chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
155 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Machine Head - Catharsis

Chronique

Machine Head Catharsis
Si la chronique de ce nouvel album de Machine Head sorti début 2018 chez Nuclear Blast a tant tardé, c'est avant tout en raison d'interrogations quant à son utilité. En parler ou ne pas en parler, telle est la question. Tirer sur une ambulance, tout ça ... Pourquoi perdre mon temps précieux à continuer d'écouter ce qui s'avère, n'ayons pas peur des mots, un bon gros étron, et à le chroniquer ? Ça va me prendre plusieurs heures que je pourrais utiliser pour faire des choses bien plus intéressantes comme éplucher les patates, ramasser les feuilles dans le jardin, passer l'aspirateur ou regarder BFM TV. Pourquoi s'acharner sur un groupe qui a tant compté au début de mon parcours de metalhead ? Et puis si, on va le faire. Ça fait du bien de se défouler après tout, surtout sur ses anciens amours. Alors mon Robb, je te préviens, tu vas prendre cher mais tu l'as bien mérité ! Ça fera en plus une autre ligne sur la longue liste des déceptions de l'année.

Quoique de déception, Catharsis n'en est pas vraiment une. Ce four, tout le monde l'avait vu venir, c'était gros comme une maison. Depuis l'excellentissime The Blackening, Machine Head n'a fait que décliner. Il y a d'abord eu Unto the Locust qui faisait redescendre le combo californien d'un bon cran mais restait tout de même très correct. Le fossé est vraiment apparu sur le très pâle Bloodstone & Diamonds qui nous présentait un groupe en panne d'inspiration. Quelques lueurs d'espoir subsistaient encore, toutefois, en fouillant un peu. Je n'y croyais néanmoins pas du tout pour ce nouvel album. Et en effet, Catharsis, c'est pareil mais sans les lueurs d'espoir.

Cela commençait de toute façon bien mal avec cette pochette immonde digne des pires groupes de néo metal ou de metalcore. Il fallait voir ça comme un signe annonciateur en fait. L'emballage ne mentait pas sur la marchandise. Machine Head a eu la gentillesse de nous avertir. Nous avertir que Robb Flynn et ses pauvres soldats ont replongé vingt ans en arrière quand Machine Head passait d'un groupe de power/thrash musclé et rageur à un combo opportuniste de groove/néo. Sauf que The Burning Red et Supercharger, à côté, ce sont des chefs d'œuvre ! Le processus de découillification atteint ici son apogée. Machine Head n'a jamais sonné aussi mou, niais, plat, commercial, peu inspiré, vide. 90% des riffs s'avèrent d'une nullité affligeante. On trouve plus ici de mauvais riffs néo metal simplistes ou de pseudo-mosh parts metalcore saccadées que de riffs thrash et mélodiques. Les rares mélodies se font en plus souvent d'une niaiserie à vomir. Où sont donc passés le feeling et le talent des guitaristes ?! Merde, Robb Flynn et Phil Demmel, ce n'était pas n'importe qui fut un temps !? Cela dit, le coupable tout désigné reste le seul maître à bord, Robb Flynn. Non seulement il commet les mêmes erreurs que par le passé alors qu'il semblait avoir compris la leçon en revenant avec le très bon Through the Ashes of Empires, mais il arrive à faire encore pire. Et vous savez ce qu'il y a de plus mauvais encore que son jeu de guitare d'une pauvreté hallucinante ? Son chant. Je regrettais déjà l'usage du chant clair systématique sur le disque précédent tout en reconnaissant que le frontman pouvait encore avoir du coffre. Sur Catharsis, le bonhomme semble avoir perdu toute hargne. Les rares fois où il s'énerve, ça manque cruellement de puissance, d'envie, de conviction ou tout simplement d'inspiration ("Beyond the Pale, "California Bleeding"). Quant au chant clair, Flynn n'a jamais été le meilleur chanteur de l'Histoire mais il arrivait tout de même à séduire, toucher et convaincre en véhiculant des émotions. Il gave ici l'album d'encore davantage de chant clair et on tombe bien souvent dans la mièvrerie la plus totale, sur les refrains ("Volatile", "Catharsis", "California Bleeding, "Behind a Mask" ...) et même des couplets entiers ("Catharsis", "Screaming at the Sun" ...). Le titre le plus "facepalm" étant celui de clôture, "Eulogy", 6'30 de murmures plaintifs sur une "musique" minimaliste après s'être déjà farci quatorze autres morceaux alternant souvent entre le chiant et le risible. Quand il n'essaye pas de choper du public d'ados pré-pubères par du chant clair mielleux sur les refrains ou des vocaux hurlés faussement rebelles, Robb Flynn aime aussi marmonner. L'âge sans doute. Qu'est-ce que c'est énervant en tout cas ! Il se prend même pour un djeuns sur "Triple Beam" en nous sortant... du rap ! Sur des grattes néo-metal. Un moment des plus embarrassants mais bon, ce n'est pas comme si c'était le seul ! Non mais t'as quel âge, mec ?! Tu nous fais la crise de la cinquantaine ou quoi ?! Tu traînes trop avec Corey Taylor à mon avis ! On n'a qu'une envie, lui coller une baffe et lui dire de la fermer une bonne fois pour toute ! Juste insupportable !

D'autant que Catharsis souffre d'un problème majeur étant donné sa pauvreté musicale, ses lignes de chant pathétiques et son retour dans un passé que l'on pensait enterré à tout jamais. Sa durée. Machine Head a réussi à faire encore plus long que Bloodstone & Diamonds. Quasiment 1h15 répartis sur quinze morceaux qui semblent ne jamais finir ! Interminable ! De quoi gratifier l'œuvre du titre de purge intersidérale ? Oui, on peut y aller ! Même si j'ai quand même pu relever quelques moments moins gênants qui, à défaut d'être vraiment géniaux, relèvent un minimum le niveau dans cet océan de médiocrité. D'où un 3/10 très gentil de ma part car le zéro pointé aurait pu tout aussi bien faire l'affaire tant l'opus fait pitié. Sur les quinze compositions, quatre s'avèrent en fait à peu près acceptables. Pour ça, il faudra attendre la sixième piste "Kaleidoscope". Malgré les clappements de mains ridicules en intro, les syncopes faciles et les bruitages inutiles, ce morceau passe plutôt bien et s'avère même le moins mauvais avec enfin du chant et un refrain pas trop mal ainsi qu'un riff thrashy entraînant et efficace. Les deux titres suivants s'avèrent aussi convenables, toujours par comparaison aux bouses d'à côté. "Bastards", même si on se tape encore un peu de niaiseries notamment en intro avec une petite mélodie bien mièvre et de la guitare acoustique, se révèle plutôt intéressant. Sur un chant quasiment parlé pour une fois convaincant, Flynn s'adresse à ses fils. Ça dégouline de bons sentiments dans les paroles mais ça s'écoute plutôt bien. "Hope Begets Hope" à la suite n'échappe pas non plus aux défauts habituels mais se montre suffisamment efficace pour qu'on le retienne. Dommage que les deux pistes suivantes fassent retomber le soufflé, déjà pas monté très haut. "Heavy Lies the Crown", en dépit d'un début plan-plan avec piano, violon et intensité dramatique peu convaincante ainsi que d'une mélodie pop dégueulasse à 6'51 plus une durée excessive, viendra remonter le niveau. Un peu plus dans le détail, certains passages se démarquent du désastre ambiant comme ce gros breakdown à la "Davidian" qui fait trembler les murs à 2'22 sur "Volatile", ce riff thrashy de "Catharis" à 1'17, la lead mélodique sur une basse bien présente à 2'48 sur "Beyond the Pale", le riff et la rythmique un peu punky sur "Kaleidoscope", le riff plombé légèrement mélodique au démarrage de "Hope Begets Hope" ou l'esprit enfin bien thrash qui envoie sur "Heavy Lies the Crown" à 5'37. Les solos ne sont pas non plus ce qu'il y a de pire ("Volatile", "Catharsis", "Beyond the Pale", "California Bleeding", "Hope Begets Hope", "Behind a Mask" en acoustique, "Heavy Lies the Crown"), plutôt dans un esprit à l'ancienne en plus. Ce qui m'amène à mentionner certains riffs thrash old-school qui surprennent vu la direction artistique de ce Catharsis mais qui font du bien. Si ce n'est pas non plus un retour à Vio-Lence, on note ainsi quelques saveurs à la Megadeth bienvenues sur "Heavy Lies the Crown" (2'48, 3'39) et "Psychotic" (2'25).

Voilà, c'était histoire de dire quelques trucs positifs. Ça change la note de quelques points en évitant un zéro qu'ils auraient pourtant bien mérité sur le principe. Parce que ça ne change pas la triste impression globale laissée par ce Catharsis honteux qui se transforme vite en calvaire pour l'auditeur. Un véritable chemin de croix qui inspire peine et pitié pour un groupe autrefois culte qui avait su rebondir après une période de disette. À croire que les Américains ont la mémoire courte car ils refont ici les mêmes erreurs, décuplées qui plus est. Ce retour à un son néo metal aux riffs puériles, ce chant mièvre, ces mélodies niaises nous montrent un groupe à côté de la plaque qui s'est complètement perdu, mené par un Robb Flynn à la ramasse tombé bien bas. Voilà le plus mauvais album de Machine Head, et de loin ! La version digipak comporte un DVD live que je n'ai même pas fait l'effort de regarder tant la colère ne redescend pas. Et quand on apprend il y a quelque temps que Phil Demmel et Dave McClain quittent le navire qui ressemble de plus en plus à un Titanic en puissance, on se dit que ça sent grave le sapin chez Machine Head. Robb, tu crois pas qu'il faudrait arrêter les frais, là ?!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
29/12/2018 21:14
gulo gulo a écrit : LANGOUSTE a écrit : L'est sorti en 2017 le EW, mais jte rejoins sur un point : il ne vieillit pas, contrairement à Dopethrone...

Je crois que les 2 derniers sont mes favoris avec We Live!.


Je les adore aussi mais je met Black Mass devant Time to Die, parce que Satyr IX.
gulo gulo citer
gulo gulo
29/12/2018 19:32
LANGOUSTE a écrit : L'est sorti en 2017 le EW, mais jte rejoins sur un point : il ne vieillit pas, contrairement à Dopethrone...

Je crois que les 2 derniers sont mes favoris avec We Live!.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
29/12/2018 15:36
L'est sorti en 2017 le EW, mais jte rejoins sur un point : il ne vieillit pas, contrairement à Dopethrone...
zoltar citer
zoltar
29/12/2018 10:30
Le nanar de l'année pour moi, à égalité avec le (très) décevant ELECTRIC WIZARD...
BBB citer
BBB
18/12/2018 13:09
@Dise Nore
C'est radical comme commentaire.
La dernière fois que j'ai vu le groupe sur scène c'était en 97 (avec Misery Loves Co et Entombed) et j'en garde un très bon souvenir. Faut dire que c'était la tournée 'The More Things Change' qui est peut-être mon album préféré du groupe.
Dise Nore citer
Dise Nore
17/12/2018 15:51
Le dernier concert de Machine Head que j'ai vu ça devait être en 98 ou 99 et c'était déjà de la merde. Je ne vois pas en quoi c'est une déception en 2018?
cava76 citer
cava76
15/12/2018 12:27
Un retour vers le line up originel ?
Orel Lion citer
Orel Lion
14/12/2018 10:58
Merci pour la chro bien argumentée as usual... il t'en aura fallu du courage.
Surtout qu'il n'y a pas à tortiller des fondements pour déféquer verticalement : on tient la déception de l'année ni plus ni moins. Comme tu l'as dis : cela se sentait qu'ils allaient tomber bas mais à ce point... chapeau!
Batu citer
Batu
13/12/2018 20:39
note: 2/10
DARKFACHOR a écrit : Un accident industriel ce truc, encore pire que le précédent... Rob en fait trop, il chante trop, parle trop, les titres sont trop longs, trop variés, trop d'arrangements, trop de... Enfin bref, c'est de la merde, qui malheureusement semble bien se vendre auprès d'un public prépubère fort peu exigeant... J'ai essayé plusieures fois de l'écouter en entier ce disque, impossible, c'est tout simplement insupportable pour qui a apprécié les 2 premiers albums du groupe. Triste... Et les clips, on en parle ? Non, vaut mieux pas, on a touché le fond !
Et quand je repense au caca nerveux que nous a fait le père Rob concernant le riff plagié de je ne sais plus quelle chanson de Devin Townsend, je me dis que ce type est devenu un sacré trou du cul. Et cette façon qu'il a limite de nous faire la morale, "Nan mais vous ne pouvez pas comprendre, Catharsis parle le langage de la rue gnagnagna", putain Rob mais FERME TA GUEULE ! T'es juste pris en flagrant délit en train de baisser ton froc pour ton label, à croire qu'il ne l'a pas écouté son album de merde ! C'est quoi le but, vendre des t-shirts et autres conneries à des ados en manque de sensations fortes ? Il n'y a qu'à voir la tronche du merch, putassier au possible, pour s'en convaincre !
Bref, la purge de l'année, à rapprocher de The Predator côté cinéma, tant ces 2 "œuvres" semblent mépriser au plus haut point leur public d'origine, tout y est passé à la moulinette du politiquement correct, s'il y a bien 2 sorties qui m'ont insupporté cette année c'est ces 2 trucs-là !
Une honte !!!! 0,5/20 !!!!
M'a énervé tiens.



MERCI. Punaise ce fut pire que la chute de l'empire Byzantin, ce groupe.
Un Chevelu citer
Un Chevelu
13/12/2018 16:37
note: 1/10
Au moins le point positif de cet album c'est qu'il a permis à Phil Demmel et Dave McClain de se rendre compte que Machine Head était mort, et qu'il était préférable qu'ils aillent exercé leur talent ailleurs ...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
13/12/2018 15:41
note: 4/10
Je l’attendais cette chronique et je n’ai pas été déçu, tu t’es surpassé Keyser mais ça en valait la peine en effet ! Sans être aussi sévère que toi je me retrouve dans ton point de vue tant cet album est une véritable épreuve auditive, à cause d’une inspiration en berne et une durée beaucoup trop excessive. Si le précédent opus se noyait déjà dans des longueurs inexcusables tout en voyant le père Robb user et abuser de la voix claire ici il touche carrément le fond. Il en fait des tonnes sur le chant si bien qu’on a envie de lui dire de la fermer, et malheureusement ses acolytes sont aux abonnés absents, entre un riffing minimaliste et mille fois entendu chez le groupe, et un Dave McClain qui ne s’est pas foulé on sentait la fin d’un cycle qui est arrivé il y’a peu … Hormis quelques titres sympathiques à défaut d’être géniaux on y trouve aussi le pire de ce qu’a fait le quatuor depuis ses débuts avec l’immonde « Triple Beam ». Est-ce qu’il réussira un nouveau come-back comme en 2003 ? Hélas j’en doute !

Ps : Quand je vois les notes de certains webzines je me dis qu’ils ont pas dû écouter le même album Moqueur
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
13/12/2018 15:45
note: 0.5/10
Un accident industriel ce truc, encore pire que le précédent... Rob en fait trop, il chante trop, parle trop, les titres sont trop longs, trop variés, trop d'arrangements, trop de... Enfin bref, c'est de la merde, qui malheureusement semble bien se vendre auprès d'un public prépubère fort peu exigeant... J'ai essayé plusieures fois de l'écouter en entier ce disque, impossible, c'est tout simplement insupportable pour qui a apprécié les 2 premiers albums du groupe. Triste... Et les clips, on en parle ? Non, vaut mieux pas, on a touché le fond !
Et quand je repense au caca nerveux que nous a fait le père Rob concernant le riff plagié de je ne sais plus quelle chanson de Devin Townsend, je me dis que ce type est devenu un sacré trou du cul. Et cette façon qu'il a limite de nous faire la morale, "Nan mais vous ne pouvez pas comprendre, Catharsis parle le langage de la rue gnagnagna", putain Rob mais FERME TA GUEULE ! T'es juste pris en flagrant délit en train de baisser ton froc pour ton label, à croire qu'il ne l'a pas écouté son album de merde ! C'est quoi le but, vendre des t-shirts et autres conneries à des ados en manque de sensations fortes ? Il n'y a qu'à voir la tronche du merch, putassier au possible, pour s'en convaincre !
Bref, la purge de l'année, à rapprocher de The Predator côté cinéma, tant ces 2 "œuvres" semblent mépriser au plus haut point leur public d'origine, tout y est passé à la moulinette du politiquement correct, s'il y a bien 2 sorties qui m'ont insupporté cette année c'est ces 2 trucs-là !
Une honte !!!! 0,5/20 !!!!
M'a énervé tiens.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Machine Head
Melodic Groove/Thrash/Néo Metal
2018 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs : (7)  1.79/10
Webzines : (15)  6.32/10

plus d'infos sur
Machine Head
Machine Head
Melodic Groove/Thrash/Néo Metal - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Volatile
Volatile
Machine Head

Extrait de "Catharsis"
  
Kaleidoscope
Kaleidoscope
Machine Head

Extrait de "Catharsis"
  

tracklist
01.   Volatile  (04:38)
02.   Catharsis  (06:10)
03.   Beyond the Pale  (04:30)
04.   California Bleeding  (04:12)
05.   Triple Beam  (04:41)
06.   Kaleidoscope  (04:03)
07.   Bastards  (05:04)
08.   Hope Begets Hope  (04:30)
09.   Screaming at the Sun  (03:54)
10.   Behind a Mask  (04:07)
11.   Heavy Lies the Crown  (08:48)
12.   Psychotic  (05:01)
13.   Grind You Down  (04:06)
14.   Razorblade Smile  (04:00)
15.   Eulogy  (06:33)

Durée : 74:17

line up
parution
26 Janvier 2018

voir aussi
Machine Head
Machine Head
Burn My Eyes

1994 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Unto The Locust

2011 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Supercharger

2001 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Elegies (DVD)

2005 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Bloodstone & Diamonds

2014 - Nuclear Blast Records
  

Déception de l'année
Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast