chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skulmagot - Skulled To Death

Chronique

Skulmagot Skulled To Death
Dernière petite trouvaille en direct des Internets, les Finlandais de Skulmagot dont le premier album intitulé Skulled To Death est sorti début octobre via Old Skull Productions, petit label hongrois spécialisé dans le format cassette. Bien qu’encore disponible via l’e-shop du dit label, une version pour le marché américain a également été éditée via le label Headsplit Records, lui aussi spécialisé dans ce format pour le moins désuet.

Fonctionnant sur la base d’un duo, Skulmagot se forme à Helsinki courant 2015 autour de deux activistes plutôt discrets embarqués jusque-là dans des projets de 3ème ou 4ème division (qui a déjà entendu parler de Tukkanuotta et Buried Alive ?). Alors il y a très peu de chance pour que les choses changent avec Skulmagot mais au moins, la qualité de l’artwork signé Irwan Awang de Ironworx Gravefix devrait donner à certains l’envie de s’y intéresser davantage. Il faut dire que le côté chargé et dégoulinant de son travail à de quoi séduire les amateurs de Death Metal à l’ancienne habitués à ce genre d’illustrations peu ragoûtantes. C’est en tout cas la raison principale (ça et le nom de Headsplit Records, label de qualité) de mon clic sur YouTube alors pourquoi en serait-il autrement pour vous ?

Du haut de ses huit titres pour un petit peu plus de vingt-six minutes, Skulled To Death semble donner le ton avant même que l’on ait pressé cette fameuse touche « Play ». Et à dire vrai, entre ce visuel qui ne trompe pas, cette durée peu excessive et ces titres sans équivoque ("Cum Culprit", "Furnace Tan", "Skuzzle", "Gastrointestinal Armageddon"...), on sait effectivement sur quel pied danser avant même d’avoir écouté ne serait-ce que quelques secondes de ce que Skulmagot a à nous proposer.
Adepte d’un Death Metal à l’ancienne, le duo finlandais puise l’essentiel de son inspiration dans les premiers albums de Cannibal Corpse (Butchered At Birth, Tombs Of The Mutilated et The Bleeding en tête. Un mimétisme particulièrement flagrant qui devrait donc laisser de côté tous ceux pour qui l’originalité est un élément déterminant quant à l’appréciation d’un groupe et de sa musique. A l’inverse, si cela n’a pas spécialement d’importance pour vous et que vous tenez en haute estime les premiers albums de Chris Barnes en compagnie de Canniboul, je vois mal ce qui pourrait vous empêcher de ne pas tomber sous le charme de ce premier album disponible malheureusement uniquement en cassette à l’heure où j’écris ces lignes.

Vous parler de Skulmagot après ce petit paragraphe revient donc en quelques sorte à paraphraser n’importe quelles chroniques de Cannibal Corpse. On trouve ainsi tout au long de cette petite demi-heure son lot de fulgurances Thrash ("Cum Culprit" à 0:14 et 1:37, "Skulled To Death" à 0:21, "Skuzzle" à 1:14, la fin de "Old Boy", "Body Varial Error" à 1:58, le début tonitruant de "Terror Barn"...) auxquelles vont venir se mêler des séquences plus techniques avec un riffing typique rappelant les grandes heures de Jack Owen et Bob Rusay (ces riffs qui déroulent à vitesse grand V, ces légères saccades et autres petites dissonances). Coincés entre tout cela, des passages au groove absolument redoutable qui ne devraient pas manquer de faire leur petit effet (les trente dernières secondes de "Cum Culprit", "Skulled To Death" à 1:46, "Skuzzle" à 0:29 et 1:43) ainsi que des passages bien lourdingues histoire de plomber définitivement l’atmosphère ("Furnace Tan", "Old Boy", "Body Varial Error ", "Gastrointestinal Armageddon"). N’oublions pas non plus d’évoquer cette basse frétillante et particulièrement expressive qui semble tricoter sans vraiment se soucier du reste ainsi que ce chant partagé entre growl des cavernes et cris arrachés aux intonations pleines de haine proches d’un Pete Helmkamp. Certes la production aurait méritée d’être un poil aérée mais ça colle finalement assez bien à l’artwork plutôt dense de ce Skulled To Death ainsi qu’à la musique poisseuse et dégoulinante du duo finlandais.

Sans grande originalité, ce Skulled To Death est pourtant la bonne surprise de cette fin d’année. Les références à Cannibal Corpse sont légions et surtout évidentes mais encore une fois, si vous êtes amateurs des premières heures du groupe originaire de Buffalo, vous devriez êtres ravi de poser vos oreilles sur un album de cette qualité. Résolument old school, de la production à l’exécution, Skulled To Death reprend tous les poncifs qui ont fait le succès des premiers albums du groupe américain en prenant soin d’y apporter un soupçon de groove supplémentaire. Une recette d’une efficacité absolument imparable même s’il est vrai qu’en terme d’originalité on déjà entendu mieux. Il n’y a maintenant plus qu’à espérer que le groupe réussisse à trouver un label pour un pressage CD.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skulmagot
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skulmagot
Skulmagot
Death Metal - 2015 - Finlande
  

tracklist
01.   Cum Culprit  (02:42)
02.   Skulled To Death  (03:11)
03.   Furnace Tan  (02:38)
04.   Skuzzle  (03:09)
05.   Old Boy  (02:48)
06.   Terror Barn  (03:27)
07.   Body Varial Error  (03:28)
08.   Gastrointestinal Armageddon  (05:13)

Durée : 26:36

line up
parution
5 Octobre 2018

Essayez aussi
Puteraeon
Puteraeon
Cult Cthulhu

2012 - Cyclone Empire Records
  
Yyrkoon
Yyrkoon
Occult Medicine

2004 - Osmose Productions
  
Cenotafio
Cenotafio
La Fatídica Excrecencia De La Subtierra

2017 - Ancestral Terror Records
  
Kaamos
Kaamos
Scales Of Leviathan (EP)

2007 - Nuclear Winter
  
Mortiferum
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)

2017 - Autoproduction
  

Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique
Örmagna
Örmagna
Lire la chronique
Vargrav
Reign In Supreme Darkness
Lire la chronique