chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nag - Nagged to Death

Chronique

Nag Nagged to Death
Nag is back avec la gnaque, et les Norvégiens sont bien décidés à le faire comprendre ! J’avais particulièrement apprécié le premier album du trio en 2016 et son humilité à casser la baraque sans fioritures, par un mix entre black metal et punk qui rendait honneur aux racines de la bande. Sans pour autant marquer les esprits, le projet avait su me tatouer par endroits, le souvenir de « What is Punk? » me trottant encore aujourd’hui dans la tête.

Seulement, les choses ont un peu évolué. Car ici, Nag fait tout pour mériter sa pochette de monstre affamé, décidant d’appuyer encore plus fort pour peindre sur les différents tableaux dont il se sert comme supports, une crête hirsute en guise de pinceau. Simplement, Nagged to Death reprend la formule dévorée il y a deux ans mais pousse encore plus loin le jeu de cache-cache, liant punk vicieux, entêté et entêtant (ce n’est pas « Dumb Little Life » et ses paroles en boucle qui vont faire pousser des neurones), morsure par le froid lors d’apparitions furieusement black metal (cette montée sur « Sorry », pouah !), ainsi qu’un côté hardcore noisy école fysisk format encore plus présent qu’auparavant. Maniant grain noise, son rude et mixage lourd avec efficacité (miam, cette basse sur « Who Will Save Us from Rock’n’Roll »), le projet semble avoir accentué l’efficacité à toute épreuve de son brassage des genres, donnant envie de sacrifier par le feu ces vikings à petites roupettes de Kvelertak, décidément dépassés par tant de puissance.

Mais il serait injuste de comparer outre-mesure Nag à ces autres Norvégiens semblant pourtant jouer des mêmes codes – bien que ces derniers se soient décidés rapidement à mêler un rock vintage ennuyeux à une soupe pas si mauvaise au départ. Car c’est bien en direction d’une formation comme Oozing Wound que les regards se font les plus embarrassés. Nagged to Death possède une telle raideur, une telle colère, qu’il fait rapidement oublier les frustrations ressenties à l’écoute de la discographie post-Retrash des Ricains, tant il présente un certain amour pour la noise derrière son mélange actuel et convenu en apparence. C’est que la sensation « jadis et Nag guerre » donnée par les « Destroyer six-six-six » scandés lors de « Black Wizards » laisse rapidement place à celle de se faire détruire la tête à coups de répétitions, les riffs tournant et retournant avec une simplicité n’ayant rien de facile et tout du filet de bave s’échappant par la bouche. Béta au premier abord, ce deuxième album est bien la petite bête teigneuse que j’attendais des Norvégiens, jusqu’à des voix aussi naturelles que véhémentes.

Ce qui fait que j’ai bien du mal à trouver à redire au sujet de ces trente-cinq minutes jouissives au possible, pour peu qu'elles soient accueillies avec l’attention qu’elles méritent. Sans être particulièrement mémorable dans une année qui aura vu planer d’autres albums nettement plus profonds, Nagged to Death n’en reste pas moins un exutoire de choix pour qui est prêt à s’y faire béqueter, sa cervelle devenue plat principal. De toute façon, disque aussi punk annonce la couleur : entre perdants, qui s’attend à gagner quoi que ce soit ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nag
Punk / Hardcore / Black Metal
2018 - Fysisk Format
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Nag
Nag
Punk / Hardcore / Black Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Sigh
02.   In the Know
03.   Nagged to Death
04.   No Rest for the Blessed
05.   Sorry
06.   Black Wizards
07.   The Story of my People
08.   Rainbow Children
09.   Who Will Save Us from Rock’n’Roll
10.   Dumb Little Life
11.   Forever You
12.   Fatherbrand
13.   Ordinary Men

Durée : 35 minutes 37 secondes

line up
parution
23 Novembre 2018

voir aussi
Nag
Nag
Nag

2016 - Fysisk Format
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast