chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Lumberjack Feedback - Blackened Visions

Chronique

The Lumberjack Feedback Blackened Visions
Blackened Vision est le premier album du combo lillois THE LUMBERJACK FEEDBACK. Le disque a mis du temps à sortir de terre. Huit ans très exactement. Huit ans depuis la formation du groupe, en 2008, par Sébastien Tarridec (Basse), Nicolas Tarridec (Batterie), Olivier T'Servrancx (Batterie), Boumt Hersina (Guitare) Arnaud Silvert (Guitare).

Huit ans de travail, de concerts, de premières parties, de rencontres. Quelques changements de line-up et trois EP dont un magistral enregistrement live capté dans une église (Noise in the Church, en 2014). Et voila enfin la récompense de tout ce travail, un album d'une cohérence remarquable.

Un gros travail de production, certes, mais aussi de narration. Car cet album raconte vraiment une histoire, et on remercie la formation de nous proposer beaucoup plus qu'un album instrumental. Car oui, la particularité de THE LUMBERJACK FEEDBACK c'est de jouer du Doom instrumental. Et qui dit instrumental dit pas de chanteur, donc pas de voix pour raconter l'histoire. Tout le travail narratif repose sur les compos essentiellement collectives. Car le groupe évite le concours de branlette de manches et de soli en folie. C'est tout le contraire avec THE LUMBERJACK FEEDBACK, la musique est un résultat collectif qui joue sur les complémentarités, les oppositions et les duels. Et pour ajouter un peu de corps au propos, les bûcherons lillois ont un atout de poids : ils se payent deux batteurs.

J'imagine comme ça doit être difficile de devoir justifier en permanence ce choix rythmique culotté. Convaincre les exploitants de salle qui pensent que leur scène sera trop petite, répondre aux interviews qui demandent systématiquement "pourquoi deux batteurs", séduire un public qui ne voit pas forcément l'intérêt de ce mur de bruit, car à moins de le savoir ou d'être soi-même un batteur, il est parfois difficile de détricoter la partition croisée interprétée par Nicolas Tarridec et Virgile Chaize. Oh bien sûr, quand l'un des musiciens massacre ses fûts tandis que l'autre dessine des motifs cristallins sur le bord de caisse, on se doute de quelque chose. Pour ma part, même en le sachant, je n'arrive pas à détourer précisément les deux batteries, mais tant qu'on se contente d'écouter l'opus au casque, cette préoccupation est, ma foi, assez théorique, car seul compte le résultat final. Et pour ce qui est du résultat final, il est d'excellente facture. Avec un mur rythmique doublé, les compos ont de la puissance à revendre, et bien sûr, la rythmique a une place au moins aussi importante que les guitares. Ce n'est pas juste un mur de bruit sur lequel les gratteux tissent leur partition mais bien une progression ensembliste et concertée qui élève la musique vers des petites apothéoses. Tout cela est très écrit, très chirurgical aussi, ciselé. Et pourtant, ce gros travail sur l'écriture et la production ne se fait pas au détriment de la chaleur, de la spontanéité de la musique. THE LUMBERJACK FEEDBACK sonne clair et organique. C'est une instrumentation naturelle, on ne triche pas avec le son, on n'ajoute pas d'éléments extérieurs, on ne noie pas les compos sous le reverb, on n'abuse pas de la disto. Rien ne vient casser la dynamique développée par le quintet, ce qui promet du live aussi fidèle que possible au disque. Un peu froid et mathématique, certes, mais d'une sincérité à toute épreuve.

En un mot, un bon disque dans son genre. Pas forcément le projet Doom qui plaira aux amateurs de son crasseux, mais une musique contemplative qui sait jouer sur les contrastes et les progressions narratives. Le trip tout instrumental peut rebuter certains auditeurs, mais il serait dommage de s'arrêter à cet aspect de leur travail. Blackened Vision n'est pas une version instrumentale de ce qui aurait pu être un bon album s'ils avaient eu un chanteur, c'est un album remarquable en soi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Lumberjack Feedback
Doom Metal Instrumental
2016 - Kaotoxin Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  8.74/10

plus d'infos sur
The Lumberjack Feedback
The Lumberjack Feedback
Doom Metal Instrumental - 2008 - France
  

tracklist
01.   No Cure (for the fools)  (05:14)
02.   Blackened Visions  (08:20)
03.   IMereMortal  (07:40)
04.   Salvation  (07:42)
05.   Dra Til Helvete  (09:10)
06.   Mah Song (Horses of Gods)  (06:00)

Durée : 44:10

line up
parution
15 Janvier 2016

Essayez aussi
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique