chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cantique Lépreux - Paysages Polaires

Chronique

Cantique Lépreux Paysages Polaires
Cantique Lépreux avait fait une entrée remarquée en 2016 avec Cendres Célestes. Un premier album au titre évocateur qui vous plongeait dans la grandeur des contrées glacées indomptées. Des hymnes à l’hiver, âpres et implacables qui dévoilaient néanmoins leur lot d‘ambiances irréelles touchant juste. Deux ans plus tard la formation québécoise revient avec un deuxième long format, toujours via Einsenwald (label allemand de qualité), afin de peser davantage dans la scène black metal. Ce dernier viendra-t-il confirmer son potentiel ? Dépassera-t-il son prédécesseur ? Faut-il s’attendre à une quelconque évolution ? Ne restait plus qu’à lancer la galette pour obtenir des réponses.


Les musiciens suivent leur chemin avec logique, « Le feu secret » semblant reprendre exactement là où « Le mangeur d'os » s’était arrêté. Les chœurs surgissent de toute part afin de sonner le départ de cette seconde épopée. Seulement, aussi épique soit-il, ce voyage prend une tournure beaucoup plus sombre et tempétueuse. Paysages Polaires se dresse effectivement tel un monolithe fait de glace. Le son toujours très étouffant est davantage massif, vous soufflant dès les premières notes. Le jeu de batterie à la fois véloce et rageur ne fait d’ailleurs que renforcer cet aspect. Vous êtes directement pris dans la tourmente et les moments d’accalmie se feront rares. Un brouillard de neige se dresse au fil de l’écoute avec notamment la violence d’un « Paysages Polaires I » ou encore de « Hélas… ». La formation a érigé son œuvre comme un bloc froid et compact à l’image du bel artwork représentant le massif du Mont-Blanc (peinture de Gabriel Loppé). La façon de composer ne fait qu’accentuer ce sentiment avec le rallongement des morceaux (certains dépassant les sept minutes), le triptyque « Paysages Polaires » (écrits du poète québécois René Chopin) mais aussi un côté conceptuel plus marqué.


Cantique Lépreux corse donc sa musique sans pour autant perdre son essence. Les atmosphères entêtantes, dont la formation a le secret, sont toujours présentes et offrent un beau contraste avec la brutalité ambiante. Un contraste plus frappant ici et qui me renvoie aux Allemands de Der Weg Einer Freiheit. Il vous faudra prendre le temps de replonger dans cet enfer blanc passé la découverte et l’épuisement que celle-ci a généré. Ce nouvel album se dévoile avec le temps et vous allez saisir peu à peu le fil tendu par le groupe. Le propos se fait plus terre à terre allant de pair avec un lyrisme nettement prononcé. Le fait que le chant en français (langue chère à la formation) soit plus intelligible joue un grand rôle. Mais certains éléments tiennent aussi une bonne place à commencer par les baisses de rythmes laissant place à des sonorités noires et mélancoliques comme sur «Les étoiles endeuillées » ou encore « Paysages Polaires II » (cf. Nehëmah et consort). La basse, à elle-seule, arrive à poser un climat lourd et inquiétant. En grattant la surface vous trouverez donc d’autres choses, des failles, comme les montagnes enneigées portent en leur sein de nombreux secrets. En cela, « Le fléau » reflète bien cette fragilité sous-jacente ainsi que l’aspect viscéral par les vocaux très arrachés et plaintifs.


Si au premier abord Paysages Polaires paraît plus brut et frontal que son prédécesseur, il dévoile toutes ses richesses avec le temps. Cependant il porte en lui les défauts de ses qualités. En effet, ce dernier manque clairement d’accroche en dépit des nombreuses variations (tempos, ambiances, etc.). Ce qui est plutôt paradoxal vu tout ce qui ressort de cette œuvre. L’évolution prise me parle-t-elle moins ? Est-ce dû à la répétitivité de certains riffs ? Le manque « d’effet de surprise » doit également avoir son lot de responsabilité. Par exemple, le solo placé vers la fin de l’album – même schéma que pour Cendres Célestes – a moins d’impact tout comme les notes acoustiques (plus anecdotiques ici). Seul le magnifique « Paysages Polaires III » sort du lot. Un bel album mais pas assez marquant en somme. Encore une fois, tout est question de goût ! Si vous suivez Cantique Lépreux depuis ses débuts ou que vous aimez le black metal atmosphérique, je ne peux que vous conseiller d’écouter cette sortie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/01/2019 09:21
note: 8/10
Chouette chronique mais je serais un peu plus enthousiaste que toi. Je ne l'ai pas écouté des millions de fois mais à chaque fois je le trouve vraiment très bon. En tout cas du même niveau que son prédécesseur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cantique Lépreux
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  7.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cantique Lépreux
Cantique Lépreux
Black Metal - 2014 - Canada
  

formats
  • Vinyl / 30/11/2018 - Eisenwald Tonschmiede
  • CD / 30/11/2018 - Eisenwald Tonschmiede
  • Digital / 30/11/2018 - Eisenwald Tonschmiede

tracklist
Le feu secret
Les étoiles endeuillées
Paysages polaires I
Paysages polaires II
Paysages polaires III
Hélas...
Le fléau

Durée : 44.13 minutes

line up
parution
30 Novembre 2018

voir aussi
Cantique Lépreux
Cantique Lépreux
Cendres Célestes

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez aussi
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony (EP)

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
Taake
Taake
Noregs Vaapen

2011 - Dark Essence Records
  
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Desert Dances And Serpent Sermons (Split-CD)

2015 - The Ajna Offensive / Iron Bonehead Productions / Crepusculo Negro
  
Subvertio Deus
Subvertio Deus
Psalms Of Perdition

2008 - Satanic Propaganda Records
  
Vrag
Vrag
Remete

2017 - Neverheard Distro
  

Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique