chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Haunt - Grimoires Of Undead Power

Chronique

Haunt Grimoires Of Undead Power
Dans le sillage de ces groupes de Black Metal ultra confidentiels qui se plaisent à presser leurs disques dans des quantités particulièrement limitées (Obskuritatem, Lampir, Orgy Of Carrion, Candelabrum, Trono Além Morte...), on trouve le one-man band américain Haunt. Originaire de Salem dans l’Oregon et en activité depuis 2016, la formation menée par un certain Perthro compte à son actif deux démos et deux albums dont le dernier en date s’intitule Grimoires Of Undead Power. Disponible au format cassette via le label GreySun Records (L’Acéphale, Lluvia...), ce deuxième album a également bénéficié d’un pressage CD en autoproduction pour tous ceux qui comme moi n’ont que faire de ce format à bande.

Perfecto en cuir, cartouchière et pierre tombale dans les bras servent à planter le décor d’un disque qui, dès la pochette, semble avoir déjà tout dit ou presque. En tout cas, soyez sûr qu’il n’y pas tromperie sur la marchandise puisque Haunt s’adonne sans grande surprise à la pratique d’un Black Metal cradingue, tout en saturation, en grain et en larsens. Caractéristique d’une scène en quête d’authenticité, cultivant un certain mystère en dévoilant le moins d’informations possibles et désireuse de renouer avec les racines d’un genre fondé en opposition à certains standards de conformité (no fun, no core, no mosh, no trends), la musique de Haunt ne se laisse pas aborder facilement. Pour commencer, il vous faudra être à l’aise avec cette impression persistante que l’on vous a collé dans les oreilles une malheureuse démo enregistrée il y a plus de vingt-cinq ans sur un lecteur cassette Fischer Price acheté dans une brocante plusieurs années auparavant. Je grossi évidemment un petit peu le trait mais tout dans le son n’est qu’excès et inconfort. Souffle et grésillements persistants vous accompagneront ainsi pendant une petite demi heure particulièrement éreintante (mention spéciale à "To Walk The Left Hand Path" qui devrait casser la tête et les oreilles à plus d’un dur à cuir malgré son rythme lancinant et ses spoken words). Une situation bancale pour l’auditeur mais très claire pour le groupe américain qui n’entend pas plaire à tout le monde, bien au contraire.

Musicalement, les influences de Haunt semblent relativement évidentes. En ce qui me concerne j’entends beaucoup de Darkthrone (le riffing rachitique et hyper abrasif, l’esprit Punk évident, la production complètement pétée, l’usage de breaks hyper accrocheurs comme celui de "Where Your Grave Used To Be" ou de blasts effrénés) mais également pas mal de Burzum comme sur le début de "Where Your Grave Used To Be" avec notamment ce riff lointain et répétitif ou bien encore sur "The Silence Of Death" qui n’est pas sans rappeler un titre tel que "Dunkelheit" avec ce clavier légèrement en retrait qui bulle pépère en arrière plan alors que Perthro déroule ad nauseam le même pattern sombre et entêtant pendant près de cinq minutes. Si on repassera évidemment pour ce qui est de l’originalité, il est tout de même juste de constater que le monsieur sait y faire lorsqu’il s’agit d’aligner du riffs efficaces et accrocheurs. Ainsi "Where Your Grave Used To Be", "Grimoires Of Undead Power" et "Incarnate" sont sûrement les trois titres les plus redoutables de l’album. Menés le couteau entre les dents, ces quelques morceaux font office de véritable doigt d’honneur à tous cette bien-pensance qui semble parfois vouloir gangréner cette scène (même s’il y aurait tout de même bien à redire sur la subversivité ou l’exclusivité dont se jouent certains groupes). Un retour aux fondamentaux qui à l’image de cette fameuse production passe par une formule très simple. Ce sont ces bas instincts, cette nature complètement dépouillée et primitive et cette animalité sauvage qui séduisent bien évidemment chez Haunt. Ces riffs sournois et tranchants qui vous donnent envie de vous dévisser la tête, ces breaks aussi bêtes que méchants, cette voix arrachée et malsaine, cette répétition maladive ("Among The Dead") ainsi que ces changements d’atmosphères qui interviennent lorsque Perthro opte pour des choses moins directes et plus pernicieuses. C’est le cas sur des titres tels que "Among The Dead" et "The Silence Of Death » mais aussi sur ces vrais/faux morceaux que sont "To Walk The Left Hand Path" (un titre faisant quelque peu office d’interlude particulièrement lugubre) et "Necrommunicating The Mausoleum" en guise de conclusion hallucinée.

Si le premier album de (the real) Haunt était déjà très convaincant dans un genre qui n’offre que bien peu de latitudes pour surprendre, Grimoires Of Undead Power se révèle un poil supérieur grâce à des compositions encore un peu plus efficaces et - ça va en faire marrer certains - une production plus aboutie. Bah ouais, jouer la déglingue tout le monde peut le faire les doigts dans le nez mais jouer la déglingue et réussir à en ressortir quelque chose de froid, d’implacable et de terrifiant, ça c’est une autre histoire. A ce petit jeu-là, Perthro montre qu’il en est parfaitement capable, au même titre qu’un Black Cilice, qu’un Candelabrum, qu’un Obskuritatem ou qu’un Orgy Of Carrion. L’art noir dans toute sa splendeur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/12/2018 11:56
note: 8/10
Fabulon a écrit : Petite écoute via bandcamp et c'est vrai que c'est plutôt prenant.
Bien lugubre et poisseux!


Oui, c'est ton genre de came tout ça Clin d'oeil
yog citer
yog
17/12/2018 11:31
Et puis le gars a l'air d'aimer bouger des cailloux, c'est toujours sympa quand on a besoin d'un coup de main pour réaménager son jardin.
Fabulon citer
Fabulon
17/12/2018 11:08
note: 7/10
Petite écoute via bandcamp et c'est vrai que c'est plutôt prenant.
Bien lugubre et poisseux!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Haunt
Black Metal
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Haunt
Haunt
Black Metal - 2016 - Etats-Unis
  

formats
  • K7 / 13/10/2018 - GreySun Records
  • CD / 13/10/2018 - Autoproduction

tracklist
01.   Where Your Grave Used To Be  (04:09)
02.   Grimoires Of Undead Power  (04:49)
03.   Among The Dead  (04:31)
04.   To Walk The Left Hand Path  (03:05)
05.   The Silence Of Death  (04:42)
06.   Incarnate  (07:30)
07.   Necrommunicating The Mausoleum  (01:45)

Durée : 30:31

line up
  • Perthro / Chant, Guitare, Basse, Batterie

parution
13 Octobre 2018

Essayez aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
The Synarchy Of Molten Bones

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Nécropole
Nécropole
Ostara (Démo)

2015 - Résilience
  
Frozen Graves
Frozen Graves
Frozen Graves

2017 - Kuunpalvelus Records
  
Nordjevel
Nordjevel
Nordjevel

2016 - Osmose Productions
  
Isgärde
Isgärde
Jag enslig skall gå

2016 - Symbol Muzik
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast