chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skulmagot - Skulled To Death

Chronique

Skulmagot Skulled To Death
Dernière petite trouvaille en direct des Internets, les Finlandais de Skulmagot dont le premier album intitulé Skulled To Death est sorti début octobre via Old Skull Productions, petit label hongrois spécialisé dans le format cassette. Bien qu’encore disponible via l’e-shop du dit label, une version pour le marché américain a également été éditée via le label Headsplit Records, lui aussi spécialisé dans ce format pour le moins désuet.

Fonctionnant sur la base d’un duo, Skulmagot se forme à Helsinki courant 2015 autour de deux activistes plutôt discrets embarqués jusque-là dans des projets de 3ème ou 4ème division (qui a déjà entendu parler de Tukkanuotta et Buried Alive ?). Alors il y a très peu de chance pour que les choses changent avec Skulmagot mais au moins, la qualité de l’artwork signé Irwan Awang de Ironworx Gravefix devrait donner à certains l’envie de s’y intéresser davantage. Il faut dire que le côté chargé et dégoulinant de son travail à de quoi séduire les amateurs de Death Metal à l’ancienne habitués à ce genre d’illustrations peu ragoûtantes. C’est en tout cas la raison principale (ça et le nom de Headsplit Records, label de qualité) de mon clic sur YouTube alors pourquoi en serait-il autrement pour vous ?

Du haut de ses huit titres pour un petit peu plus de vingt-six minutes, Skulled To Death semble donner le ton avant même que l’on ait pressé cette fameuse touche « Play ». Et à dire vrai, entre ce visuel qui ne trompe pas, cette durée peu excessive et ces titres sans équivoque ("Cum Culprit", "Furnace Tan", "Skuzzle", "Gastrointestinal Armageddon"...), on sait effectivement sur quel pied danser avant même d’avoir écouté ne serait-ce que quelques secondes de ce que Skulmagot a à nous proposer.
Adepte d’un Death Metal à l’ancienne, le duo finlandais puise l’essentiel de son inspiration dans les premiers albums de Cannibal Corpse (Butchered At Birth, Tombs Of The Mutilated et The Bleeding en tête. Un mimétisme particulièrement flagrant qui devrait donc laisser de côté tous ceux pour qui l’originalité est un élément déterminant quant à l’appréciation d’un groupe et de sa musique. A l’inverse, si cela n’a pas spécialement d’importance pour vous et que vous tenez en haute estime les premiers albums de Chris Barnes en compagnie de Canniboul, je vois mal ce qui pourrait vous empêcher de ne pas tomber sous le charme de ce premier album disponible malheureusement uniquement en cassette à l’heure où j’écris ces lignes.

Vous parler de Skulmagot après ce petit paragraphe revient donc en quelques sorte à paraphraser n’importe quelles chroniques de Cannibal Corpse. On trouve ainsi tout au long de cette petite demi-heure son lot de fulgurances Thrash ("Cum Culprit" à 0:14 et 1:37, "Skulled To Death" à 0:21, "Skuzzle" à 1:14, la fin de "Old Boy", "Body Varial Error" à 1:58, le début tonitruant de "Terror Barn"...) auxquelles vont venir se mêler des séquences plus techniques avec un riffing typique rappelant les grandes heures de Jack Owen et Bob Rusay (ces riffs qui déroulent à vitesse grand V, ces légères saccades et autres petites dissonances). Coincés entre tout cela, des passages au groove absolument redoutable qui ne devraient pas manquer de faire leur petit effet (les trente dernières secondes de "Cum Culprit", "Skulled To Death" à 1:46, "Skuzzle" à 0:29 et 1:43) ainsi que des passages bien lourdingues histoire de plomber définitivement l’atmosphère ("Furnace Tan", "Old Boy", "Body Varial Error ", "Gastrointestinal Armageddon"). N’oublions pas non plus d’évoquer cette basse frétillante et particulièrement expressive qui semble tricoter sans vraiment se soucier du reste ainsi que ce chant partagé entre growl des cavernes et cris arrachés aux intonations pleines de haine proches d’un Pete Helmkamp. Certes la production aurait méritée d’être un poil aérée mais ça colle finalement assez bien à l’artwork plutôt dense de ce Skulled To Death ainsi qu’à la musique poisseuse et dégoulinante du duo finlandais.

Sans grande originalité, ce Skulled To Death est pourtant la bonne surprise de cette fin d’année. Les références à Cannibal Corpse sont légions et surtout évidentes mais encore une fois, si vous êtes amateurs des premières heures du groupe originaire de Buffalo, vous devriez êtres ravi de poser vos oreilles sur un album de cette qualité. Résolument old school, de la production à l’exécution, Skulled To Death reprend tous les poncifs qui ont fait le succès des premiers albums du groupe américain en prenant soin d’y apporter un soupçon de groove supplémentaire. Une recette d’une efficacité absolument imparable même s’il est vrai qu’en terme d’originalité on déjà entendu mieux. Il n’y a maintenant plus qu’à espérer que le groupe réussisse à trouver un label pour un pressage CD.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skulmagot
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skulmagot
Skulmagot
Death Metal - 2015 - Finlande
  

tracklist
01.   Cum Culprit  (02:42)
02.   Skulled To Death  (03:11)
03.   Furnace Tan  (02:38)
04.   Skuzzle  (03:09)
05.   Old Boy  (02:48)
06.   Terror Barn  (03:27)
07.   Body Varial Error  (03:28)
08.   Gastrointestinal Armageddon  (05:13)

Durée : 26:36

line up
parution
5 Octobre 2018

Essayez aussi
Witchrist
Witchrist
Vritra (EP)

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Nirvana 2002
Nirvana 2002
Recordings 89-91 (Compil.)

2009 - Relapse Records
  
Grave Miasma
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)

2016 - Sepulchral Voice Records
  
Degial
Degial
Predator Reign

2017 - Sepulchral Voice Records
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast