chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Svartsyn - In Death

Chronique

Svartsyn In Death
Tu connais forcément Svartsyn, le suèdois, si tu t’intéresses un tant soit peu à la scène BM scandinave. Si ce n’est pas son représentant le plus flamboyant, la faute à un parcours un peu chaotique, ponctués de perles (…His Majesty et Timeless Reign) comme de bouses (Wrath upon the Earth), Svartsyn en est tout de même l’un des plus prolifiques (9 albums avec le dernier, In Death, 5 demos, 3 EP et un split) et des plus studieux. In Death, le petit dernier, est plutôt, disons-le clairement, dans la catégorie des bons albums du groupe.

Seven Headed Snake, qui ouvre l’album, tape ainsi direct à l’estomac, dopé par une batterie hystérique, des grattes tout en attaque rapide et un son, ni trop harsh, ni trop clean, qui porte l’ensemble de sa puissance malsaine. Les plus de 7’ du titre développent de jolis contrastes, que l’on va retrouver par la suite : le choix d’un mid-tempo qui brise ou relance les accélérations, très pertinent, des mélodies qui tournoient, tantôt aériennes, tantôt menaçantes et une voix qui, un brin en recul dans le mix, semble hantée (With Death). La batterie ne baisse jamais le pied, tapissant l’espace sonore de ses roulements puissants, qui joue également le rôle de moteur, de propulseur aux morceaux. Les quelques breaks de batterie sont encore une idée – certes courante – mais pertinente dès lors qu’ils renforcent considérablement les contrastes, offrant à l’auditeur des aspérités où s’accrocher pour rompre, parfois, une certaine linéarité du titre (En pont sur Seven Headed Snake par exemple).

Les morceaux sont plutôt longs (près de 7 minutes à chaque fois) et denses, les structures étant chargées en informations, en arrangements subtils (les lead légèrement orientalisant sur le départ de Dark Prophet, qui portent littéralement l’intro ; le départ sourd de The White Mask) et, surtout, en relances permanentes. Les titres sont conçus telle une reptation. Les structures bougent continuellement, les riffs changent, progressent, s’affirment, reculent… tandis que la batterie pilonne (Seven Headed Snake, Wildernesse of the Soul, Exile in Death) ou, parfois, casse certaines dynamiques (With Death, The White Mask, Black Thrones of Death), comme pour les alourdir le temps d’un passage (The White Mask).

Svartsyn réussit un travail d’équilibriste de haute volée tant ses morceaux sont bien dosés, les mélodies se fondant naturellement dans les structures, elles-mêmes évoluant avec tout autant d’évidence, sans heurts, sans faute de goût. Et si la violence domine très largement cet opus, elle semble ici transcendée. Ou, plutôt, au service d’autre chose que le simple étalage de muscles. Comme si elle légitimait les mélodies, comme si, finalement, elle était à leur service, pour que le relief joue à plein (The Wilderness of the Soul). Le son, qui n’a pourtant rien d’exceptionnel, a cependant ce petit quelque chose de profond, d’emphase (The White Mask, Black Thrones of Death) qui trouble et qui ajoute à la richesse de l’ensemble un aspect légèrement chaotique (Black Thrones of Death).

Svartsyn accouche là d’un album franchement intéressant qui, tout en gardant la ligne des Grands Anciens, tout en respectant les canons du genre, parvient à s’en affranchir dans le même temps, qui offre à l’auditeur un produit de belle qualité, varié et riche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
03/11/2018 11:04
Ah, je ne l'attendais plus cette chronique l'album ne semblant pas avoir suscité un grand intérêt. Et pourtant c'est un de mes gros coup de cœur de l'an passé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Svartsyn
Black metal
2017 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.89/10

plus d'infos sur
Svartsyn
Svartsyn
Black metal - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   Seven Headed Snake
02.   Dark Prophet
03.   With Death
04.   The White Mask
05.   Wilderness of the Soul
06.   Black Thrones of Death
07.   Exile in Death

Durée : 46:35

line up
parution
9 Juin 2017

Essayez aussi
Infestus
Infestus
The Reflecting Void

2014 - Debemur Morti Productions
  
Enthroned
Enthroned
Tetra Karcist

2007 - Napalm Records
  
Caveman Cult
Caveman Cult
Savage War Is Destiny

2016 - Rotting Chapel Propaganda
  
Sa Meute
Sa Meute
50 contre 1

2006 - Stronghold Diaphora
  
Slidhr
Slidhr
The Futile Fires Of Man

2018 - Ván Records
  

Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique