chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nachtmystium - Resilient

Chronique

Nachtmystium Resilient (EP)
« Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous »
Luc 6, 37

D’accord ? Tu as donc compris que ce n’était même pas la peine d’essayer de laisser un commentaire sur les arnaques de Blake Judd. Pardonne ! Pardonne mais surtout n’achète jamais rien auprès de lui. Parce que si le pêcheur peut se repentir, il ne peut pas guérir.

Mais bon, quelle drôlerie tout de même, et quel gâchis. Un groupe tel que NACHTMYSTIUM avait un destin tracé différemment, et je me souviens encore à quel point en 2006 Instinct : Decay m’avait retourné. Je connaissais déjà le groupe auparavant, et j’en avais les deux premiers albums ainsi que le DVD Visual Propaganda: Live from the Pits of Damnation mais c’est bien celui-ci qui m’avait ouvert les yeux sur le talent de la fine équipe. Et sa capacité à mettre du neuf dans du classique. Il parvenait à ouvrir une fenêtre encore méconnue dans le black metal. Ensuite, il a poussé son concept plus loin encore, aimant ajouter des effets inattendus dans ses titres, allant même un peu trop loin pour les plus extrêmes d’entre nous. Mais c’est indéniable, les Black Meddle PT I et II et Silencing Machine ont marqué leur époque. The World We Left Behind un peu moins, sans doute parce que l’affaire citée plus haut avait déjà éclaté...

Mais bien que personne ne l’ait oubliée, le sieur Judd a décidé de faire son retour, et il arrive tout de même à bien s’entourer. Déjà son label. Lupus Lounge, ce n’est pas n’importe qui. La sous-division de Prophecy Productions s’occupe aussi de SECRETS OF THE MOON, A FOREST OF STARS ou encore HELRUNAR et FARSOT. Et il est surtout réputé pour satisfaire ses poulains. Côté musiciens, il s’est trouvé de nouveaux compagnons : Job Bos qui est le clavier live de SATYRICON, THE RUINS OF BEVERAST ainsi que DARK FORTRESS, Joel Witte qui me semble un guitariste sorti de nulle part et Martin van Valkenstijn, ici bassiste, qui a d’autres noms au sein d’YSENGRIN, ALCHEMYST, MOSAIC ou SEREMONI. D’autres figures ont été invitées, comme Nolan Jenkins à la batterie, qui semble avoir intégré le groupe depuis.

C’est tout ce beau monde qui permet le retour de NACHTMYSTIUM en 2018, mais pas avec un album complet. Un EP, comme s’il fallait mettre les orteils dans le bain pour vérifier la température. Quatre pistes, mais seulement 2 qui sont de véritables morceaux. Le premier est une introduction de moins de 2 minutes, composé de machines et de dialogues qui mettent une petite ambiance inquiétante, et le dernier est une longue conclusion de 9 minutes presqu’entièrement instrumentale. Elle a des petits airs de DEAFHEAVEN, alternant passages de contemplation et d’agressivité. Ce sont donc les deux morceaux intermédiaires qui nous intéressent, et je dois avouer qu’ils m’ont convaincu. Surtout « Resilient ». Un morceau qui n’en fait pas des tonnes, et qui retrouve justement les fondamentaux, tout en incluant de l’originalité en cours de route. Il propose pendant 4 minutes un black metal lent, mais enchanteur, quasiment hypnotique. Très sage quand on connaît le groupe. Ça pourrait même décevoir si subitement le titre ne passait dans la quatrième dimension, avec un changement de rythme et une espèce de flûte de pan (!!!) et des chœurs éthérés qui nous enveloppent. Les vocaux deviennent clairs et ronflants, et le morceau atteint un véritable sommet. Je retrouve plus le NACHTMYSTIUM original mais efficace que celui qui tentait un peu trop n’importe quoi. Et je suis aux anges. « Silver Lanterns » est un peu moins marquant, mais lui aussi propose une évolution assez proche. Une première moitié qui pose tranquillement le paysage, et une deuxième qui y intègre les personnages, la vie, un semblant d’agitation. Plane aussi un sentiment mélancolique constant.

Cet EP n’est pas indispensable, mais il remplit pour moi un rôle important, celui de nous montrer à quoi ressemble le NACHTMYSTIUM du retour. Il est plus sage, mais avec sa personnalité tout de même intacte. Il a des idées, et si un album devait arriver, il serait totalement dans un genre qui me conviendrait...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Archi citer
Archi
21/12/2018 22:05
Facile d'approche, des lignes de chant qui restent en mémoire, pour faire de la provoque: c'est du black FM !
Mais "solide" c'est un bon qualificatif.
Hoover citer
Hoover
17/12/2018 23:47
note: 3.5/5
Je suis content du retour de ce groupe intéressant, mais qui tend parfois un peu à se galvauder. Il nous avait quitté avec un excellent album, The world we left behind (qui pour le coup m'avait beaucoup plus marqué que les superficiels Black meddle), et il revient avec un EP solide. Vivement la suite.
BBB citer
BBB
07/12/2018 15:57
Je l'attendais assez impatiemment depuis son annonce, c'est à dire depuis un bail, mais après l'avoir écouté 3 fois je ne suis que moyennement emballé.
Rien de bien catastrophique, ça se positionne bien dans la continuité des précédents, mais je ne trouve pas l'accroche suffisante pour être totalement conquis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nachtmystium
Black Metal Envolé
2018 - Lupus Lounge
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines : (5)  3.9/5

plus d'infos sur
Nachtmystium
Nachtmystium
Black Metal / Prog-Rock - 2000 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Conversion
02.   Resilient
03.   Silver Lanterns
04.   Desert Illumination

Durée : 25:03

parution
30 Novembre 2018

voir aussi
Nachtmystium
Nachtmystium
Instinct : Decay

2006 - Battle Kommand Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Assassins
(Black Meddle pt. 1)

2008 - Century Media Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Addicts
(Black Meddle pt. 2)

2010 - Century Media Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Silencing Machine

2012 - Century Media Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
The World We Left Behind

2014 - Century Media Records
  

Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique
Gods Forsaken
Smells Of Death
Lire la chronique