chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
155 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tezcatlipoca - Tlayohualtlapelani

Chronique

Tezcatlipoca Tlayohualtlapelani
« Ce n’est pas si compliqué que ça. Je vais réussir à mémoriser ce nom de groupe. Je le dois sinon je passe pour un branquignole... Allez, je le répète encore 10 fois de suite, ça devrait rentrer... TEZCATLIPOCA, TEWCATLIPOCA, TEXPACLIPOTA, TEPATEKILA... Ah non, merde... Ça fait pourtant plusieurs années que je le connais ce groupe, je devrais pouvoir le dire correctement, ce nom... C’est celui d’un dieu dans la mythologie aztèque, ça aide à se souvenir... Dieu de la guerre, dieu de la chasse, dieu de la mémoire. De la mémoire putain ! On voit tout de suite qu’il est pas venu me visiter celui-là... Bon allez, tant pis, il faut que je commence ma chro. Heureusement que la musique, elle, j’ai plus de facilités à l’intégrer ! »

TEZCATLIPOCA est un groupe mexicain formé en 2011, mais c’est en 2015 qu’il s’est révélé à nos oreilles avec un premier album, Ipehualtiyayohually... Non mais là j’abandonne, merde ! C’est encore pire que le nom du groupe à mémoriser. La suite improbable de consonnes et de voyelles a raison de mon cerveau mal développé. Et le deuxième album qui vient de sortir, il s’appelle Tlayohualtlapelani. Passez-moi une corde, je vais me pendre... Bon, bref, je vais contourner la difficulté et parler dès lors du « premier album » et du « deuxième album » du « groupe qui a le nom d’une divinité aztèque vachement super forte ». Attention, ne pas se méprendre ! Je ne suis absolument pas en train de critiquer les choix du groupe, car au contraire je suis particulièrement friand des formations qui imbibent leur culture, leur histoire, ou tout simplement un trait fort de personnalité dans le black metal. C’est juste que c’est compliqué à mémoriser...

Et à vrai dire cette partie du globe m’attire toujours. Parce que l’Amérique latine me semble avoir gardé un esprit de black primaire très sincère. Là où certaines formations d’Europe semblent se forcer pour sonner trve, ou qu’elles le font de manière poussive, on sent le naturel dans la musique de formations telles que TEZCATLIPOCA. Ce deuxième album est totalement dans cette veine avec huit pistes parfaitement primitives. Et primitives selon deux sens. Tout d’abord parce que le black metal y est bien direct, avec le feeling de ses débuts. Sombre, agressif, les mélodies y sont discrètes, rares même. C’est plus un concentré de haine, de terreur et de ferveur qu’une volonté quelconque de s’éparpiller dans les émotions. Ensuite, c’est parce que par moments apparaît un instrument qui fait la personnalité du groupe : une flûte « préhispanique », peut-être bien une quena. Mais celle-ci ne vient pas donner un côté folklorique ou « pagan » comme beaucoup de groupes le font dès qu’ils veulent intégrer un instrument traditionnel. Cet instrument est ici employé pour renforcer les ambiances. On l’utilise de manière ritualiste, elle est soufflée longuement. Elle ne joue pas des airs, mais semble appeler au rassemblement, à la guerre, à la révolte.

Le mélange du black metal pur et de cette flûte a un écho puissant dans mon cœur. Alors que le musique n’est ni originale, ni belle, ni la plus agressive au monde, elle sait résonner en moi. Et devenir un véritable coup de cœur, dans le sens très personnel. Dans le sens où j’ai conscience que beaucoup passeront à côté, ne seront pas transportés. Pour moi, ces pistes représentent un état d’esprit, j’y retrouve l’esprit du black, plongé dans une civilisation du passé qui réapparaît le temps d’un moment, tourmentée, vengeresse, avide de sang.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tezcatlipoca
Trve Black Metal Aztèque
2018 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Tezcatlipoca
Tezcatlipoca
Trve Black Metal Aztèque - 2011 - Mexique
  

tracklist
01.   Notlacahcahualiz Ica Yetztli, Cipactli
02.   Huey Tlatoani
03.   In Tlilihtec Tzompantli
04.   Macuil Xochitl Icic
05.   Chichimeca, Yaotecatl Ayamictlan
06.   In Tzinacan Itlayohualpatlaniliz
07.   Tlacatl Tlein In Mimiqueh Icah Tlahtoa
08.   Mictlan Itemouh

Durée : 43:06

line up
parution
19 Octobre 2018

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique