chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Satan's Satyrs - The Lucky Ones

Chronique

Satan's Satyrs The Lucky Ones
Ça y est : Satan’s Satyrs a enfin sorti l’album dont on (je ? Aller, nous sommes bien quelques-uns) le sentait capable. L’album qui, enfin, est à la mesure de ce que personnifient ces petites teignes sur scène et sur leurs photographies. L’album qui, enfin, donne envie de tailler la route avec eux pour seuls partenaires, malgré la peinture d’une vie ni très saine, ni très profonde. Bref, l’album où le feu que l’on sentait dès le départ rugir sous ces trognes juvéniles nous lèche de ses délicieuses flammes vintages.

« Enfin ». Il faut dire qu’on l’a attendu ce disque, au point de se demander s’il allait bien arriver un jour, émoustillé par les quelques réussites de Wild Beyond Belief! et Die Screaming, avant de se demander si Clayton Burgess n’avait tout simplement pas mis son talent au service d’autres branleurs tout aussi attachants, rendant son projet personnel caduque. Que les esthètes et autres bourgeois de la musique ferment désormais leurs clapets : dès « Thrill of the City », on avale sa salive comme pour s’excuser, tant The Lucky Ones déballe un tempérament de flambeur ultra-daté et pourtant aucunement nostalgique, répondant à la réussite récente d’un Uncle Acid and the Deadbeats aristocratique et horrifique par un heavy metal à peine émancipé du (hard) rock reniflant les trottoirs pour trouver un endroit où boire et insulter les passants choqués. Clairement, cela fait un moment que je n’avais pas écouté une œuvre rappelant autant que le metal peut aussi être un sous-genre du punk, œuvre mettant autant à son service les bijoux d’une époque révolue pour en faire ses apparats à elle et personne d’autre.

Cette insolence talentueuse parcourt le long des trente-quatre minutes de The Lucky Ones. Que ce soit à l’écoute de la voix de Clayton Burgess – qui est de nouveau « la » voix : orgueilleuse, charmeuse, adolescente et donc, la définition d’un certain metal incandescent – ou de ces guitares qui ont désormais une fureur de fond là où Wild Beyond Belief! et sa production rouge n’en avaient que la forme (tout braille de joie ici, cf. la ballade hargneuse « Take It and Run »), ce quatrième longue-durée possède – n’ayons pas peur des mots – une certaine perfection dans ses ricanements et coups de bottes, les moqueuses « You and Your Boots » (et son début militaire pour de rire) ou « Trampled by Angels » n’étant que des exemples parmi d’autres d’un disque si peu sérieux d’apparence, et cependant tellement prenant, qu’on finit par se laisser aller comme il invite à le faire, entre légèreté et faim au ventre, altier malgré les pieds qui cognent les canettes vides jonchant le sol.

Satan’s Satyrs frime mais reste constamment à la hauteur sur The Lucky Ones, donnant ici dans l’ancien jusqu’à cette impression d’entendre une compilation de tubes tenant par magie les uns avec les autres, la rambarde fermement tenue dans les montagnes russes, des écrans nous dépeignant une vie fantasmée de racaille des années soixante / soixante-dix. Servies par une production au diapason, aussi rude, sexuelle (ce son de basse indécent) et porteuse d’un univers que la pochette ci-contre (à partir de laquelle on peut déjà savoir si on est taillé pour telle musique, selon que l’on soit charmé ou repoussé), les compositions ne déçoivent jamais, à part à quelques endroits où le cerveau se rallume un peu, en attente d’un nouveau tirage de langue punk et enfiévré. Ce qui, heureusement, arrive rarement : car, à part une « She Beast » pas assez taquine et un break mollasson sur la tuerie quasi-intégrale qu’est « Too Early to Fold », que reprocher à ce disque ?

Rien, The Lucky Ones étant de ceux dont les nombreux défauts sont des qualités, le bancal devenant errance de petites frappes cherchant un clochard à détrousser et des bonnes familles à apeurer. Sûr, on a tous des factures à payer, des projets, un cadre bien défini aux divertissements licites en guise de petites échappatoires – raison de plus pour adorer ce disque, unique car personnel, où rêver à une autre possibilité, les oreilles battant au rythme d’un cœur vivant ces images de l’intérieur. Pas de doute, ici, les chanceux, c’est nous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
10/11/2018 20:44
note: 8.5/10
P.S : par contre, attention, la famille comporte 3 membres, et non 2. A bon entendeur, salut...
gulo gulo citer
gulo gulo
10/11/2018 20:42
note: 8.5/10
Oui, je les sentais également en bonne voie d'enfin l'accrocher, celui-là, à entendre "Ain't that lovin' you babe ?" sur le split avec Windhand : un disque enfin direct et séducteur de bout en bout.
Quelle enfilade de tubes, sacré bon sang ! Et pour ma part, "She beast" est en bonne place dans les moments (encore plus) forts (que le reste, déjà très fort). Le break de "Too early to fold", en revanche, c'est effectivement une redoutable ramollissement, qui heureusement se reprend bien vite.

Et pour en revenir à cet inévitable parallélisme, je le trouve, paradoxalement, plus fleuri, truculent, riche de son vocabulaire, que Wasteland, malgré les ostensibles couleurs bonbonnières de ce dernier, tout réjouissant qu'il soit lui aussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Satan's Satyrs
Heavy / Doom Metal / Punk
2018 - Bad Omen Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  10/10

plus d'infos sur
Satan's Satyrs
Satan's Satyrs
Heavy / Doom Metal / Punk - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Thrill of the City
02.   The Lucky Ones
03.   She Beast
04.   Take It and Run
05.   You and Your Boots
06.   Too Early to Fold
07.   Pulp Star
08.   Trampled by Angels
09.   Permanant Darkness

Durée : 33 minutes 50 secondes

line up
parution
19 Octobre 2018

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique