chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mercyful Fate - Melissa

Chronique

Mercyful Fate Melissa
Si Iron Maiden et Judas Priest représentent incontestablement la quintessence du Heavy Metal, bien d’autres icônes ont également marqué de leur empreinte ce genre popularisé à l’orée des années 80 par une scène anglaise particulièrement vivace. Mercyful Fate en est certainement l’un des exemples les plus frappants tant le groupe de Copenhague drague avec lui, et ce encore aujourd’hui, une cohorte de fans entièrement dédiés à la cause des Danois.
Formé en 1981 sur les cendres de Brats, un groupe de Punk Rock réunissant Kim Bendix Petersen aka King Diamond et Rene Krolmark plus connu sous le nom de Hank Shermann, Mercyful Fate va enchaîner pas moins de quatre démos en l’espace de seulement quelques mois. Un exploit quand on sait que le groupe doit également faire face à l’époque à de nombreux vas-et-viens. Un line-up qui finira cependant par se stabiliser avec l’arrivée de Michael Denner (ex-Brats, ex-Danger Zone) à la seconde guitare, Timi Hansen à la basse et Kim Ruzz à la batterie. Ensemble, le groupe va sortir en 1982 son premier EP baptisé simplement Mercyful Fate via le label hollandais Rave-On Records que les amateurs de Heavy Metal français connaissent bien puisque Sortilège et H-Bomb y ont fait leurs débuts. Porté par un succès grandissant, Mercyful Fate va signer peu de temps après sur Roadrunner Records pour lequel il enregistrera deux albums avant de mettre fin à ses activités suite à un différend artistique opposant Hank Shermann au reste du groupe (les croix renversées c’est mal, m’voyez...).

Signée du Suédois Thomas Holm (qui travaillera plus tard pour King Diamond mais également pour Nifelheim et Dreadful Relic), l’artwork de ce premier album intitulé Melissa figure aisément parmi mes préférées dans le genre (avec celles de Maiden bien évidemment). Sulfureuse et menaçante, sombre et excitante, il y a fort à parier que nombres de jeunes adolescents sont tombés sous le charme de Mercyful Fate grâce à cette illustration démoniaque. Enregistré au Easy Sound Recording Studio (où passeront plus tard des artistes tels que Witch Cross, Pretty Maids et même Miles Davis), ce premier album voit le jour à l’automne 1983 et va très vite s’imposer comme une référence pour pas mal de fans de Heavy Metal à commencer par les petits gars de Metallica grâce bien évidemment à Lars Ulrich. Un amour porté au King qui se manifestera notamment à travers quelques reprises proposées sous la forme d’un medley baptisé simplement "Mercyful Fate" et sur lequel on peut entendre des passages tirés de "Satan's Fall", "Curse Of The Pharaohs", "A Corpse Without Soul", "Into The Coven" et "Evil".

Arrivé probablement un peu trop tard pour être porté aux nues comme l’ont été Iron Maiden et Judas Priest à leur époque (et devant faire face à la première garde du Thrash bien décidée à bousculer les standards en place), le succès de Mercyful Fate ne s’est pourtant jamais démenti. Il faut dire que Melissa possède un grand nombre de qualités et finalement bien peu de défauts. La seule chose pouvant ici poser problème est évidemment la voix maléfique de King Diamond (et ses petits rires vicieux et diaboliques) dont les montées dans les aiguës (nombreuses) peuvent apparaître pour certain comme rédhibitoires en plus d’être extrêmement agaçantes. Ceci étant dit, si vous ne cédez pas face à celles de "Satan’s Fall" à partir de 1:08 alors le reste ne devrait en aucun pouvoir vous effrayer.
Moins complexe qu’un King Diamond, le Heavy Metal de Mercyful Fate s’apprécie en grande partie pour son immédiateté qui en fait un groupe à mon sens bien plus facile à appréhender que son homologue pourtant fomenté peu ou prou par les mêmes géniteurs (exit Hank Shermann et Kim Ruzz, welcome Andy LaRocque et Mikkey Dee). Une formule particulièrement efficace portée par une paire de guitaristes tout sauf manchots et bénis de Satan pour :
- Deux sons de guitares bien distincts, l’un abrasif, l’autre plus "propre".
- Leurs riffs chaloupés et bouillants au groove hérités du Hard Rock des années 70.
- Des idées qui, pour l’époque, sortent quelque peu des sentiers battus ("Satan’s Fall" et ses onze minutes où les plans se succèdent mais ne se ressemblent pas)
- Leurs cavalcades épiques à perdre haleine (épaulées par la basse frétillante de Timi Hansen).
- Leurs solos à vous filer la chair de poule (pas moins de cinq sur le premier titre de l’album).
Impossible de résister à une telle avalanche de riffs aussi "bad-boy" que ceux de "Evil", "Curse Of The Pharaohs", "Into The Coven", "Black Funeral" ou "Satan’s Fall". Des riffs avec une attitude pour une atmosphère qui sent finalement autant la rue la nuit que le cimetière profané ou la messe noire au nom du Grand Bouc Noir. Car ce succès, les Danois le doivent aussi à l’image qu’ils renvoient, notamment grâce à King Diamond dans son rôle de maître de cérémonie, prêchant la parole de Satan derrière un visage grimé comme l’on fait avant lui Arthur Brown, Alice Cooper ou Kiss. Tout en excès (mesurés), celui-ci joue la carte du provocateur avec une attitude, des paroles et des accessoires profondément anti-chrétiens et blasphématoires. Tout ce qu’il faut pour exciter une jeune génération en quête de choses subversives à se mettre dans les oreilles le dimanche avant le repas de famille. Un univers et un décorum qui servira assurément de base à toute la seconde vague du Black Metal.

Premier album extrêmement solide, sans faille et efficace de bout en bout, Melissa ne constitue pourtant pas une grande révolution musicalement parlant. Le Heavy Metal distillé par Mercyful Fate s’inscrit dans un cadre extrêmement balisé que bien d’autres groupes avant lui ont déjà largement exploré. Mais les Danois ont pour eux un univers bien particulier qui ravi l’amateur éclairé autant qu’il effraie la ménagère adepte de la prière dominicale. Un décorum sataniste excitant et subversif - en tout cas pour l’époque - manié avec brio par un King Diamond haut en couleurs et dont les capacités vocales (aussi à l’aise dans le bas du spectre que tout en haut) assurent à Mercyful Fate une saveur toute particulière qui en fait encore aujourd’hui l’un des groupes de Heavy Metal les plus respectés dans le genre. En tout cas ce n’est pas Tobias Forge qui vous dira le contraire…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

uruk citer
uruk
19/03/2019 22:14
En parlant de Dreadful Relic, une chro à venir peut-être ?
Fabulon citer
Fabulon
22/02/2019 12:01
note: 8.5/10
Ayant commencé MF par la fin, c'est pas l'album qui m'inspire le plus, mais je reconnais sans problème qu'il s'agit d'un excellent album qui n'a pas volé son statut de "culte".

Mais de mon point de vue il n'égalera jamais, pas plus d'ailleurs qu'un autre album de MF, Abigail de KING DIAMOND.
dantefever citer
dantefever
21/02/2019 13:58
J'ai jamais aimé Mercyful Fate, ni King Diamond ... Je m'explique pas pourquoi
AxGxB citer
AxGxB
21/02/2019 11:03
note: 9/10
Merci Clin d'oeil Celle de "DBTO" va suivre sous peu, pour le reste on verra...
Troll Traya citer
Troll Traya
21/02/2019 10:35
note: 8/10
Un excellent album, même s'il m'à moins marqué qu'on pourrait le croire... Il faut dire que j'ai écouté toute la disco de King Diamond avant de passer à celle de Mercyful fate^^.
Très bonne chro' en tout cas, vivement celles des autres skeuds ou à officié le King
Keyser citer
Keyser
21/02/2019 10:31
note: 9/10
Enfin du Mercyful Fate sur Thrasho, bien joué ! Une merveille ce 1er album même si j'ai une petite préférence pour le suivant. J'ai toujours préféré ces deux MF à n'importe quel KD en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mercyful Fate
Heavy Metal
1983 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.8/10
Webzines : (6)  8.65/10

plus d'infos sur
Mercyful Fate
Mercyful Fate
Heavy Metal - 1981 - Danemark
  

tracklist
01.   Evil  (04:45)
02.   Curse Of The Pharaohs  (03:57)
03.   Into The Coven  (05:10)
04.   At The Sound Of The Demon Bell  (05:23)
05.   Black Funeral  (02:50)
06.   Satan's Fall  (11:23)
07.   Melissa  (06:42)

Durée : 40:10

line up
parution
30 Octobre 1983

voir aussi
Mercyful Fate
Mercyful Fate
Don't Break The Oath

1984 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Judas Priest
Judas Priest
Firepower

2018 - Columbia Records
  
Steelwing
Steelwing
Zone Of Alienation

2012 - Noiseart Records
  
Mahakala
Mahakala
The Second Fall

2017 - Supreme Music Creations
  
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast Records
  
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  

Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique