chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ævangelist - Matricide in the Temple of Omega

Chronique

Ævangelist Matricide in the Temple of Omega
Soulagement : nous allons encore pouvoir délicieusement souffrir ! Voilà ce que l’on se dit à l’écoute de Matricide in the Temple of Omega, nouvel album d’Ævangelist. C’est que la pente semblait difficile à remonter pour le duo, semblant devenir lentement mais sûrement moins chargé en arômes de synthèse (cf. le pourtant bon Enthrall to the Void of Bliss), et plus particulièrement pour la tête pensante Matron Thorn et ses multiples projets peu réjouissants (la déception Death Fetishist reste à l’esprit). Des annonces en cascade, comme pour noyer le poisson, ainsi qu’un disque-surprise particulièrement inutile (Heralds of Nightmare Descending) plus tard, l’impression de voir les Ricains se perdre dans l’excessif pour lui-même devenait tenace, au point de se demander si le projet ne préférait pas se contempler dans le miroir plutôt que le traverser, comme à ses débuts. Et pourtant, ici s’ouvre une nouvelle porte, monumentale.

Une entrée qui vous plongera une nouvelle fois dans le cosmos et l’infini néant, dans lequel se meut – depuis ses débuts – la formation. Les sentiments de claustrophobie et d’intense terreur vous saisissent rapidement avec des voix désincarnées en guise d’accueil (cf. « Intro ») ou encore des boucles hypnotiques répétées jusqu’à épuisement. Un vortex étouffant d’où surgit des voix languissantes et des membres informes cherchant à vous pénétrer. Un appel au vice et à la dépravation. Jamais cette alchimie entre horreurs d’outre-espace et sexualité déviante n’avait été aussi bien retranscrite dans les précédentes réalisations d’Ævangelist. Tout semble se fondre, se distordre pour fusionner à nouveau. Un mouvement continuel dans lequel vous être pris malgré vous, ballotté dans ce vide impénétrable. Les titres fleuves se succèdent dans un rythme relativement soutenu alternant agressions en règle (notamment « Æon Death Knell »), passages atmosphériques – gardant ce côté corrosif et percutant – ainsi que parties aussi lentes que vicieuses (comme sur le magistral « Ascending Into the Pantheon »). L’occulte en ressort d’autant plus par ses variations tout comme l’excellent placement des vocaux d’Ascarsis, les chœurs et les effets bien orchestrés. Un album à double tranchant qui vous pousse à la fois à la contemplation et au plaisir de goûter aux douleurs exquises.

Une évolution qui pourra donc paraître minime au premier abord, mais qui est telle qu’elle rend de nouveau enthousiaste à l’idée de suivre Ascaris ainsi que les nombreux projets de Matron Thorn (à commencer par l’excellent Devil Worshipper, dont il faudra parler bien vite). En déviant sa déviance vers moins de peintures de guerre, moins de mutations décrites dans leur anatomie, Ævangelist en est devenu à la fois plus compréhensible et horrible, faisant vivre de l’intérieur sa lubricité sadomasochiste et infernale, sorte de mise en musique d’une vie de Cénobite dans le monde de « Hellraiser ». Dans ces dédales escherien, tout juste notera-t-on que le duo garde encore pour plus tard des chemins à explorer, spiralant de délires entre Urfaust, Bethlehem, Axis of Perdition ou encore Deathspell Omega sans pour autant chercher à explorer une pièce en particulier. Une quête qui ignore son but, ce qui peut, lors de ces soixante-deux minutes, faire décrocher ici ou là, se demandant où tout cela mène. Cependant, il est important de dire que cet étourdissement n’est pas qu’un défaut, renforçant l’impression de se perdre dans une recherche effrénée et sensuelle ! Matricide in the Temple of Omega fait avancer sans boussole en son sein, les cris jouisseurs de fous écrivant leurs évangiles écarlates comme seuls repères.

Le duo effectue son retour avec éclat, dévoilant une nouvelle facette toute aussi malsaine et viscérale. Un album qui, s’il parait « simpliste » au premier abord par ses répétitions, arrive à vous perdre dans ses méandres. Il vous faudra de la persévérance et peut-être vous faire violence pour vous engouffrer dans ce chaos. Néanmoins c’est le prix à payer pour saisir toutes les subtilités de cette œuvre qui se savoure d’autant plus sur la durée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
31/12/2018 08:40
Merci ! Pour Hellraiser, c'est en regardant cette vidéo du très bon ALT 236 que j'y ai pensé (je conseille sa chaîne aux amateurs d'esthétique glauque, c'est fouillé et passionné) :

https://www.youtube.com/watch?v=nMwiy-MM2es

Mais oui, ça saute à la gueule, et encore plus chez Devil Worshipper au passage !
InnerDam citer
InnerDam
31/12/2018 00:49
note: 8/10
Très bonne chronique, l'analogie avec les Cenobites de Barker colle parfaitement à l'atmosphère de l'album. Les titres du split avec Blut Aus Nord ne m'avaient pas marqué plus que ça mais là... Ce disque nous plonge en plein cauchemard! Peut être leur oeuvre la plus aboutie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ævangelist
Atmospheric Black / Death Metal
2018 - I, Voidhanger Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.38/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ævangelist
Ævangelist
Atmospheric Black / Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
Divination
Æon Death Knell
Omen of the Barren Womb
The Sonance of Eternal Discord
Serpentine As Lustful Nightmare
Ascending Into the Pantheon

Durée : 61.10 min.

line up
parution
16 Novembre 2018

voir aussi
Ævangelist
Ævangelist
Writhes in the Murk

2014 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
De Masticatione Mortuorum in Tumulis

2012 - I, Voidhanger Records
  
Blut Aus Nord / Ævangelist
Blut Aus Nord / Ævangelist
Codex Obscura Nomina (Split-CD)

2016 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
Omen Ex Simulacra

2013 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
Enthrall to the Void of Bliss

2015 - 20 Buck Spin Records
  

Surprise de l'année
Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast