chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Body - O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve.

Chronique

The Body O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve. (EP)
« I’m full of rage, Father. Murderous, whatever urges. I just don’t hate this men. I hate all men. I hate life. »

C’est qu’après des œuvres comme No One Deserves Happiness et I Have Fought Against It, But I Can’t Any Longer, on aurait tendance à l’oublier : The Body n’est pas, principalement, un projet beau, sympathique, réconfortant. Il peut l’être, comme il l’a prouvé encore cette année avec son dernier album en date, mais ne tient jamais à faire que du bien dans ses ambiances soignées. Le négatif en ligne de mire, il ne fait qu’exprimer différentes facettes de sa folie, cette dernière n’empêchant pas, dans ses hallucinations et autres symptômes, les émotions contrastées.

Et donc, après avoir laissé parler sa dépression délicieuse, nous prenant par la main pour mieux nous emmener avec elle vers le bas, place à la phase maniaque. O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the proud what they deserve. n’a pas qu’un nom généreux en visions exaltées et excessives : il est dans son entier surcharge de rythmes, d’agressions, de joies incontrôlées, d’appétits divers prenant l’esprit jusqu’à l’abrutir. The Body revient ici à ce qui le constitue au cœur, ce terrorisme sonore qui l’a fait connaître à ses débuts. Enregistré en deux jours, sans doute composé dans un laps de temps similaire, cet EP sent l’œuvre écrite dans la sueur, l’urgence, le bonheur à se laisser aller à sa sauvagerie après un temps à coudre et élimer méthodiquement pour enchanter.

Retour à la violence, donc. Retour à l’industriel dans sa forme la plus stricte, extrême, presque inaudible, où les collages se font le sourire aux lèvres, pensant déjà aux mines déconfites que créeront ces nouveaux monstres. Bien que charmé par l’esthétisme que développe The Body dernièrement, les retrouvailles avec son sadisme et son autisme sonnent comme une mise à plat, une impression de redécouvrir ces aliénés-ci. Surtout que les choses sont une nouvelle fois plus compliquées qu’elles ne paraissent au premier abord : on n’a en effet ici pas qu’un plaisir pour fanatiques. Cet EP a des choses à proposer bien à lui, cf. ces rythmiques incessantes, évoquant un monde d’après le désastre et les tribus mécaniques qui s’y font la guerre. Des images traditionnelles d’une certaine musique industrielle, mais que Chip King et Lee Buford n’édulcorent pas, rendent vivantes une fois de plus dans nos pupilles dilatées.

Ce qui est plus que pas mal, pour un « petit » disque comme celui-ci, présenté humblement, sortant à peu d’exemplaires, s’affichant en hors d’œuvres pour ceux pas tout à fait rassasiés par le duo cette année. Certes, sa courte durée ainsi que ses bouts d’idées lancés comme ils viennent sont à la fois charmants et trop frustrants, tant on rêve de voir The Body revenir sur le temps long mettre son expérience accumulée au service des ambiances nucléaires et mentales qu’il effleure ici. Un jour, qui sait ? Pour l’heure, mettez votre casque et profitez de cette porte entrebâillée vers un futur possible, horrible mais fascinant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Body
Industrial
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Body
The Body
Industrial Drone / Noise - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Voice of Passion
02.   Only I, Only I
03.   No Shadow/No Strength
04.   Exist No More
05.   The Dawn and the Dark
06.   Impossible Past
07.   Fear of Burial
08.   As We Were No Longer

Durée : 27 minutes 43 secondes

line up
parution
19 Octobre 2018

voir aussi
The Body
The Body
No One Deserves Happiness

2016 - Thrill Jockey Records
  
The Body
The Body
I've Seen All I Need To See

2021 - Thrill Jockey Records
  
The Body
The Body
Christs, Redeemers

2013 - Thrill Jockey Records
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  
Uniform / The Body
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (Coll.)

2018 - Sacred Bones Records
  

Essayez aussi
Yerûšelem
Yerûšelem
The Sublime

2019 - Debemur Morti Productions
  
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  
Godflesh
Godflesh
Streetcleaner

1989 - Earache Records
  
Fange
Fange
Poigne (EP)

2020 - Throatruiner Records
  

Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique