chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sjukdom - Stridshymner og dødssalmer

Chronique

Sjukdom Stridshymner og dødssalmer
En voyant le nom de SJUKDOM, je savais bien que ça me disait quelque chose. Et de plonger dans les souvenirs, et de me rappeler de SYKDOM ! Un groupe lui aussi norvégien, mais avec quelques années de plus puisqu’il a sorti trois albums entre 2004 et 2006. Le nom de ces formations a bien entendu la même signification : « maladie ». Sauf qu’orthographié Sjukdom, il vient du suédois. C’est un peu dur à suivre alors on la refait. Je m’intéresse aujourd’hui à SJUKDOM, une formation norvégienne qui a choisi de s’affubler d’un nom suédois. Elle existe depuis 2011 et un premier album avait vu le jour en 2013. contenait 8 titres et durait 42 minutes. Le deuxième album est sorti en 2018, il a un titre de moins et ne cumule que 35 minutes au compteur.

5 ans ont passé entre les deux opus, et c’est avec un nouveau bassiste que le quatuor se présente. Au revoir Aske, bonjour Nekrosis. D’ailleurs Aske était suédois, un Suédois parmi les Norvégiens, qui était peut-être la cause du choix du nom. Nekrosis, lui, est norvégien, et il n’a pas un CV très fourni. Il n’y a d’ailleurs que le batteur du groupe qui un petit passif puisqu’il faisait partie de la courte aventure d’IMPERILED EYES, en 2005, 2006.

Et c’est chez Osmose Productions, notre label français légendaire, que sort Stridshymner og dødssalmer. Un gage de qualité ? Dans une certaine mesure oui. Mais pas nécessairement un gage d’efficacité, ni même d’originalité. Et d’ailleurs SJUKDOM n’a pas énormément d’arguments à fournir. Il pratique un black metal brutal clair, c’est à dire qu’il vise du bourrin mais du bourrin accessible, et même s’il le fait très proprement, il est difficile de le trouver incontournable. Chaque piste fait son office. Chaque morceau, emporté par des vocaux dégoulinant de haine, nous tartine la gueule de violence. Certains contiennent même des sons d’alarme, histoire de rajouter en stress, en agressivité. Ça marche. Ce n’est pas nouveau, mais ça marche.

On se laisse ainsi emporter sans grande difficulté dans le tourbillon de SJUKDOM. On a quelques petits frissons parce que le corps ne peut que réagir aux efforts déployés, mais le problème c’est que le cerveau n’est pas véritablement convaincu. L’envie d’y revenir n’est pas très forte parce que l’album ne dépasse pas le stade du défouloir idéal. Un DARK FUNERAL aurait pu faire l’affaire. Il audra le garder pour ce genre d'occasion du coup, pour se rebooster un bon coup...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Romain48 citer
Romain48
20/11/2018 10:57
note: 8/10
Alors je conçois que ce disque ne réinvente rien. Pour autant, tout est fait avec une grande efficacité, c'est pour ça que je lui mets un 8/10. Du bon travail je trouve.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
18/11/2018 14:59
note: 6.5/10
Du même avis que toi, un disque classique et sympathique mais qui manque de moments forts et marquants pour ressortir de la masse. Ca s'écoute bien mais ça s'oublie tout aussi vite malgré le bon niveau de jeu ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sjukdom
Black Metal Brutal
2018 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Sjukdom
Sjukdom
Black Metal Brutal - 2011 - Norvège
  

tracklist
01.   Dødssalmer
02.   Nærvær
03.   Lykantropi
04.   Med en fot i graven
05.   Terra Nihil
06.   I en storm av stål
07.   Skudd for skudd

Durée : 34:58

line up
parution
26 Octobre 2018

Essayez plutôt
Cataplexy
Cataplexy
Devangelight

2012 - Zero Dimensional Records
  
Numen
Numen
Numen

2011 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
When Fire Rains Down From The Sky, Mankind Will Reap As It Has Sown (EP)

2003 - Mordgrimm
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Total Fucking Necro (Compil.)

2000 - Leviaphonic Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Divine Darkness

2016 - Endtime Productions
  

Soundgarden
Down On The Upside
Lire la chronique
Ad Patres
A Brief Introduction To Hum...
Lire la chronique
Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview