chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Svartsyn - In Death

Chronique

Svartsyn In Death
Tu connais forcément Svartsyn, le suèdois, si tu t’intéresses un tant soit peu à la scène BM scandinave. Si ce n’est pas son représentant le plus flamboyant, la faute à un parcours un peu chaotique, ponctués de perles (…His Majesty et Timeless Reign) comme de bouses (Wrath upon the Earth), Svartsyn en est tout de même l’un des plus prolifiques (9 albums avec le dernier, In Death, 5 demos, 3 EP et un split) et des plus studieux. In Death, le petit dernier, est plutôt, disons-le clairement, dans la catégorie des bons albums du groupe.

Seven Headed Snake, qui ouvre l’album, tape ainsi direct à l’estomac, dopé par une batterie hystérique, des grattes tout en attaque rapide et un son, ni trop harsh, ni trop clean, qui porte l’ensemble de sa puissance malsaine. Les plus de 7’ du titre développent de jolis contrastes, que l’on va retrouver par la suite : le choix d’un mid-tempo qui brise ou relance les accélérations, très pertinent, des mélodies qui tournoient, tantôt aériennes, tantôt menaçantes et une voix qui, un brin en recul dans le mix, semble hantée (With Death). La batterie ne baisse jamais le pied, tapissant l’espace sonore de ses roulements puissants, qui joue également le rôle de moteur, de propulseur aux morceaux. Les quelques breaks de batterie sont encore une idée – certes courante – mais pertinente dès lors qu’ils renforcent considérablement les contrastes, offrant à l’auditeur des aspérités où s’accrocher pour rompre, parfois, une certaine linéarité du titre (En pont sur Seven Headed Snake par exemple).

Les morceaux sont plutôt longs (près de 7 minutes à chaque fois) et denses, les structures étant chargées en informations, en arrangements subtils (les lead légèrement orientalisant sur le départ de Dark Prophet, qui portent littéralement l’intro ; le départ sourd de The White Mask) et, surtout, en relances permanentes. Les titres sont conçus telle une reptation. Les structures bougent continuellement, les riffs changent, progressent, s’affirment, reculent… tandis que la batterie pilonne (Seven Headed Snake, Wildernesse of the Soul, Exile in Death) ou, parfois, casse certaines dynamiques (With Death, The White Mask, Black Thrones of Death), comme pour les alourdir le temps d’un passage (The White Mask).

Svartsyn réussit un travail d’équilibriste de haute volée tant ses morceaux sont bien dosés, les mélodies se fondant naturellement dans les structures, elles-mêmes évoluant avec tout autant d’évidence, sans heurts, sans faute de goût. Et si la violence domine très largement cet opus, elle semble ici transcendée. Ou, plutôt, au service d’autre chose que le simple étalage de muscles. Comme si elle légitimait les mélodies, comme si, finalement, elle était à leur service, pour que le relief joue à plein (The Wilderness of the Soul). Le son, qui n’a pourtant rien d’exceptionnel, a cependant ce petit quelque chose de profond, d’emphase (The White Mask, Black Thrones of Death) qui trouble et qui ajoute à la richesse de l’ensemble un aspect légèrement chaotique (Black Thrones of Death).

Svartsyn accouche là d’un album franchement intéressant qui, tout en gardant la ligne des Grands Anciens, tout en respectant les canons du genre, parvient à s’en affranchir dans le même temps, qui offre à l’auditeur un produit de belle qualité, varié et riche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
03/11/2018 11:04
Ah, je ne l'attendais plus cette chronique l'album ne semblant pas avoir suscité un grand intérêt. Et pourtant c'est un de mes gros coup de cœur de l'an passé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Svartsyn
Black metal
2017 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.89/10

plus d'infos sur
Svartsyn
Svartsyn
Black metal - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   Seven Headed Snake
02.   Dark Prophet
03.   With Death
04.   The White Mask
05.   Wilderness of the Soul
06.   Black Thrones of Death
07.   Exile in Death

Durée : 46:35

line up
parution
9 Juin 2017

Essayez aussi
Ulver
Ulver
Nattens Madrigal
(Aatte Hymne Til Ulven I Manden)

1997 - Century Media Records
  
Katharsis
Katharsis
666

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  
Hoth
Hoth
Oathbreaker

2014 - Autoproduction
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Henbane

2013 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Onwards to the Spectral Defile

1999 - Osmose Productions
  

THE SOLAR ABYSS TOUR
Fauna + L'Acéphale + Shanti...
Lire le live report
Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique