chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kåabalh - Kåabalh

Chronique

Kåabalh Kåabalh
Outre sa scène noire proéminente la France peut aussi se targuer également de posséder nombre de groupes de Death-Metal qui tiennent facilement la comparaison avec les ténors du genre venus de l’étranger. Ces dernières années elle en a vu éclore une quantité pléthorique tous plus intéressants les uns que les autres, dont une bonne partie s’est retrouvée signée chez Dolorem Records. Une fois encore le label tourangeau se distingue par sa qualité musicale et son nez creux en toutes circonstances, car voici les normands de KÅABALH dont le style putride et sombre lorgne du côté de la Finlande comme vers celui d’INCANTATION, DISMA ou encore GRAVE MIASMA. Formé sur les cendres des regrettés TORTURE THRONE par Damien (Chant/Guitare Lead) et Fabrice (Batterie) ceux-ci n’étaient pas décidés à rendre les armes suite à cet arrêt qui s’est fait de façon un peu abrupte et dans des circonstances encore aujourd’hui mystérieuses. Du coup les voici embarqués dans une aventure différente (mais où l’on retrouve les bases de leur ancien combo) en compagnie de deux nouveaux acolytes, et offrent du coup six titres longs et rampants où les atmosphères et ambiances priment sur la violence, certes présente mais contenue.

Car si elle n’est pas absente il est vrai que le début de cet opus est marqué par une forte consonnance Doom, permettant ainsi à la musique de se développer progressivement et réservant ses explosions de violence à ceux qui auront fait l’effort de patienter. Il serait dommage et franchement malvenu de se faire une opinion dès l’excellent « Cabal » qui ouvre les hostilités et montre un quatuor déjà particulièrement inspiré (et dont l’écriture va progresser de façon crescendo). Après une série de larsens place à une rythmique écrasante tant elle se fait lente et suffocante qui ne varie quasiment pas (sauf pour alterner entre simple et double grosse caisse) don retentit un chant caverneux au possible ainsi qu’une production grouillante et humide, d’où rien ne semble pouvoir s’échapper. Si ça ne bouge pas des masses en revanche l’accroche est totale et ne souffre d’aucune redondance, à l’instar du terrible « Acheron » qui conserve le même dynamisme et la même trame générale, tout en proposant plus de variété grâce à des parties à la fois mid-tempo et rapides qui font leur apparition. Montrant ici une palette technique plus poussée on se fait complètement happer par cet univers angoissant qui se trouve à cheval entre la fureur et le bruit des enfers, ainsi que l’odeur des caveaux à l’automne. Gardant néanmoins sa pesanteur doomesque qui prédomine ce morceau continue de faire grimper la pression générale tout en emmenant l’auditeur dans des abîmes cauchemardesques, notamment par l’apparition de solos qui seront tout du long disséminés avec parcimonie mais d’excellente tenue, et qui amèneront une vraie plus-value.

Si ce premier tiers a déjà placé la barre très haut le second va le dépasser car avec « Wrath Of A New God » la double est mise plus à l’honneur, car derrière son kit le frappeur fait preuve d’un vrai feeling et n’en fait pas des tonnes vu que son jeu reste relativement classique et sobre. Aidé par une section rythmique au taquet on a presque envie de bouger la nuque tant la cohérence et le groove ne faiblissent pas, même quand le titre voit l’apparition des premiers blasts et hammerblasts du disque. Mélangeant donc les pointes de vitesse avec de moments plus massifs il offre un large panel des influences de la bande qui n’a pourtant pas encore tout dit. Car voici qu’arrive « The Complete Darkness » dont le contenu est en total raccord avec son nom, vu qu’ici il reprend les mêmes bases qu’entendues précédemment tout en poussant plus loin le délire qui apparaît presque impénétrable. Jouant le grand-écart entre lourdeur et explosivité il laisse cependant ce premier point plus en avant, afin que le suivant ressorte mieux de ce maelström gras et que l’on entende ainsi mieux sa force de tabassage.

D’ailleurs cette ultime doublette va permettre de laisser le champ libre au tempo enlevé grâce à « Heavy Boredom Death » qui va continuer sur la lancée entrevue auparavant, et jouer également les montagnes russes vu que ça n’arrête pas d’accélérer et de ralentir dans tous les sens. Tentaculaire et ambitieux il montre la quintessence d’un groupe en pleine possession de ses moyens, qui va même trouver l’inspiration pour gravir un ultime échelon avec les presque dix minutes de « Death’s Ovation ». Reprenant les idées entendues au démarrage il remet les passages très lents et ronronnants à l’honneur, qui hormis une courte coupure ultra-rapide le temps de poser un passage en lead ne variera pas des masses. Mais là où nombre de combos spécialisés dans le genre font l’erreur de répéter inlassablement les mêmes passages (finissant du coup par lasser plus que de raison), les havrais eux ne tombent pas dans ce piège. Malgré une base statique et répétitive, les subtiles variations incluses ici et là permettent à l’ensemble de respirer qui voit un soupçon de ralenti apparaître à un endroit et/ou une légère poussée énergique à un autre lieu … et l’on pourrait continuer à citer les exemples comme cela encore un peu.

Voyant ici la galette ralentir de plus en plus jusqu’à s’arrêter complètement elle se clôture au bout de presque quarante minutes qui défilent sans longueur ni sentiment de lassitude, malgré des compositions qui prennent leurs aises dans le temps. Avec sa production qui laisse de la place à la réverb’ et permet de renforcer le sentiment de malaise cette première sortie de cette entité est un pur bijou qui prend aux tripes dès les premières secondes pour ne plus rien lâcher jusqu’à sa conclusion, et qui fait preuve d’une vraie maîtrise dans l’écriture comme dans la façon de jouer. Autant dire qu’on est en présence d’un des grands albums de Metal de la mort hexagonal pour cette année qui demandera beaucoup de temps pour être disséqué et analysé, le tout avec une durée de vie assez longue. Ce qui également certain c’est que les promesses entrevues au sein de l’ancienne formation du binôme ont été largement dépassées, et nul doute qu’il va faire parler de lui avec ses acolytes dans un avenir proche tant il rivalise aisément avec les ténors américains ou scandinaves. Tout cela sied également à sa maison de disques qui montre qu’elle a vraiment l’instinct dans le choix de son catalogue qui devient de plus en plus imposant, et qui fait partie dorénavant des plus intéressants dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

ERZEWYN citer
ERZEWYN
04/11/2018 18:46
Excellente chronique pour une bien belle pépite française!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kåabalh
Death/Doom
2018 - Dolorem Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Kåabalh
Kåabalh
Death/Doom - 2016 - France
  

tracklist
01.   Cabal
02.   Acheron
03.   Wrath Of A New God
04.   The Complete Darkness
05.   Heavy Boredom Death
06.   Death’s Ovation

Durée : 39 minutes

line up
parution
26 Octobre 2018

Essayez aussi
Distress
Distress
The Mourning Sign

2004 - Thundering Records
  
Disciples Of Mockery
Disciples Of Mockery
Prelude To Apocalypse

1999 - Autoproduction
  
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique