chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Selvans - Faunalia

Chronique

Selvans Faunalia
Parmi les belles découvertes (de plus en plus rares malheureusement) de l’année 2015, je citerais de suite ce premier album Lupercalia du duo italien Selvans. Un black/folk mélodique atmosphérique (mais aussi fortement symphonique) à l’aura « sylvestre » et mystique des plus savoureuses, comme un doux rappel des oubliés Thy Serpent. Pour cette nouvelle offrande, le groupe masqué garde sa thématique mythologique romaine, après les lupercales, Faunalia, « Faunalies » en français, il s’agit encore de fêtes en l’honneur de Faunus, dieu protecteur des troupeaux (il leur donne la fécondité et les défend contre les loups). Mettez de côté cet artwork bien vilain, le bel objet contrebalance la chose (digipack format A5 contenant un livret de 20 pages). « Inizio ».

Sourire aux lèvres, les premières minutes de Faunalia ne dépayseront pas vraiment les adeptes de Selvans. L’ouverture instrumentale « Ad Malum Finem » (bruits d’animaux, rythmiques tribales, tibia, sifflements…) puis le premier riff de « Notturno peregrinar » comme une immersion parfaite à travers les villages (toujours cette image d’un vieil habitant assis devant sa porte) et les réserves naturelles des Abruzzes (un tiers des loups et 80% des ours d’Italie s’y trouvent). Pourtant les Italiens mettront de côté cette ambiance « forestière » et leurs aspects folk sur ce nouvel album. Les instruments traditionnels du précédent opus (joués par Haruspex), flute, tibia (hautbois de l’Antiquité), le sistre (ancêtre du tambourin) et hochet paraissent ici quasi-anecdotiques, effacés par des nappes de claviers et des tremoli néoclassiques fortement imprégnés d’un Obtained Enslavement (plus qu’un clin d’œil sur « Notturno peregrinar »). Les hurlements de Haruspex (dans la lignée d’un Pest) étonneront d’ailleurs la première fois, le gaillard poussant la gueulante à en cracher du sang par terre. Gros bémol sur les passages « clair » de Fulguriator de mon côté, pas très justes… Le duo aimera ainsi alterner entre black vindicatif (mais très mélodique) et une approche atmosphérique glaciale (nappes éthérées à la limite parfois du « funeral » d’un Shape Of Despair) et avant-gardiste « théâtrale » (voire ambiance « western spaghetti » sur le break de « Requiem Apruti »), on retrouve une nouvelle fois les influences Gehenna (première période) et Acturus.

Les seules surprises résident ici dans des bagages modernes pourrait-on dire « indus » : samples, effets électro et rythmique martiale (un batteur est cité mais la majorité des frappes transpire la B.A.R). Forcément on pensera à leurs voisins d’Aborym (particulièrement l’album « concept » Psychogrotesque) ou même un malsain Diabolicum (« Phersu » à 2:19). Mais globalement tout cela reste très discret, on se retrouve avec un black metal sympho mélo assez conventionnel. Les tentatives ambiancées d’un « Anna Perenna » en « spoken word » seront assez dispensables, à l’instar des 14 minutes prometteuses de « Magna Mater Maior Mons ». Des chœurs liturgiques reprenant la mode actuelle du black à capuche (Batushka) et un break sympathique (6:18) malgré tout mais qui peineront à marquer nos esgourdes. Une vraie chronique « name dropping » je l’avoue, ce constat suit encore Selvans. Le groupe manque encore de personnalité mais délivre indubitablement une musique de qualité. 6 morceaux pour 56 minutes de compositions léchées et au nombre d’arrangement pléthorique (écoute au casque encore de mise).

Black metal plus épuré perdant le charme « des bois », Faunalia demeure un album à la musique excellemment exécutée (encore plus maîtrisée que son prédécesseur) mais qui se fond malheureusement dans la masse. En résulte un album bigarré accrocheur sans réelle ligne directrice (potpourri d’influences) mais dont l’écoute reste des plus agréables. Forcément après un Lupercalia si prometteur on restera clairement sur sa faim. « Pazienza ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
14/11/2018 20:33
note: 8/10
Première fois que je jette une oreille sur le groupe.
Un genre souvent casse-gueule qui peut vite flirter avec le ridicule. J'évite de trop en consommer.
Et pourtant après une seule écoute, j'en retiens énormément de bonnes idées et passages marquants. Je ne peux pas dire pourquoi ça fonctionne, il me faudra plusieurs écoutes. Les quelques fautes de goût (notamment backing vocals et quelques instrumentations) sont vites gommées par la richesse des arrangements en général.

Peut-être pas aussi délectable qu'un Sigh au sommet de sa forme mais mérite vraiment le détour. Je vais me pencher de ce pas sur le précédent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Selvans
Black / Folk symphonique et atmosphérique
2018 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  8.75/10

plus d'infos sur
Selvans
Selvans
Black / Folk symphonique et atmosphérique - 2014 - Italie
  

tracklist
01.   Ad Malum Finem  (03:03)
02.   Notturno peregrinar  (07:39)
03.   Anna Perenna  (07:24)
04.   Magna Mater Maior Mons  (14:32)
05.   Phersu  (09:07)
06.   Requiem Aprutii  (14:40)

Durée : 56:25

line up
parution
2 Novembre 2018

voir aussi
Selvans
Selvans
Lupercalia

2015 - Avantgarde Music
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique