chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Coldworld - Autumn

Chronique

Coldworld Autumn
Les germains de Coldworld ne sont pas très prolifiques. Autumn, qui date déjà de 2016 et alors que plusieurs EP et split ont vu le jour en 2018, n’est que leur second effort longue durée, après une Melancholie² qui m’avait bien plu, à l’époque de sa sortie, il y a déjà 10 ans. Le BM très fortement ambiant et dépressif du groupe, mêlé à un gros travail sur les mélodies nostalgiques, avait su me toucher à une époque donc où le style était plus en vogue qu’à présent. La présente offrande est pourtant tout aussi remarquable.

Autumn débute sur des bases connues. L’amateur ne sera pas dérouté. Scars plonge directement ses racines dans les premiers frimas d’automne, quelques arpèges égrenés ça et là, très aériens, très mélancoliques, venant poser une ambiance qui décolle bientôt. Rapidement, Coldworld, comme il en a l’habitude, enclenche la vitesse supérieure. La rythmique s’emballe, la batterie dresse un mur de son qui occupe tout l’espace sonore pendant que les guitares tissent lentement les mélodies aériennes. L’équilibre est respecté, comme il l’était sur Melancholie². L’agression n’est pas la base du propos ; elle ne sert qu’à mettre en contraste les mélodies profondes du groupe (l’intro superbe de Void comme ses changements de rythmes subreptices, le départ de Womb of Emptiness, monstre de plus de 9 minutes, l’évolution de Autumn Shades) et la voix déchirée qui s’en extirpe. En plus de 7 minutes, l’ambiance est posée, l’auditeur est happé.

Les passages en voix clairs, plutôt réussis, et les ponts plus orientés rock, voire post-rock, donnent une coloration très intéressante à ce nouvel opus. Moins enfoui dans les ténèbres que ne l’était Melancholie², Autumn révèle une luminosité maladive (Autumn Shades, Nightfall), une clarté fiévreuse que le violon (sur Scars, en final) et l’emphase (Void, Autumn Shades) magnifient totalement. L’apport du chant féminin comme du chant clair masculin est réel ; il confère un aspect shoegaze intéressant aux morceaux (Void encore ou Autumn Shades, aux relents Alcestiens), rendant l’introspection encore plus immersive.

Les titres sont longs (Womb of Emptiness et ses presque 10 minutes par exemple) mais la durée est rendue nécessaire au développement des ambiances. Sur le titre suscité, le départ pose un paysage qui ne cessera d’évoluer lentement, les instruments se mêlant avec grâce à l’emphase magnifique qui s’en dégage. Womb of Emptiness est ainsi d’une profondeur jouissive. La lourdeur n’est pourtant pas absente ; la délicatesse s’exprime aussi dans une certaine agression maîtrisée, enjolivée de soli aériens (Climax of Sorrow par exemple).

Quant aux instrumentaux, The Wind and the Leaves et Escape II, ils jouent également un rôle propre, qui permettent qui de reprendre sa respiration après plusieurs morceaux très longs, très immersifs, qui de clore cet album dense. Comme dans une dégustation de vin, ils constituent le verre d’eau qui nettoie le palais, libère des informations abondantes des titres précédents. Entièrement à la guitare sèche et au violon pour l'un, profondément mélancolique pour l'autre, ils appuient l’ambiance et renforcent les contrastes déjà évoqués.

Cet album mérite bien davantage qu’une simple écoute distraite. Autumn est en tous points une réussite et devrait ravir, sans réserve, les amateurs de depressive BM de haute volée, avides d’émotions fortes et de ballades au cœur des forêts colorées par la présente saison.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Coldworld
Depressive Black Metal
2016 - Cold Dimensions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (5)  7.35/10

plus d'infos sur
Coldworld
Coldworld
Depressive Black Metal - 2005 - Allemagne
  

tracklist
01.   Scars
02.   Void
03.   Womb of Emptiness
04.   Autumn Shades
05.   The Wind and the Leaves instrumental
06.   Climax of Sorrow
07.   Nightfall
08.   Escape II instrumental

Durée : 52:39

line up
parution
15 Juillet 2016

Essayez aussi
Gateway To Selfdestruction
Gateway To Selfdestruction
Death, My Salvation

2016 - Northern Silence Productions
  
Tiil Sum
Tiil Sum
In Articulo Mortis

2013 - Dark Omens Production
  
Nortt
Nortt
Endeligt

2017 - Avantgarde Music
  
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Apocalypse In Your Heart

2011 - Osmose Productions
  

Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Lividity
Perverseverance
Lire la chronique
Daughters
You Won't Get What You Want
Lire la chronique
Scorched
Ecliptic Butchery
Lire la chronique
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique