chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Panphage - Jord

Chronique

Panphage Jord
Sérieux ? Nan, mais sérieux ? Attends, je relance la recherche. (...) Meeeeerde. Mais c’est vrai en fait ! On n’a pas de chro concernant PANPHAGE dans nos pages ! La honte. La grooooooooosse honte. Pour que tu comprennes un peu la gravité de la situation, c’est comme s’il n’y avait pas de balai à chiotte dans ta cacaroom le jour où Emma a enfin accepté de prendre un café et que le matin tu t’étais un peu laissé aller avant de partir ! Inimaginable ! Gros malaise ! Et comparaison tout à fait nulle, je suis d'accord. Tout d’abord parce que PANPHAGE n’a absolument rien à voir avec les toilettes.

PANPHAGE est un groupe suédois né en 2005 qui n’a fait parler de lui dans la plupart des chaumières de black metalleux qu’à partir de la moitié des années 2010. Avant tout parce que Fjällbrandt, unique membre, a attendu 2015 pour sortir son premier méfait complet. Pendant 10 ans il s’était contenté de démos, Storm avait mis fin à cette habitude. Mais il n’était sorti qu’en cassette sur un petit label, et c’est la signature avec Nordvis Produktion qui a changé la donne. Le label à qui l’on doit déjà des albums de SKOGEN, PANOPTICON, WALDGEFLÜSTER et surtout, ô oui surtout DRÅPSNATT a sorti fin 2016 le deuxième album, un Drengskapr de talent, de très bon niveau. Et il en a profité pour ressortir Storm en version CD quelques mois plus tard, avant d’annoncer un déjà nouvel album pour janvier 2018 : Jord.

Mais les bonnes nouvelles successives ne pouvaient pas arriver sans qu’il y en ait de plus mauvaises, et c’est la pire de toutes qui est tombée ! L’annonce de la fin de PANPHAGE, avant même que ce troisième ne sorte. Ce serait donc un album posthume qui nous attendrait. Et tous ceux qui l’ont écouté sont formels, la scène black metal perd un fier représentant. Notre homme avait un gros talent pour le black metal mélodique bondissant, entraînant, épique et vengeur. Le rendu sur chacune des pistes est jouissif, avec de mélodies danc tou les coins, et, oui, des refrains destructeurs. Ces éléments m’on rappelé des KAMPFAR, des WINDIR, voire des SKAUR. Pour le dynamisme surtout. Comment ne pas se laisser emporter par les riffs acérés aux mélodies éclairées ? Les vocaux résonnent aussi comme des coups de marteau. L’agressivité est présente. Quelques chœurs viennent parachever le travail, apparaissant sans exagération aux moments opportuns. Même chose pour le clavier qui est utilisé à bon escient pour renforcer la puissance...

Ah oui ! PANPHAGE fait du bon, du très bon black de guerrier à cheval. Et le seul reproche qui pourrait être fait est une certaine redondance d’un titre à l’autre, mais ce n’est pas non plus un scandale. En écoutant l’album distraitement on peut trouver qu’il ne varie pas assez, mais on y découvre des nuances au fil des écoutes, des éléments cachés en fond, comme des mélodies plus timides.

Fjällbrandt a donc décidé de s’arrêter sur cette bonne note, avec des compositions qui donnent les frissons, mais il sera sûrement de retour un de ces jours avec l’un de ses autres projets, ou pourquoi pas un tout nouveau tout beau. Sinon nous perdons une figure importante...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
06/11/2018 11:45
note: 8.5/10
Tout à fait dans la lignée des commentaires précédents, un album vraiment bien foutu, qui reste bien en tête.
Aucune réserve à formuler!
Stockwel citer
Stockwel
05/11/2018 21:12
Comme ils le disent sur Postchrist, si tu connais pas Panphage c'est que tu as vécu dans une grotte ces dernières années.
Blague à part c'est vrai que c'est très bon et je suis en tout point d'accord avec la chronique et la note.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
05/11/2018 16:53
note: 8/10
Il y a un sacré engouement pour Panphage ces derniers temps, et même si cet album est loin d’être indispensable, c’est vrai qu’il est bien troussé avec des mélodies qui restent en tête.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Panphage
Black Metal mélodique épique
2018 - Nordvis Produktion
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8.5/10
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Panphage
Panphage
Black Metal mélodique épique - 2005 † 2017 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Odalmarkerna
02.   Måtte dessa bygder brinna
03.   Ygg (En visa om julen)
04.   Skadinawjo
05.   Den tyste åsen
06.   Som man sår får man skörda
07.   Osådda skall åkrarna växa (Outro)

Durée : 39:49

line up
parution
12 Janvier 2018

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique