, sans doute composé dans un laps de temps similaire, cet EP sent l’œuvre écrite dans la sueur, l’urgence, le bonheur à se laisser aller à sa sauvagerie après un temps à coudre et élimer méthodiquement pour enchanter.

Retour à la violence, donc. Retour à l’industriel dans sa forme la plus stricte, extrême, presque inaudible, où les collages se font le sourire aux lèvres, pensant déjà aux mines déconfites que créeront ces nouveaux monstres. Bien que charmé par l’esthétisme que développe The Body dernièrement, les retrouvailles avec son sadisme et son autisme sonnent comme une mise à plat, une impression de redécouvrir ces aliénés-ci. Surtout que les choses sont une nouvelle fois plus compliquées qu’elles ne paraissent au premier abord : on n’a en effet ici pas qu’un plaisir pour fanatiques. Cet EP a des choses à proposer bien à lui, cf. ces rythmiques incessantes, évoquant un monde d’après le désastre et les tribus mécaniques qui s’y font la guerre. Des images traditionnelles d’une certaine musique industrielle, mais que Chip King et Lee Buford n’édulcorent pas, rendent vivantes une fois de plus dans nos pupilles dilatées.

Ce qui est plus que pas mal, pour un « petit » disque comme celui-ci, présenté humblement, sortant à peu d’exemplaires, s’affichant en hors d’œuvres pour ceux pas tout à fait rassasiés par le duo cette année. Certes, sa courte durée ainsi que ses bouts d’idées lancés comme ils viennent sont à la fois charmants et trop frustrants, tant on rêve de voir The Body revenir sur le temps long mettre son expérience accumulée au service des ambiances nucléaires et mentales qu’il effleure ici. Un jour, qui sait ? Pour l’heure, mettez votre casque et profitez de cette porte entrebâillée vers un futur possible, horrible mais fascinant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Body
Industrial
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Body
The Body
Industrial / Noise - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Voice of Passion
02.   Only I, Only I
03.   No Shadow/No Strength
04.   Exist No More
05.   The Dawn and the Dark
06.   Impossible Past
07.   Fear of Burial
08.   As We Were No Longer

Durée : 27 minutes 43 secondes

line up
parution
19 Octobre 2018

Essayez aussi
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  

At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast