chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Profanatica - Altar of the Virgin Whore

Chronique

Profanatica Altar of the Virgin Whore (EP)
Profanatica, c’est un groupe assez unique. Quand Paul Ledney quitte Incantation en 1990 pour aller composer du black metal au lieu du death metal auquel reste fidèle le grand John McEntee, le gaillard n’avait pas en tête la version norvégienne de la chose qui ne précisera réellement que quelques années plus tard. Profanatica est toujours resté cette entité bâtarde, entre death metal poisseux et purulent et black metal primitif éminemment satanique. Le groupe est connu pour ne pas plaire à tout le monde, autant sur disque que pendant ses concerts qui en auront fait ricaner certains en découvrant les costumes de scène affectionnés par le groupe. Et autant votre serviteur n’a pas encore pu voir le groupe en face de lui, ce qui aura changé Dimanche prochain, autant il goûte fort les immondes salaceries satanico-macabres de Profanatica sur album.

Profanatica sortait donc son EP Altar of the Virgin Whore début Novembre, un peu moins de deux ans après son dernier album. Pas de changement fondamental à l’horizon, Paul Ledney ne s’est pas soudainement pris de passion pour les mélodies élégantes et graciles du jour au lendemain. On reste les deux pieds embourbés dans les eaux épaisses et nauséabondes du blasphème bestial et puant. Ce qui est notable en revanche, c’est l’orientation bien plus franchement death metal qui se dégage des huit très courtes pistes de l’EP. Les riffs sonnent très, très Incantation et auraient carrément pu apparaitre sur les premières démos dudit groupe que personne n’aurait tiqué. Je m’attendais presque à voir McEntee crédité à la composition dans le line-up tant les riffs sortis ici ont un air de famille. Et c’est peut-être parce que mon groupe de death metal favoris reste et restera toujours Incantation que je dis ça, mais bon sang que ça fait du bien d’entendre ce genre de mélodies malsaines. Depuis que Gand-Papa Bouc a pris de l’âge et que ses nombreux héritiers sortent des albums de haute qualité, on en viendrait presque à oublier le vénérable aïeul derrière tout ça. Seulement, Profanatica a décidé de reprendre du service à l’ancienne et d’envoyer huit brûlots bien putrides à la face du monde pour rappeler comment qu’on faisait du bon blasphème dans le temps. A croire que Ledney aurait été subitement été pris d’un crise de nostalgie.

Bon, à part raconter que Profanatica s’est réapproprié l’héritage d’un Incantation vieillissant, qu’est-ce qu’on peut dire de plus sur cet EP ? Eh bien par exemple que la durée des morceaux ne dépasse pas 3 minutes 23 secondes pour la plus longue, qu’elles sont majoritairement menées le couteau entre les dents et axées quasiment uniquement sur les riffs sans trop se soucier du reste, et que le final écrasant « He Has Risen », qui répète en boucle ses trois accords délétères, conclue parfaitement ces 20 minutes furieuses et impies. Il n’y a pas grand-chose à dire d’autre. Tous les morceaux sont bons, l’EP passe tout seul, on en redemande à la fin. Pas bien compliqué tout ça … La batterie cogne bien fort tout le long, les guitares sonnent venimeuses et rouillés, la basse caractéristique du groupe est bien audible, Ledney vocifère ses insanités avec son phrasé déclamatoire habituel … L’ambiance reste parfaitement immonde et glauque ; c’est de la musique qui aime le Mal. Juste du très bon Profanatica dans son versant le plus death. Avec Chris Moyen pour sublimer le tout avec un artwork dans la plus pure tradition du death metal, de Profanatica et de lui-même. Bref, c’est parfait.

Cet EP, c’est le café serré que tu t’envoies avec plaisir à n’importe quel moment de la journée. Parfaitement tiré et charpenté, simple, basique, essentiel. Il te passe dessus d’un coup, et toi tu n’as qu’à ouvrir la bouche pour t’envoyer cette musique de damné en travers de l’œsophage. Vivement le concert avec Watain et Rotting Christ Dimanche prochain !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
19/11/2018 12:10
Ber Val a écrit : Petite erreur à la première ligne, Paul Ledney a quitté Incantation et non pas Inquisition Clin d'oeil

Oulah oui tout à fait, stupide erreur de ma part, c'est bien à Incantation que je pensais.
Ber Val citer
Ber Val
19/11/2018 08:46
Petite erreur à la première ligne, Paul Ledney a quitté Incantation et non pas Inquisition Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Profanatica
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.5/5

plus d'infos sur
Profanatica
Profanatica
Black Metal Obscur - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Conceived with Sin  (02:09)
02.   Prayer in Eclipse  (02:52)
03.   Altar of the Virgin Whore  (02:53)
04.   Crucifixion Wounds  (01:58)
05.   Thorn King  (01:00)
06.   Sacred Code Broken  (02:16)
07.   Fuck the Messiah  (03:23)
08.   He Has Risen  (03:02)
19.  33

Durée : 19:33

line up
parution
2 Novembre 2018

voir aussi
Profanatica
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy

2016 - Hells Headbangers Records
  

Essayez aussi
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf (Split 7")

2011 - Doomentia Records
  
Kataklysm
Kataklysm
Waiting for the End to Come

2013 - Nuclear Blast Records
  
War Master
War Master
Blood Dawn (EP)

2013 - Torture Garden Pictures Company
  
Sinister
Sinister
The Post-Apocalyptic Servant

2014 - Massacre Records
  
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique