chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Spectral Wound - Infernal Decadence

Chronique

Spectral Wound Infernal Decadence
Tous les ans c’est pareil. A quelques jours du bilan annuel, me voilà obligé de me précipiter sur les quelques disques dont je n’ai pas encore eu le temps de vous parler. Le deuxième album des Canadiens de Spectral Wound est définitivement l’un de ceux-là. Intitulé Infernal Decadence, celui-ci est d’abord paru en cassette via Les Fleurs Du Mal Productions avant d’être pressé quelques semaines plus tard en CD par les Allemands de chez Vendetta Records. Mais pour être honnête ce n’est pas la réputation de ces deux labels qui m’a poussé à écouter ce disque et à découvrir par la même occasion de quoi il était ici question mais plutôt cet artwork assez peu original mais alors si captivant.
J’en ai pourtant vu passer des artworks en noir et blanc avec un lettrage gothique et un cadre blanc fait d’entrelacs mais celui des Canadiens exerce chez moi une attirance que je ne saurais véritablement expliquer. Est-ce la posture de ces trois personnes encapuchonnées postées sur leur rocher ou bien ces bâtons fourchus qu’ils tiennent à la main ? Toujours est-il qu’en voyant cette image pour la première fois j’ai forcément eu très envie de découvrir de quoi il retournait. Une fascination à l’égard de cette œuvre restée intacte encore aujourd’hui.

Succédant à un Terra Nullius sorti en juin 2015 et passé pour le moins inaperçu, ce deuxième album est pour beaucoup d’entre nous celui de la découverte. Originaire de Montréal, Spectral Wound compte dans ses rangs deux membres de Profane Order, groupe de Black/Death bestial évoqué en ces pages il y a de cela quelques semaines. Pour autant, les deux formations n’ont pas grand-chose en commun puisque dans le cas présent, Spectral Wound verse du côté d’un Black Metal beaucoup plus mélodique et largement influencé par la scène finlandaise. Une filiation absolument évidente exprimée à travers cette ambivalence permanente sur laquelle repose le Black Metal des Canadiens.
Servi par une production plutôt musclée (sans pour autant en faire des caisses et ainsi dénaturer le propos du groupe) dont le mastering a d’ailleurs été confié à James Plotkin (Khanate, Scorn, Atomsmasher...), Infernal Decadence va mettre l’emphase sur deux aspects importants qui représentent l’essence même du Black Metal finlandais :

- Une interprétation radicale à coup d’attaques frontales particulièrement soutenues.
- Un apport mélodique constant et tout en contraste.

Pied au plancher, Spectral Wound balance ainsi ses riffs et ses blasts sans jamais faiblir. Une vitesse d’exécution qui va insuffler à ce deuxième album un rythme particulièrement haletant. D’autant que les quelques moments de répit sont en général plutôt rares (la transition semi-acoustique de "Woods From Which The Spirits Once So Loudly Howled", cette longue séquence mid-tempo sur "Slaughter Of The Medusa", "Feral Gates Of Flesh" sa transition entamée à 3:16 par ce riff en fade-out et bien entendu "Imperial Thanatosis" en guise de conclusion plus posée et aérée). Un album mené le couteau entre les dents pendant près de trente-cinq minutes mais avec juste ce qu’il faut de nuance pour rendre le tout plus facile à digérer.
Si Infernal Decadence ne manque donc pas de contraste d’un simple point de vue rythmique, les nombreuses mélodies dispensées par Spectral Wound tout au long de l’album nourrissent également cette ambivalence. Des mélodies épiques, parfois mélancoliques et souvent très agressives qui, en plus d’évoquer les grands espaces boisés et enneigés de Finlande, vont assurément apporter à ces six compositions un caractère bien trempé témoignant d’une certaine intransigeance (la deuxième partie redoutable de l’excellent "Woods From Which The Spirits Once So Loudly Howled", "Black Satanic Glamour", "Slaughter Of The Medusa" et ainsi de suite...).

Attiré par cet artwork plein de promesses et de mystères, je suis naturellement resté pour ce que j’y ai trouvé : un Black Metal racé, peu avare en blasts et autres riffs éclairs et en même temps tout à fait disposé à nous dispenser le genre de mélodies à vous hérisser le poil. Une recette éculée mais parfaitement maîtrisée par un groupe qui devrait à l’heure des bilans devrait sans trop de mal réussir à faire parler de lui. En ce qui me concerne et malgré une originalité réduite à peau de chagrin, Infernal Decadence se range sans mal parmi les bonnes découvertes de l’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
15/01/2019 10:18
Une grosse claque!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
31/12/2018 15:42
dantefever a écrit : Ah et pour l'anecdote, la couverture est tirée d'une vieille adaptation de Macbeth

Oui celle d'Orson Welles de 1948 ! Pour beaucoup la meilleure réalisée à ce jour.
dantefever citer
dantefever
31/12/2018 13:08
Bon album vraiment très finlandais dans l'esprit. Le truc est super bien composé, après je trouve que l'emballage fait un poil artificiel et forcé, mais enfin ... Il passe tout seul.

Ah et pour l'anecdote, la couverture est tirée d'une vieille adaptation de Macbeth

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spectral Wound
Black Metal
2018 - Vendetta Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Spectral Wound
Spectral Wound
Black Metal - Canada
  

formats
  • K7 / 01/06/2018 - Les Fleurs Du Mal Productions
  • CD / 02/07/2018 - Vendetta Records
  • Vinyl / 05/07/2018 - Vendetta Records

tracklist
01.   Woods From Which The Spirits Once So Loudly Howled  (06:01)
02.   Black Satanic Glamour  (04:12)
03.   Slaughter Of The Medusa  (06:16)
04.   Feral Gates Of Flesh  (05:33)
05.   La Nuit Froide De l'Oubli  (04:21)
06.   Imperial Thanatosis  (07:50)

Durée : 34:13

line up
parution
1 Juin 2018

Essayez aussi
Tukaaria / Odz Manouk
Tukaaria / Odz Manouk
Tukaaria / Odz Manouk (Split 12")

2011 - Rhinocervs
  
Infinity
Infinity
Non De Hac Terra

2013 - New Era Productions
  
Absu
Absu
Abzu

2011 - Candlelight Records
  
Nirnaeth
Nirnaeth
From Shadow To Flesh

2018 - Malpermesita Records
  
Waxen
Waxen
Agios Holokauston

2014 - Moribund Records
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast