chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
140 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

1914 - The Blind Leading The Blind

Chronique

1914 The Blind Leading The Blind
Le centenaire de l’armistice de la Seconde Guerre mondiale approchant à grands pas, l’occasion était plus que rêvée pour certains artistes inspirés (ou non) d’y aller de leur album à thématiques guerrières et boueuses. C’est le cas du groupe ukrainien 1914 le bien nommé, qui profite de ce centenaire pour sortir son deuxième album longue durée, intitulé The Blind Leading The Blind. Il y a toujours quelque chose de vaguement surprenant à voir des groupes s’emparer de thématiques pourtant étrangères à leur culture ou patrimoine historique, mais heureusement qu’on ne prospecte pas du côté des groupes méditerranéens qui parlent d’Odin et des vikings, n’est-ce pas ? Quoiqu’il en soit, 1914 n’est pas un nouveau-né sur la scène black metal, et le groupe compte bien utiliser l’efficacité de sa musique pour traiter de l’enfer des tranchées.

Il faut reconnaître que The Blind Leading The Blind pèse lourd sur la balance. Près d’une heure de black death bien rythmé visant à dépeindre certaines des batailles les plus mémorables du conflit en question, le tout illustré par une pochette un peu cliché qui fait malgré tout son petit effet. Deux titres avaient été révélés en amont de la sortie de l’album, le sulfureux "Passchenhell" et l’imposant "Stoßtrupp", qui faisait naître, il faut le dire, une certaine envie d’en savoir plus au sujet de l’album. Ce dernier s’ouvre en réalité sur une chanson de l’époque, en l’occurrence "Your King and Country Want You" d’Helen Clarke (1914), chanson qui avait évidemment pour but de pousser les hommes du Royaume-Uni à défendre leur pays alors que la Seconde Guerre mondiale devenait un conflit global. On est dans l’ambiance de suite.

Place ensuite aux hostilités, fort bien lancées par "Arrival. The Meuse-Argonne" et son riff principal qui ressemble à s’y méprendre à l’un des riffs du mythique "Mother North". On est donc ici en présence d’un black death plutôt robuste mais dont la production sonne un peu trop propre à l’oreille, comme nous le confirme sans mal les autres titres de l’album. Premièrement, il n’est nullement nécessaire de remettre en question la qualité de l’album. The Blind Leading The Blind offre son lot d’émotions, le cocktail est détonant et donne moultes occasions à l’auditeur de profiter de la rythmique dévastatrice pour se mouvoir de manière peu recommandable. Mis à part un ou deux titres en dessous des autres, cet album est efficace à n’en pas douter.

Toutefois, il manque quelque chose au deuxième album des ukrainiens pour se muer en réelle sortie de choix au cœur de l’automne. Le son est un peu trop propre, mais l’ensemble ne sonne surtout pas assez macabre et rampant pour raconter la Grande Guerre dans ses plus innommables détails. La volonté n’était évidemment pas de sortir l’album référence pour parler des poilus et de leur quotidien, toujours est-il qu’on a un peu de mal à lier l’album de 1914 à ses thématiques, qui se veulent parfois glorieuses et épiques, mais surtout infâmes et fangeuses. En somme, un peu de crasse n’aurait pas fait de mal. La musique demeure ce qu’il y a de primordial, mais lorsqu’elle illustre comme il se doit les thématiques chères au groupe, c’est bien entendu un plus.

En revanche, si on laisse de côté cette petite déception, il est difficile de ne pas se laisser entraîner par l’album dans son ensemble. Chaque titre apporte quelque chose pour faire en sorte que l’écoute ne soit pas trop linéaire, rapport à la certaine homogénéité dont peut souffrir l’album sur la durée. On retrouve notamment une reprise de l’excellent "Beat The Bastards", titre culte du groupe de punk rock britannique The Exploited, et la chose est d’ailleurs bienvenue pour éponger "High Wood. 75 Acres of Hell", qui ne brille pas nécessairement par les sensations qu’il entend procurer. Les autres incontournables de l’album sont évidemment "Passchenhell", qui jouit de la présence de Dave Ingram (Bolt Thrower) en tant que vocaliste, ainsi que "C’est Mon Dernier Pigeon", bien que son nom prête à sourire, pour nous autres francophones.

Après un "War In" introductif, c’est un "War Out" qui permet une sortie en douceur du vigoureux deuxième album de 1914. Plus martial que sordide, The Blind Leading The Blind souffre de deux ou trois manquements pour se hisser au rang des grosses surprises de l’automne. Il n’en demeure pas moins énergique et agréable à écouter pour les amateurs de black death peu exigeant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Un Chevelu citer
Un Chevelu
27/11/2018 11:00
"le centenaire de l'armistice de la 2nd guerre mondiale", "(...) Your King and Country Want You" d’Helen Clarke (1914), chanson qui avait évidemment pour but de pousser les hommes du Royaume-Uni à défendre leur pays alors que la Seconde Guerre mondiale devenait un conflit global"? Faut apprendre à compter ou revoir son cour d'histoire ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
1914
Black Death
2018 - Archaic Sound
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (5)  6.9/10

plus d'infos sur
1914
1914
Black Death - 2014 - Ukraine
  

tracklist
01.   War In  (1:15)
02.   Arrival. The Meuse-Argonne  (6:20)
03.   A7V Mephisto  (5:28)
04.   High Wood. 75 Acres Of Hell  (5:03)
05.   Beat The Bastards (The Exploited Cover)  (7:02)
06.  Hanging On The Barbed Wire  (2:29)
07.   Passchenhell (feat. David Ingram)  (8:14)
08.   C'est Mon Dernier Pigeon  (5:22)
09.   Stoßtrupp  (06:13)
10.   The Hundred Days Offensive  (10:01)
11.   War Out  (1:55)

Durée : 59:23

parution
11 Novembre 2018

Essayez plutôt
Omnizide
Omnizide
Death Metal Holocaust

2014 - Carnal Records
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Combustion Spontanée
Combustion Spontanée
Horraura

2006 - Autoproduction
  
Reversed
Reversed
Widow Recluse (Démo)

2018 - Temple Of Mystery Records / Muerto En La Cruz
  
Lord Belial
Lord Belial
Kiss The Goat

1995 - No Fashion Records
  

Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique
Equipoise
Demiurgus
Lire la chronique
Cromlech
Eschatological Horrors (Com...
Lire la chronique