chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sainte Marie des Loups - Sainte Marie des Loups

Chronique

Sainte Marie des Loups Sainte Marie des Loups
Ha, le mystère, le mystère... On en parle, il nous fascine, surtout lorsqu'il entoure une formation musicale de qualité. Et le groupe qui nous intéresse aujourd'hui s'est drapé tout entier de cette aura opaque, comme pour nous dire : "Rien ne sert de creuser, concentre-toi plutôt sur ce que nous avons à proposer". Enfin, "on"... Plutôt, "je", puisque Sainte Marie des Loups est un one-man band. Malgré le manque d'informations à ce sujet, au vu de la voix qui nous accompagnera tout au long de la petite-demie heure que dure ce premier long format, on peut en déduire que Sainte Marie des Loups est le projet du vocaliste de Chambre Froide (dont nous avions déjà parlé), le liant, par extension, à Ravensdöm mais également à une myriade de projets Noise/Power Electronics (Violent Shogun, Cryptofascisme, La Chair & Le Sang...)

Cet éponyme est une surprise, puisque le groupe n'avait pour ainsi dire produit qu'une seule chanson, pour un split à six groupes sorti en début d'année chez Fallen Empire. Il faut croire qu'il aura impressionné le label américain puisque, quelques mois plus tard, déboule sans prévenir un premier long-format. La question restant : Fallen Empire a-t-il bien fait de mettre des billes dans ce projet ? Après quelques écoutes, il est clair que le cahier des charges a été rempli haut la main. N'attendez rien d'autre qu'un Black Métal des plus racés, d'une simplicité qui le rend efficace en Diable. Et qui, en plus, se paye le luxe d'être homogène et cohérent. Le decorum d'imagerie accompagnant ce premier full-length est d'une austérité qui colle parfaitement à ce qu'il renferme : De la pochette verdâtre d'icône religieuse passée au négatif, jusqu'à la photo du seul maître à bord, posant torse nu à côté du buffet de grand-mère et contrastes poussés au maximum, tout est fait pour que la poussière colle à la peau. C'est daté, ça sent le renfermé, c'est à prendre tant comme hommage aux anciens Rois du genre qu'en tant que disque avec une atmosphère qui lui est propre... En un mot comme en cent : c'est convaincant.

Pourtant, tout partait pour faire de Sainte Marie des Loups un énième projet de Black sans grande originalité. Ce genre de produit agréable, bien que dispensable, qui sortent à tour de bras en format cassette et fleurissent sur Bandcamp. Mais pas ici. L'album n'a pas la prétention de se hisser aux cimes de tous les classements, mais la tête pensante derrière la Mère Supérieure avait ce qu'il fallait de passion, de respect pour le genre, et surtout, de talent, pour transformer l'essai. Par une production très justement crue, sans jamais tomber dans le pièce du "raw pour être raw", conférant une aura brumeuse à l'atmosphère développée tout au long des six titres; Par ce vieux synthétiseur agonisant, la gorge pleine de boulettes de naphtaline, qui pousse ses râles d'un autre âge au détour des compositions (l'ouverture du morceau titre, le final sentencieux de "La Fin de l'Hiver"); Mais aussi, et surtout, par cette voix qui râcle le larynx et les tympans, reconnaissable entre milles autres, qui sonnait bien chez Chambre Froide mais se fait ici encore plus imposante : ça gueule, ça grogne, ça devient presque autoritaire (les choeurs de "Sermons Sanglants"), bref, ça vit, ça s'agite dans l'ombre, ça colle les miquettes.

Jonglant judicieusement entre titres menés tambour battant, blast-beat et cymbales baveuses à tout crin, et parties plus aériennes, clavier discret mais plombé par une section rythmique écrasante et des guitares d'un autre âge, Sainte Marie des Loups laisse groggy sans jamais lasser. Le déluge laisse parfois place à d'infimes rais de lumière (la première partie de "Insolence" et ses notes cristallines), mais le voile de poussière sépia n'est jamais très loin. Renforcé par les quelques mots de français compréhensibles de l'ensemble, autoritaires, prononcés par le juge et bourreau de cet univers entre deux aboiements, la bave aux lèvres. J'y retrouve une certaine peur que je n'avais pas connue depuis Darvulia : l'ensemble peut paraître bancal (la batterie traîne parfois un peu la patte), boiter de façon grotesque, mais ce que l'on peut deviner au travers de la brume terrorise. J'y retrouve ma fascination quand, plus jeune, je découvrais le Black Metal et les atmosphères glacées de mes premières écoutes, ce frisson de la découverte, presque de l'interdit, quand je lisais toutes les rumeurs et histoires sordides qui accompagnaient certaines formations. Là est la force de ce premier full-length, être empreint de nostalgie tout en ne reniant jamais sa propre personnalité.

Ce n'est certes pas l'album de l'année, loin s'en faut, mais tout de même, quelle découverte ! Le bonhomme n'en est certes pas à son coup d'essai, vu son CV, mais je comprends maintenant sous quel charme est tombé Fallen Empire. Sainte Marie des Loups est à la fois un disque délicieusement régressif, avec cette vibe du Darkthrone des débuts et ce synthé dégueulasse, mais aussi et surtout, un album où sont développées de véritables ambiances, de celles qui font peur, qui impressionnent par leur homogénéité et leur cohérence. C'est sale, ça sent fort, c'est furtif, bref, c'est un animal sauvage dont je suis curieux de connaître les prochains agissements. A découvrir, si ce n'est déjà fait !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
07/01/2019 15:59
note: 7.5/10
Oui c'est la grande classe cette première sortie de SMDL!

Encore une fois on y revient, mais les claviers dans le black, quand les mecs savent quoi en faire, ça fait vraiment toute la différence.

Comme le souligne TarGhost, le mec a un savoir faire redoutable!

Sagamore tu relèves que le tout est cohérent, c'est tout à fait vrai en un sens, moi j'en retiens surtout la richesse des ambiances qui sont développées à travers ces quelques morceaux, entre les passages presque déclamés, les choeurs solennels, les passages foutraques presque à la SVEST...

Vraiment intéressant!
TarGhost citer
TarGhost
29/12/2018 10:27
Suis tombé dessus un peu par hasard ces derniers jours en allant farfouiller sur le bandcamp de Fallen Empire. C'est excellent, roots juste ce qu'il faut et rempli de mélodies venéneuses. Des relents de Norvège flottent ici, c'est une évidence, mais le bonhomme derrière cette sinistre entreprise claque le tout avec un doigté redoutable.

Triste au passage de voir ce très bon label, qui a toujours su se démarquer par des sorties de grande qualité, tirer sa revérence...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sainte Marie des Loups
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sainte Marie des Loups
Sainte Marie des Loups
Black Metal - France
  

tracklist
01.   La fin de l'hiver  (06:20)
02.   Progéniture  (05:47)
03.   Sermons sanglants  (05:51)
04.   Sainte Marie des loups  (04:26)
05.   Insolence  (04:46)
06.   Absurdités et blasphémes  (01:42)

Durée : 28:52

parution
5 Août 2018

Essayez aussi
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
Cénotaphe
Cénotaphe
La Larve Exulte (Démo)

2016 - Kuunpalvelus Records
  
Forteresse
Forteresse
Crépuscule d'Octobre

2011 - Sepulchral Productions
  
Ascension
Ascension
Consolamentum

2010 - World Terror Committee Records
  
Hegemon
Hegemon
By This, I Conquer

2003 - Adipocere Records
  

Découverte de l'année
Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique