chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Horrendous - Idol

Chronique

Horrendous Idol
Si les groupes qui ont quitté Dark Descent Records se comptent sur les doigts d’une main, c’est très certainement parce que le label de Colorado Springs est actuellement l’une des structures les plus solides et les plus respectées du circuit. Un roster de qualité (même si on ne peut pas plaire à tout le monde), un patron avec la tête sur les épaules qui sait ce qu’il veut et où il va, l’appui de clients fidèles qui soutiennent l’activité du label, une communication parfaitement maîtrisée qui ont ainsi apporté au label cette renommée qui aujourd’hui n’est plus à faire.
Du coup, lorsque Horrendous a annoncé son départ de Dark Descent Records (label qui les a lancé avec la sortie de leur premier album en 2012) pour aller rejoindre les rangs des Marseillais de Season Of Mist, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander pourquoi. Si je ne puis rien affirmer avec certitudes, j’imagine néanmoins que les raisons qui ont poussé les Américains à rejoindre le label Français sont finalement assez simples :
- De plus gros moyens pour tout ce qui concerne la promotion.
- Un nom et une réputation qui va bien au-delà des frontières de l’underground.
- L’opportunité de pouvoir participer à de grosses tournées aux Etats-Unis mais aussi et surtout en Europe où le groupe n’a, je crois, encore jamais posé les pieds.

Moins pressé qu’il ne l’a été, Horrendous revient aux affaires après trois ans d’absence et un Anareta qui m’avait laissé un excellent souvenir même si je lui préférais son prédécesseur. Pour ce quatrième album intitulé Idol, le groupe originaire de Philadelphie renoue avec l’artiste Brian Smith pour un artwork toujours très réussi, sobre et plein de mystères à la fois (même si la thématique du crâne ne semble pas vouloir le quitter). Côté production, là non plus ça ne change pas puisque l’album a été enregistré pour la quatrième fois consécutive aux Subterranean Watchtower Studios par Damian Herring, une des quatre têtes évoluant au sein d’Horrendous. Une production toujours aussi impeccable alliant puissance et clarté qui laisse ainsi à chaque instrument l’opportunité de s’exprimer sans prendre le pas sur les autres.

Si Horrendous a débuté sa carrière comme un groupe de Death Metal relativement classique, empruntant autant à Autopsy qu’à Pestilence ou à Asphyx, les Américains ont très vite cherché à s’émanciper des standards du genre afin de prendre davantage de hauteur. Un pari qui comme toujours s’avère relativement risqué dans un milieu où la nouveauté n’est jamais vraiment bien perçue mais qui au final va s’avérer pour le moins payant. Si le groupe peaufine ainsi sa recette depuis déjà deux albums, Idol est à mon sens leur disque le plus équilibré et finalement peut-être le plus réussi même si Ecdysis et Anareta avaient tous les deux placé la barre assez haut. Comme toujours, Horrendous a le bon goût de ne jamais trop en faire. Les morceaux ne sont ainsi ni trop longs ni trop courts et surtout l’album ne s’éternise pas, évitant de faire de ces quarante minutes et deux secondes un moment toujours difficile.
Au contraire, on est même rapidement séduit par l’aisance dont fait preuve Horrendous dans l’exécution de ces huit nouvelles compositions qui lorgnent désormais bien plus ouvertement vers un Death Metal technique à l’ancienne. Et si vous aviez encore quelques doutes quant à la direction empruntée par les Américains depuis deux albums, la présence de cette basse absolument délicieuse saura vous rappeler ce qu’il en est exactement (on pense forcément aux bonnes heures d’Atheist ou de Cynic). Arrivé dans les rangs de la formation il y a deux ans, Alex Kulick n’a semble-t-il eu aucun souci à trouver sa place, apportant avec son instrument une dynamique supplémentaire. C’est d’ailleurs lui qui ouvre l’album le temps d’une très chouette introduction où hormis quelques samples et autres notes de synthétiseur il est le seul à s’exprimer. Son apport sur le reste de l’album se mesure ainsi à chaque seconde avec des accords tout en rondeurs qui semblent suivre leurs propres chemins ainsi que des séquences parfois plus contemplatives comme par exemple sur l’introduction de "The Idolater". Un véritable plus pour la musique d’Horrendous où la basse n’avait auparavant jamais été aussi expressive.

C’est finalement la seule véritable nouveauté que va apporter Horrendous sur ce nouvel album même si pour l’occasion, le groupe renoue sur quelques passages choisis avec soin avec le chant clair qu’il avait abandonné depuis Ecdysis ("The Idolater" et "Golgothan Tongues" sous formes de nappes, "Devotion (Blood For Ink)" ainsi que sur "Obulus" dans une attitude un peu plus grandiloquente). Mais même si fondamentalement le groupe ne surprend plus, je reste malgré tout émerveillé par l’aisance dont il fait preuve à chaque nouvelle sortie. Plus direct et peut-être mieux construit, Idol réussit à faire mouche dès les premières écoutes là où il fallait s’attarder davantage avec ses deux prédécesseurs. C’est en tout cas le sentiment que me donne ce nouvel album où tout semble couler de source, avec une facilité vraiment déconcertante. On sent qu’Horrendous s’est affranchit de schémas de compositions pas forcément toujours très naturels et aborde désormais les choses de manière plus coulée sans pour autant simplifier ni sa recette ni la manière dont il l’exécute. En tout cas, ce nouvel album éblouit par la qualité et la richesse de ces compositions (encore une fois, l’arrivée d’Alex Kulick n’y est pas étrangère), par ces enchevêtrements de séquences toutes différentes et pourtant si cohérentes, par ces riffs hyper efficaces et ces solos à vous hérisser le poil, par ce travail mélodique toujours aussi profond et constant et par cette aisance qui s’en dégage. Un régal pour tous les amateurs de Tech Death old school pleurant l’époque aujourd’hui révolue des premiers albums d’Atheist ou de Cynic (voir le Spheres de Pestilence).

En l’espace de quatre albums, Horrendous n’a eu de cesse de progresser, d’innover, de peaufiner son identité, accouchant aujourd’hui de ce qui est très certainement son meilleur album. Un condensé de Death Metal technique où tout est à sa place et où rien n’est en trop. Une harmonie globale qui fait d’Idol un disque extrêmement efficace et sur lequel on se plait à revenir encore et encore. Certes, ce disque n’aura probablement jamais la portée de ces quelques albums dont il s’inspire mais il y a quand même matière à prendre beaucoup de plaisir à l’écoute de ces huit nouvelles compositions rondement menées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Rillettes citer
Rillettes
23/11/2018 03:00
note: 9.5/10
Très, très heureux de voir que je ne suis pas le seul à être tombé amoureux de cet album. Une pépite. Du tech death tellement juste et naturel, qui ne tombe dans aucun excès sinon celui de la qualité.
Mitch citer
Mitch
22/11/2018 10:13
coreandcoupdate a écrit : Keyser a écrit : Putain que c'est chiant... En même temps, Atheist, Cynic et compagnie, c'est pas pour moi! J'en resterai sur la démo et le 1er album avec eux.

J'avais adoré le précédent... Mais qu'est-ce que j'ai trouvé celui-là mou. Déçu déçu... Déçu


Pas mieux que le lapinou. Etonné de l'avis de notre Yahourt...
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
20/11/2018 22:54
Keyser a écrit : Putain que c'est chiant... En même temps, Atheist, Cynic et compagnie, c'est pas pour moi! J'en resterai sur la démo et le 1er album avec eux.

J'avais adoré le précédent... Mais qu'est-ce que j'ai trouvé celui-là mou. Déçu déçu... Déçu
Jean-Clint citer
Jean-Clint
20/11/2018 18:50
Keyser a écrit : Putain que c'est chiant... En même temps, Atheist, Cynic et compagnie, c'est pas pour moi! J'en resterai sur la démo et le 1er album avec eux.

Pas mieux ... c'est bien joué, la technique est là mais je n'arrive pas à rentrer là-dedans ...
N4pht4 citer
N4pht4
20/11/2018 18:23
Keyser a écrit : Putain que c'est chiant... En même temps, Atheist, Cynic et compagnie, c'est pas pour moi! J'en resterai sur la démo et le 1er album avec eux.

Exactement pareil pour moi.
Keyser citer
Keyser
20/11/2018 18:14
Putain que c'est chiant... En même temps, Atheist, Cynic et compagnie, c'est pas pour moi! J'en resterai sur la démo et le 1er album avec eux.
von_yaourt citer
von_yaourt
20/11/2018 17:12
note: 9.5/10
Fantastique album, je n'attendais pas du tout Horrendous à ce niveau là, même après le sympathique Anareta. Le groupe s'est enfin décidé à proposer autre chose qu'un pur hommage au death old-school à la Pestilence, et l'évolution est admirable. Il n'y a pas une seule faute de goût sur cet album, qui allie la qualité mélodique du death technique du début des années 90 à une ambiance folle, très sombre et agressive qui est pour le coup très originale.

Ce n'est pas seulement l'album de l'année, c'est un des meilleurs albums de pur death technique de ces dix dernières années.
Sim citer
Sim
20/11/2018 15:37
note: 9/10
Quel groupe! C'est vraiment immanquable si on aime Atheist ou Cynic comme écrit dans la chronique. Tout est bien dosé niveau prod et cette basse... C'est du caramel. Ils gardent cette atmosphère si spéciale sans partir dans un concours de technique sans intérêt, respect.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Horrendous
Death Metal
2018 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  9.3/10
Webzines : (7)  7.66/10

plus d'infos sur
Horrendous
Horrendous
Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Prescience  (01:18)
02.   Soothsayer  (04:53)
03.   The Idolater  (05:12)
04.   Golgothan Tongues  (06:15)
05.   Divine Anhedonia  (05:03)
06.   Devotion (Blood For Ink)  (06:25)
07.   Threnody  (02:19)
08.   Obolus  (08:37)

Durée : 40:02

line up
parution
28 Septembre 2018

voir aussi
Horrendous
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)

2014 - Dark Descent Records
  
Horrendous
Horrendous
Ecdysis

2014 - Dark Descent Records
  
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Horrendous
Horrendous
Anareta

2015 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Afflicted
Afflicted
Prodigal Sun

1992 - Nuclear Blast Records
  
Sentenced
Sentenced
Shadows Of The Past

1991 - Century Media Records
  
Crypts Of Despair
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth

2017 - Testimony Records
  
Sinister
Sinister
The Carnage Ending

2012 - Massacre Records
  
Contaminated
Contaminated
Final Man

2017 - Blood Harvest Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique