chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Embrace Of Thorns - Scorn Aesthetics

Chronique

Embrace Of Thorns Scorn Aesthetics
D’habitude enclin à nous dispenser quelques menues sorties (essentiellement des splits) histoire de nous faire patienter entre deux albums, Embrace Of Thorns s’est cette fois-ci montré d’une discrétion surprenante pour ne pas dire inquiétante. Près de quatre années séparent ainsi l’excellent Darkness Impenetrable de son successeur et cela sans que les Grecs ne se soient manifestés une seule fois durant ce laps de temps. Intitulé Scorn Aesthetics, ce cinquième album sorti l’été dernier sur Iron Bonehead Productions aurait pu être une bonne surprise mais malheureusement celui-ci n’a pas eu sur ma petite personne l’effet tout à fait escompté.

Tout s’abord il faut dire que je n’ai pas été particulièrement touché par l’artwork de Mattias Frisk (Ghoulgotha, Maim, Miasmal, Vanhelgd...). Je ne remets pas ici en cause ses talents d’illustrateur mais sa représentation revisitée du mythe de Prométhée ne me parle absolument pas alors que d’une manière générale je trouve pourtant ses travaux plutôt réussis. Evidemment je ne suis pas du genre à m’arrêter à ce genre de détails (malgré l’importance que je peux y accorder) mais cela m’a tout de même laissé sur une mauvaise impression avant même d’avoir enclenché une seule écoute de ce nouvel album. Une mauvaise impression qui ne va faire que perdurer pendant ces quarante-deux minutes dont je ne retiens pas grand-chose et sur lesquelles je n’ai jamais spécialement envie de revenir.
Formé à la fin des années 90, Embrace Of Thorns n’a jamais baigné dans l’esthétisme soignée des productions plus récentes. Prenez par exemple les artworks de ses trois premiers albums, tous renvoient l’image d’un groupe pratiquant une musique des plus sales, blasphématoires et suffocantes (celle de Chris moyen pour Atonement Ritual par exemple). Même le travail moins chargé d’Alexander L. Brown suggérait encore un peu de cette idée. Or ici le travail de Mattias Frisk est à l’image de ce que l’on trouve sur ce Scorn Aesthetics, un Black/Death beaucoup plus esthétique (ces courtes introductions sur fond de musique baroque sur "The Wanderer And His Shadow" et "Scorn Aesthetics"), aux bords arrondis et rendu beaucoup plus facile d’accès grâce à une production d’une propreté à faire pâlir n’importe quel maniaque de la serpillière. Certes, le groupe ne fait que poursuivre un virage entamé depuis l’album précédent (et déjà décrié à l’époque par certains pour sa production nettement plus léchée) mais pour autant le changement de cap n’en est pas moins flagrant (le titre "Scorn Aesthetics" est d’ailleurs probablement l’un des plus parlants). Un choix qui naturellement n’est pas sans avoir des conséquences sur la portée des atmosphères désormais bien moins étouffantes que par le passé... On ressort ainsi de ses écoutes beaucoup moins fatigué et impressionné qu’on ne l’était après celles d’un disque tel que Praying For Absolution autrement plus exigeant.

Bien qu’il ne manque ni d’intensité ni d’efficacité grâce à ce rythme toujours très soutenu, Scorn Aesthetics est l’album d’un groupe qui a décidé de revoir sa copie en profondeur. Alors il y a bien eu entre temps un léger remaniement de line-up (l’arrivée en 2015 de John Votsis, batteur de Dephosphorus, Ectoplasma et Disharmony) mais celui-ci n’explique en rien ces choix. Car outre cette histoire de production évoquée un peu plus haut, on remarque également qu’Embrace Of Thorns a décidé de mettre également l’accent sur les mélodies à travers notamment de nombreux leads voir quelques soli beaucoup plus lumineux qu’auparavant ("The Wanderer And His Shadow" à 2:52, le début de "Reducto Ad Absurdum", "Scorn Aesthetics" à 5:04, "In Our Image, After Our Likeness" à 5:59). La crasse d’autrefois a laissé la place à des moments de grâce beaucoup plus subtils, chargés d’émotions et de sentiments nouveaux que jamais encore nous n’avions ressenti à l’écoute d’un album d’Embrace Of Thorns (cette espèce de splendeur décadente).
Pour autant, la transformation n’est pas non plus des plus radicales puisque les Grecs continuent d’officier dans un Black/Death assez redoutable marqué le plus clair du temps par des passages particulièrement soutenus. Une base rythmique explosive sur fond de blasts et autres cavalcades diaboliques, de riffs sombres et menaçants et de hurlements blasphématoires.

Cependant, si ces quelques éléments permettent de raccrocher naturellement les wagons entre ce que font les Grecs aujourd’hui et ce qu’ils faisaient auparavant, c’est bien un sentiment de déception qui pointe le bout de son nez à la suite de ce cinquième album. Et s’il faudrait être sourd pour ne pas reconnaître le talent d’Embrace Of Thorns dans sa musique et son interprétation, cette version 2018 beaucoup plus grandiloquente mais aussi plus lisse ne me convient guère. Les Grecs ont ici perdu ce côté abrasif, sale et suffocant qui faisait leur charme et aussi une partie de leur singularité au profit d’une musique peut-être beaucoup plus imposante mais en tout cas bien moins terrifiante.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
07/01/2019 17:36
note: 7.5/10
X-Death a écrit : Leur batteur est une machine de guerre...

Ah, enfin une remarque sur lui. Quel feu d'artifice...
X-Death citer
X-Death
07/01/2019 17:19
note: 8.5/10
Très bon album pour ma part.

Le changement de production et l'éclaircissement du riffing est justement ce qui me permet d'apprécier leur musique, sans ça c'est juste crade pour moi, un peu trop " on est méchants et sombres, tenez, prenez vôtre dose de crasse" . Mais c'est un style, je discute pas.

Leur batteur est une machine de guerre...
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/01/2019 15:20
note: 7.5/10
"Splendeur décadente" c'est exactement ça ! Je connais pas le reste de leurs albums mais celui-ci m'a fait forte impression et lisse est loin d'être le premier terme qui me vient à l'esprit à son écoute. Les samples/intros dramatiques font leurs petit effet et puis surtout ils sont pas avares en cavalcades over-épiques. Je rejoins gulo aussi sur le côté lisible : vu le nombre de groupes actuels qui jouent sur un son impénétrable sans forcément avoir grand chose derrière je trouve ça plutôt rafraîchissant, et ça ne dessert pas le propos, au contraire.
gulo gulo citer
gulo gulo
07/01/2019 12:06
note: 7.5/10
Vous disez n'importe quoi, d'abord ; avant y avait certes un petit talent pour les couleurs vitreuses et le goût du soufre, mais ça tournait vite en rond, et puis trendy, j'ai du mal à voir, avec le son lisible, mélodique et épique qu'ils se sont trouvé là-dessus...
Keyser citer
Keyser
07/01/2019 10:37
note: 6.5/10
Déception aussi. Pas mauvais du tout mais plus trendy, plus lisse et donc moins evil et crade qu'avant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Embrace Of Thorns
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  7.5/10
Webzines : (3)  7.83/10

plus d'infos sur
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Death Metal - 1999 - Grèce
  

tracklist
01.   The Wanderer And His Shadow  (05:13)
02.   Mutter Aller Leiden  (04:39)
03.   Reducto Ad Absurdum  (05:59)
04.   Stoking The Fire Of Resentment  (05:07)
05.   Scorn Aesthetics  (06:30)
06.   In Our Image, After Our Likeness  (09:19)
07.   Wolf Uncaged - Prometheus Unbound  (05:53)

Durée : 42:40

line up
parution
22 Juin 2018

voir aussi
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Darkness Impenetrable

2014 - Nuclear War Now! Productions
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Praying For Absolution

2011 - Nuclear War Now! Productions
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Atonement Ritual

2009 - Nuclear War Now! Productions
  
Maveth / Embrace Of Thorns
Maveth / Embrace Of Thorns
A Plague Through The Heavens (Split-CD)

2014 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Hate Eternal
Hate Eternal
King Of All Kings

2002 - Earache Records
  
Castleumbra
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)

2012 - Obliteration Records
  
Puteraeon
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)

2018 - Autoproduction
  
Vampire
Vampire
Vampire

2014 - Century Media Records
  
Necros Christos
Necros Christos
Domedon Doxomedon

2018 - Sepulchral Voice Records
  

Déception de l'année
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast