chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Act Of Impalement - Perdition Cult

Chronique

Act Of Impalement Perdition Cult
Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais j’ai laissé de côtés ces bons vieux albums des années 80 et 90 sur lesquels j’aime toujours me pencher pour faire un focus ces dernières semaines sur les quelques sorties de 2018 méritant d’être abordées ici sur Thrashocore mais sur lesquelles personne ne s’était encore penché. C’est le cas par exemple du premier album des Américains de Act Of Impalement intitulé Perdition Cult et sorti cet été sur Unspeakable Axe Records (label très proche de Dark Descent Records à qui l’on doit d’excellents disques comme ceux de Ripper, Besieged, Mortal Scepter, Nucleus...).
Mis en lumière par Caligari Records qui a sorti en 2014 une compilation cassette de deux EPs intitulée à juste titre Echoes Of Wrath - Hyperborean Altar, le groupe originaire de Nashville dans le Tennessee n’a vraiment commencer à faire parler de lui qu’avec la sortie cette année de ce premier essai longue durée qui d’ailleurs n’a de long que le nom puisque celui-ci ne dépasse même pas les trente minutes…

Illustré par un artwork où se mêlent charnier à ciel ouvert, champignon atomique et bâtiments institutionnels en feu, Perdition Cult semble vouloir nous mettre en garde sur son contenu ou en tout cas nous faire savoir que le groupe n’est pas là pour enfiler des coquillettes. Et en effet, le trio américain entend bien s’imposer par la force grâce à un Death Metal abrasif aux puissants relents de Punk/Hardcore et de Doom. On enterre donc bien profond toute notion d’originalité pour s’intéresser ici à une formule certes convenue mais ô combien redoutable. Servi par une production musclée mêlant le grain des Sunlight Studios, la fougue et à l’intensité du Punk/Hardcore et l’épaisseur suffocante du Doom, les neuf titres de ce premier album sonnent un peu comme une version plus Death Metal (mais également moins radicale, moins Grind) que ce que peut proposer un groupe comme Nails.
On retrouve en tout cas comme chez les Californiens ces délicieux riffs tronçonneuse qui viennent nous gratter les tympans bien comme il faut, cette basse hyper nerveuse qui va s’imposer par la seule force de ses assauts vibrants, ces accélérations Punk/Hardcore ultra jouissives à base de tchouka-tchouka endiablés (les fulgurances presque Grind de "Smoldering Out Of Existence" à 0:35, le début tout en nerf de "Draugr", "Ruins Of Sarnath" à 1:22, "Eternal Frame-Eternal Bliss" et ce cri aigu en guise de préambule, "Chthonic" et ses rythmes chaloupés...) ainsi qu’un certain nombre de ralentissements taillés pour se rompre les cervicales.

C’est d’ailleurs l’une des principales spécificités du son d’Act Of Impalement, cette propension à flirter allègrement avec un Doom crado et dégoulinant tout au long de séquences bien lourdingues et écrasantes (le spectre puant d’Autopsy n’est jamais loin). Car si les titres de ce premier album sont effectivement relativement courts, suggérant ainsi par les chiffres (entre 2:30 et 3:30 en moyenne) cette urgence évoquée plus haut, chaque morceau est pourtant marqué par une sérieuse baisse de régime posant alors sur les épaules de l’auditeur une sérieuse chape de plomb ("Smoldering Out Of Existence" à 1:02, la première partie de "Disembowelment Rituals Of Moloch" ainsi qu’à partir de 2:13, "Draugr" à 0:41, "Ruins Of Sarnath" et son groove perfide, "As Their Temples Burn" à 0:49, "Pax Romana", "S.L.R (Sadistic Lycanthropic Rage)" à 1:35, etc). Une diversité rythmique en forme de montagnes russes va ainsi permettre à Act Of Impalement de varier les plaisirs et aussi de captiver l’auditeur sans jamais le faire bailler à cause d’une séquence mal venue ou tout simplement un peu trop longue. Un équilibre brillamment pensé qui rend l’écoute de Perdition Cult facile et particulièrement agréable.

Vingt-sept minutes c’est sûrement un peu court mais ces neuf titres suffisent à se faire une bonne idée du potentiel de ces Américains qui mélangent ici Death Metal, Punk/Hardcore et Doom à la perfection. Un condensé d’agressivité et de lourdeur capable de se montrer aussi abrasif que poisseux et cela en l’espace de transitions éclairs. Un bon prétendant au podium dans la catégorie "découverte de l’année".

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
05/02/2019 22:18
note: 8/10
Désolé pour le retour tardif. Oui, ça bourre plus que ça Doom. Du coup je t'en prie Clin d'oeil
Orel Lion citer
Orel Lion
11/01/2019 16:27
note: 7.5/10
J'admets que la partie Doom est distribuée avec parcimonie. C'est sacrément efficace! J'ai vraiment apprécié. Merci pour la découverte Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
21/12/2018 08:20
note: 8/10
Orel Lion a écrit : Bon... tu dis "Doom" donc cela me fait un peu peur mais ta chro donne envie. je m'en vais écouter cela dès que possible.

Oui, tentes quand même une écoute. C'est suffisamment bien dilué pour ne pas rendre l'exercice pénible aux non amateurs du genre.
Orel Lion citer
Orel Lion
20/12/2018 16:09
note: 7.5/10
Bon... tu dis "Doom" donc cela me fait un peu peur mais ta chro donne envie. je m'en vais écouter cela dès que possible.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Act Of Impalement
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Act Of Impalement
Act Of Impalement
Death Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Smoldering Out Of Existence  (02:50)
02.   Disembowelment Rituals Of Moloch  (03:14)
03.   Draugr  (02:58)
04.   Ruins Of Sarnath  (02:27)
05.   As Their Temples Burn  (03:19)
06.   Pax Romana  (03:15)
07.   S.L.R (Sadistic Lycanthropic Rage)  (03:34)
08.   Eternal Frame-Eternal Bliss  (02:27)
09.   Chthonic  (03:35)

Durée : 27:39

line up
parution
31 Août 2018

Essayez aussi
Necrowretch
Necrowretch
Putrefactive Infestation (EP)

2011 - Detest Records
  
Crucifyre
Crucifyre
Infernal Earthly Divine

2011 - Pulverised Records
  
Nominon
Nominon
Recremation

2005 - Konqueror Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Ubermensch
(Death Of God)

2002 - Osmose Productions
  
Gruesome
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)

2017 - Relapse Records
  

Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique
Örmagna
Örmagna
Lire la chronique
Vargrav
Reign In Supreme Darkness
Lire la chronique