chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
157 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Alone in the Mist - Useless

Chronique

Alone in the Mist Useless
Et voilà, tu as cliqué pour lire la chro. Tu avais du temps à perdre, ou alors tu lis tout, tout, tout ce qui paraît sur Thrashocore. Et tu as raison, parce qu’il y a parfois des surprises ! Là, non. Ou alors pas une bonne... de surprise. ALONE IN THE MIST n’est pas très bon. Inutile. Sans grande saveur. Bref, tu peux t’en aller tout de suite. Et moi, je pourrais arrêter tout de suite, si je n’étais pas un chroniqueur consciencieux. Et puis surtout, je l’ai écouté plusieurs fois cet album de 50 minutes. J’ai souffert plusieurs fois. Pas pour n’en sortir qu’une dizaine de lignes. Non, il ne faut pas que Useless ne m’ait fait que perdre du temps. Useless... C’est ironique tout de même, comme titre...

ALONE IN THE MIST est un one man’s band russe, tenu par un jeune homme de 18 ans très motivé. Roman Gaak, né en 2000, a eu envie de créer sa formation en 2016, et il s’est pris au jeu du black metal dépressif. C’est devenu une marotte. C’est devenu sa raison de vivre, peut-être même la seule. Et c’est en 2018 que tout s’est concrétisé, et emballé. Useless est le deuxième album, sorti un mois après Thunder of Doom, neuf mois avant le tout nouveau See them Dying. Useless a eu le bonheur de se retrouver chez moi pour la simple raison que c’est le label More Hate Productions qui l’a sorti, en collaboration avec Narcoleptica Productions. Il est particulièrement mauvais et la plupart de ses poulains parviennent à me faire saigner les oreilles, mais voilà, c’est lui qui s’occupe de mes chouchous de HOLDAAR, devenu REGNAT HORRENDUM, et MOONGATES GUARDIAN. Alors une fois par an, je commande chez lui et groupe les achats, me laissant toujours tenter par ces albums qui rejoindront finalement les recoins les plus perdus de mes tiroirs de rangement.

Mais je parle, je parle. J’ai l’impression qu’on n’est pas très nombreux à être resté jusque là. Donc déjà bravo. Il faudrait peut-être que tu ailles cliquer sur l’extrait qui est en écoute pour te dissuader de poursuivre. Non, ça va, tu continues ? Bon, bah moi aussi alors... ALONE IN THE MIST fait du black dépressif qui a encore les pieds dans le doom. Les titres suintent donc la solitude, la noirceur, et l’ennui de la vie. Un ennui qui est terriblement bien retransmis puisqu’il suffit de deux pistes pour bailler comme jamais. Parce qu’on ne ressent ni mal-être, ni malaise, ni même de rage retenue. On ne ressent rien qui fasse vibrer. Il se peut bien que ce soit l’objectif, et que Gaak essaie de faire des compositions froides et monotones inspirées par des paysages tels que celui de la pochette, mais alors le problème est que l’on ne retient pas grand chose. Le problème est que même si ces pistes peuvent accompagner une promenade solitaire dans un endroit désert, elles n’auront de valeur que dans ce contexte. Et finalement, tout autre album du même style aurait très bien pu faire l’affaire.

Oh bah ça alors, tu es resté jusqu’au bout ! Alors, je tiens à te féliciter, car tu ne le feras pas avec cet album ! Tenir les 50 minutes, ce sera sans aucun doute un exploit tout aussi difficile.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Alone in the Mist
Black Metal Dépressif Doom
2018 - More Hate Productions / Narcoleptica Prod.
notes
Chroniqueur : 3.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Alone in the Mist
Alone in the Mist
Black Metal Dépressif Doom - 2016 - Russie
  

écoutez
tracklist
01.   Patience
02.   Voice of Grief
03.   Useless
04.   Annoying Remembrance
05.   Graveyard of Joys
06.   Indifference to the Future
07.   Die

Durée : 50:16

parution
15 Février 2018

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast