chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evoken - Hypnagogia

Chronique

Evoken Hypnagogia
« L’état hypnagogique est un état de conscience particulier intermédiaire entre celui de la veille et celui du sommeil qui a lieu durant la première phase du sommeil : l'endormissement. » Décidément, le titre de ce nouvel album d’Evoken va bien au groupe. Donnant ces dernières années l’impression de pouvoir plonger définitivement dans le coma, en raison d’actualités sporadiques et d’écarts longs entre deux nouvelles œuvres, il fait craindre à chaque fois de le voir tomber pour de bon, lui qui a personnifié à chaque rencontre le fatalisme, la mort planant au-dessus de nos esprits hypnotisés. Pourtant, six ans après un Atra Mors convaincant sans nécessairement se démarquer de ses prédécesseurs, le revoilà à nous intriguer de nouveau avec une illustration pastorale, la campagne s’auréolant d’une lumière d’un autre monde. Un indice, sur un possible détour de la part de ces immuables ? Ou simplement un nouvel exemple de la suprématie d’une formation qui a fait sienne une certaine forme du tragique ?

Les réponses que le contenu de ce Hypnagogia est censé apporter ne sont pas si évidentes, à son écoute. Tragique, le concept l’est, avec cette métaphore du soldat mortellement blessé de la première guerre mondiale qui, torturé par les souffrances qui l’entourent et terrorisé à l’idée de ne plus revoir les êtres qui lui sont chers, va passer un pacte avec Dieu pour vivre au travers d’un journal intime et des lecteurs qui poseront leurs yeux dessus. De son côté, le groupe n’a pas menti en annonçant son album le plus ambitieux et varié. Sans être en terre inconnue, car les Américains approfondissent en premier lieu la direction déjà abordée par Atra Mors, on peut affirmer sans prendre de risque que jamais Evoken n’aura été aussi loin du cliché du groupe de funeral doom qui laisse trainer paresseusement le même riff pendant dix minutes (et plus si affinités). Les claviers sont omniprésents, autant que l’alternance entre riffs pesants (mais pas spécialement écrasants…) et pauses atmosphériques très aériennes où le piano et les violons sont souvent convoqués. Des lead de guitares très mélodiques font régulièrement leur apparition, jusqu’à prendre une place très (trop ?) importante, comme lors de la seconde partie de « Schadenfreude ». Evoken serait-il sur Hypnagogia plus doom/death atmosphérique que funeral ? C’est en tous cas ce que la production particulièrement équilibrée et léchée semble avoir pris comme parti. Si « Too Feign Ebullience » pourrait presque passer pour un ancien morceau du groupe, ce n’est que jusqu’à ce break très ambiant, particulièrement apaisant. A l’image de sa pochette, les couleurs sont assez inhabituelles, surprenantes par moment, comme sur « Ceremony of Bleeding ». Mais attention, l’ambiance mortifère qui a fait la gloire des Américains n’est pas totalement absente, on la trouve, discrète, au sein des chœurs de « The Fear After », et, encore mieux, au détour d’un morceau colossal comme « The Valorous Consternation ». Probablement le moment le plus mémorable, en tension de l’album, avec son accélération death et ce final, assez ultime.

Un changement dans la continuité qui laisse l’esprit divaguer, un peu de la manière dont ce nouvel album invite à le faire, entre veille et sommeil. Clairement, malgré une surabondance de mélodies flottant en volutes au sein d’une production presque aérienne, la sensation générale est celle d’un engourdissement des sens. Non pas mort progressive, mais réalité vécue à travers un voile : c’est à la fois la force et la faiblesse de ce nouveau longue-durée car si on constate avec surprise que Evoken se fait plus contrasté que cette image d’apôtre de la Faucheuse qu’on aime lui donner, son kaléidoscope de couleurs délavées n’a pas l’intensité de ses prédécesseurs, la variété donnant également l’impression d’écouter un groupe indécis sur ce qu’il cherche à transmettre. Mais cela n’est que le point de vue de tastevins ayant déjà été rempli par des œuvres indépassables telles que Quietus et Antithesis of Light ! Que ce soit durant « Ceremony of Bleeding » et sa solennité constante, des voix claires semblant invoquer une armée de cadavres, ou « The Weald of Perished Men » et ses incursions doucereuses livides et écroulées, Hypnagogia montre une formation qui maîtrise son art funèbre tout en y apportant des touches particulières, à la fois lisibles et étranges, sorte de convergence mythologique entre Esoteric et le défunt Unholy. Une majesté indiscutable, à ceci près qu’elle ne laisse pas assez transparaître cette humanité vers laquelle paraissent tendre désormais les Américains, laissant chaque écoute se terminer par un point d’interrogation sur la profondeur intrinsèque d’un nouveau monument dont, malgré un nombre conséquent de contemplation, nous n’avons pas fini de percer le mystère.

Certaines choses sont cependant sures. La grande qualité, la cohérence des compositions sont bien présentes, le son est extrêmement abouti, et la relative évolution qu’entreprend Evoken est à saluer. En revanche Hypnagogia semble presque faire face à une impasse : il n’a pas la lourdeur définitive de ses prédécesseurs, et s’il cherche des moments plus « beaux » dans le sens premier du terme, il n’en est pas moins jamais réellement éclatant ou transcendant dans ce registre. Comme si Evoken n’avait pas, ou pas encore, complètement la maitrise des émotions qu’il souhaite transmettre. En résulte un disque intéressant, esthétique et énigmatique. La suite, cela sera aux maitres eux-mêmes de nous dire s’ils la souhaitent définitivement ancrée en direction de ce nouveau cap…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
08/11/2018 07:58
Je suis TELLEMENT curieux d'apprendre enfin la différence entre un LP et un album...
Dise Nore citer
Dise Nore
08/11/2018 06:00
note: 6/10
La couverture plombe cet opus déjà erratique. Un album en demi-teinte, presque contradictoire qui aurait pu être un bon LP. A trop délayer on perd les saveurs.
gulo gulo citer
gulo gulo
07/11/2018 19:47
J'aime pas la pochette, mais je suis intrigué, un peu. Ça peut faire flop, comme ça peut renouveler les rapports.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evoken
Doom/Death Atmosphérique
2018 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (4)  8.64/10

plus d'infos sur
Evoken
Evoken
Doom/Death Atmosphérique - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Fear After  (9:18)
02.   Valorous Consternation  (8:20)
03.   Schadenfreude  (8:45)
04.   Too Feign Ebullience  (10:01)
05.   Hypnagogia  (3:49)
06.   Ceremony of Bleeding  (7:43)
07.   Hypnopompic  (2:11)
08.   The Weald of Perished Men  (10:09)

Durée : 60:16 minutes

line up
parution
9 Novembre 2018

voir aussi
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Antithesis of Light

2005 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Hanging Garden
Hanging Garden
I Was a Soldier (EP)

2013 - Lifeforce Records
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
From Below

2007 - Aftermath Music
  
Hanging Garden
Hanging Garden
At Every Door

2013 - Lifeforce Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Emerald Forest and the Blackbird

2012 - Spinefarm Records
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
Amends

2013 - Grau Records
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique