chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pearl Jam - Ten

Chronique

Pearl Jam Ten
Désolé mais cette année je risque un peu de vous saouler avec Pearl Jam… Déjà parce que le groupe s’apprête à sortir d’ici quelques semaines son onzième album. Une sortie qui sera accompagnée cet été par une tournée européenne à laquelle j’assisterai le temps de deux dates que j’attends avec beaucoup d’impatience. Une première pour moi qui suit pourtant le groupe depuis la sortie de ce premier album il y a bientôt trente ans. Il faut dire aussi que je n’ai pas été très assidu, délaissant la formation américaine pendant de longues années (juste après la sortie de Vitalogy) avant d’y revenir (et découvrir sur le tard tous ces albums sortis depuis) habité par ce sentiment de nostalgie qui touche à peu de chose près tous ceux qui commencent à prendre de l’âge et à regarder avec un brin d’émotion les années passées... Donc ne m’en voulez pas trop si dans les mois à venir la rubrique "Remember" se retrouve quelque peu saturée d’albums de Grunge qui n’intéressent peut-être pas grand monde ici (quoi que...).

Sorti le 27 août 1991, Ten est le premier album de Pearl Jam et probablement l’un des plus emblématiques de sa longue carrière. Mais avant de nous y intéresser plus en détails, laissez-moi vous planter (à nouveau) le décor. Nous sommes le 19 mars 1990 et Andrew Wood, chanteur charismatique et haut en couleurs des prometteurs Mother Love Bone vient malheureusement de décéder après trois jours passés dans le coma. Le groupe n’a pas d’autre choix que de se séparer, laissant Jeff Ament et Stone Gossard dans un bien triste état après cette tragique et soudaine disparition. Les deux qui jouent ensemble depuis 1984 (d’abord avec Green River puis avec Mother Love Bone) finissent par couper les ponts. Durant cette période de deuil, Stone Gossard va renouer avec son ami d’enfance Mike McCready. Ce dernier, après quelques mois passés en sa compagnie à composer de nouveaux morceaux, va alors l’encourager à reprendre contact avec Jeff Ament dans l’idée de fonder un groupe ensemble. Si entre temps, les trois sont invités par Chris Cornell à participer à l’aventure Temple Of The Dog, ils continuent néanmoins à travailler sur leur projet commun. À la recherche d’un chanteur et d’un batteur, ils donnent une démo cinq titres à leur ami batteur Jack Irons dans l’espoir de le recruter. Occupé avec les Red Hot Chili Peppers, celui-ci passe sur l’invitation mais transmet néanmoins cette cassette à un ami. Alors employé à mi-temps dans une station-service de San Diego, Eddie Vedder va après une seule écoute écrire les paroles de trois des cinq morceaux présents sur cette démo. Paroles qu’il va ensuite enregistrer et renvoyer au groupe. Impressionnés par ce qu’ils entendent, Ament, Gossard et McCready décident de faire venir Eddie Vedder à Seattle le plus rapidement possible. L’affaire sera bouclée avec l’arrivée de Dave Krusen dans les rangs de la formation baptisée à l’époque Mookie Blaylock, du nom du joueur de NBA alors en activité chez les Nets.
Les choses vont alors très rapidement se mettre en marche. Après avoir ouvert pour Alice In Chains à Seattle fin 90, le groupe se retrouve embarqué début 1991 sur la tournée US accompagnant la sortie de l’album Facelift. Très vite, Mookie Blaylock attire l’attention d’Epic Records qui va leur offrir un deal et leur suggérer au passage de changer de nom pour des raisons juridiques et légales évidentes. Rebaptisé Pearl Jam, le groupe entre alors en mars 1991 aux fameux London Bridge Studios sous la direction du producteur Rick Parashar avec qui ils ont pour la plupart déjà collaboré lors de l’enregistrement de l’album de Temple Of The Dog. Composé essentiellement par Jeff Ament et Stone Gossard, l’enregistrement de Ten (le numéro que porte Mookie Blaylock en NBA) n’aura duré qu’un mois. Après un petit passage dans la campagne londonienne pour une séance de mixage, réenregistrements et autres fignolages de dernières minutes, Ten voit le jour le 27 août 1991, soit quasiment un mois jour pour jour avant les sorties de Nevermind et Badmotorfinger. Et oui…

Moins déglingué et Punk qu’un Nirvana, moins lourd et torturé qu’un Alice In Chains ou un Soundgarden, Pearl Jam va faire une entrée fracassante (mais pas immédiate) dans le milieu du Rock Alternatif américain grâce à un premier album beaucoup plus fédérateur que ceux de ses paires originaires de Seattle. Bien entendu, la production plus propre et ambitieuse que celle d’un Bleach ou d’un Ultramega OK va évidemment jouer dans la balance mais ce sont surtout ces influences héritées du Hard Rock / Classic Rock 70’s parfaitement assumées ici par Jeff Ament, Stone Gossard et surtout Mike McCready (un jeu de guitare absolument impeccable, illuminé par des solos à vous hérisser le poil (celui de "Alive" me fait toujours autant d’effet aujourd'hui qu’il y a trente ans) et doté d’un feeling qui touche à la perfection (ce feeling Blues/Rock déjà largement mis en valeur sur l’album de Temple Of The Dog) qui vont permettre à Pearl Jam de se créer, à l’instar de ces trois groupes majeurs, une identité aussi forte et marquée. Pour autant, derrière cet aspect plus polissé et radio-friendly, on retrouve les paroles angoissées et peu réjouissantes d’une jeunesse touchée par les mêmes maux et les mêmes angoisses : la drogue, la solitude, la dépression, le suicide et autres sujets de société (celui des armes à feux abordé ici sur "Jeremy" dont les paroles sont inspirées d’un fait réel où un élève a mis fin à ses jours devant ses camarades de classe). Avec sa voix à la tessiture grave, sa fougue et son insouciance non feinte et surtout cette prononciation si particulière (qui d’ailleurs donnera lieu à un sketch assez hilarant d’Adam Sandler lors d’un épisode du Saturday Night Live (ici)), Eddie Vedder s’est ainsi très vite installé aux commandes du vaisseau Pearl Jam, portant à travers son instrument et ses paroles empruntant (en partie) à son histoire personnelle ("Once", "Alive"...) la voix de toute une génération, la sienne, la votre, la mienne, celle de Dennis Rodman alors sur le point de commettre l'irréparable... Ces thèmes vont naturellement apporter une réelle profondeur ainsi qu’une atmosphère pour le moins mélancolique à un premier album maîtrisé d’un bout à l’autre.
Car c’est aussi l’une des choses les plus surprenante à la découverte de Ten, cette justesse à tous les niveaux, cette assurance dans l’exécution, ces performances individuelles absolument indiscutables au service d’un ensemble aujourd'hui encore quasiment intouchable. Quasiment car Pearl Jam finira avec le temps par évoquer quelques réserves quant au mixage de l’époque signé Tim Palmer (U2, Ozzy Osbourne, Robert Plant, The Cure...). Réserves qui conduiront d’ailleurs le groupe à solliciter l’expertise de Brendan O'Brien pour une version "Redux" parue en 2009. Bref, Ten est le premier album d’un groupe qui sait déjà très bien où il va et qui a su mettre à profit chacune de ses individualités dans le but de créer quelque chose d’unique, de fort et de fédérateur. Tirant à l’époque son épingle du jeu grâce à des prestations scéniques particulièrement intenses qui à partir de 1992 vont faire de Pearl Jam un groupe incontournable dans le paysage alternatif (Smells Like Teen Spirit n’ayant pas fait que qu’éclipser la sortie de Badmotorfinger), le groupe peut encore aujourd’hui se targuer d’avoir sorti l’un des plus gros succès de l’histoire du Rock (13 millions d’exemplaires vendus en 2013 aux Etats-Unis seulement).
Si des titres tels que "Smells Like Teen Spirit", "Black Hole Sun" ou bien encore "Man In The Box" figurent sur la liste des hymnes d’une génération d’adolescents ayant vécu de plein fouet les années 90, Pearl Jam n’a pas manqué d’y trouver sa place. A vrai dire, Ten en est truffé du début à la fin avec évidemment ces incontournables que sont rapidement devenus des titres comme "Once", "Even Flow", "Alive" ou "Jeremy" mais aussi d’autres titres plus discrets mais non moins mémorables. Si on peut évidemment citer "Black" qui fait ici figure de chouette ballade placer à mi-parcours, je retiens également les excellents "Why Go", "Porch", "Deep" et surtout le poignant "Release" qui est probablement l’un de mes titres préférés de Pearl Jam ainsi que l’un des plus belles manières de conclure un premier album aussi marquant.

Comme souvent avec ce genre de disques, j’ai tendance à m’étendre en longueur... Si vous êtes encore là à lire ces lignes, félicitations et merci. D’autant plus que Ten est un disque qui aujourd'hui ne nécessite plus aucune forme d’introduction. En attendant, il est en tout cas de ceux qui ont marqué toute une génération au même titre que l’on fait un peu avant ou un peu après des albums tels que Siamese Dream, Dirt, Superunknown et bien entendu Smells Like Teen Spirit. Sans aucune forme de redite, Ten atteste encore un peu plus de toute la singularité de la scène de Seattle et plus généralement de ce mouvement Grunge inventé de toute pièce par les médias de l’époque en quête de quelque chose sur lequel faire du buzz et donc de l’argent. Bref, ceci était ma modeste déclaration d’amour à un disque que je continuerai d’écouter avec le même plaisir dans vingt ans. Je vous dit au mois prochain pour aborder avec autant d’émotion et de nostalgie le cas de Vs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

InnerDam citer
InnerDam
30/01/2020 14:51
Tout simplement leur meilleur album ,pour ma part.
Cet album est d'une richesse musicale incroyable, chant, guitares, mélodies...tout y est. Versus est très bon bien que très différent, plus brut, mais à partit de Vitalogy j'ai complètement laché. Je ne retrouvais plus cette magie.
Deathrash citer
Deathrash
27/01/2020 14:47
Cette année va falloir rebaptiser le site Grungocore dans ce cas hehe, hâte de lire la suite.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
27/01/2020 14:36
note: 10/10
Mon album préféré
doublecasque citer
doublecasque
27/01/2020 12:02
Si si si, ça nous intéresse!
Belle chronique d'un grand album, et puisqu'on parle de nostalgie, cette musique s'y prête parfaitement.
Je me souviens qu'à l'époque, Pearl Jam avait moins nos faveurs du fait de sa plus grande facilité d'accès.... et Vedder était souvent qualifié de poseur.... trop beau gosse pour être honnête! Mais avec le recul, cet album est excellent et comme le souligne très bien la chro, sa sincérité se ressent parfaitement.
Petite mention pour "Black", ma petite préférée!
AxGxB citer
AxGxB
27/01/2020 07:32
note: 10/10
Niktareum a écrit : Chouette chronique.

Jean-Clint a écrit : Et superbe chronique au passage ! Clin d'oeil

Merci beaucoup Clin d'oeil
Deathrash citer
Deathrash
26/01/2020 21:34
Un album parfait de bout en bout, qui n'a pas pris une ride.
Je vais pas être super original mais "Jeremy" est ma chanson favorite.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
26/01/2020 18:20
Découvert à l'époque via Fun Radio et le fabuleux "Alive", un disque essentiel de la scène de Seattle et probablement le meilleur du groupe encore aujourd'hui (avec son successeur). Habité et mélodique, porté par les envolées vocales d'un Eddie Vedder particulièrement inspiré, et des solos somptueux il reste encore aujourd'hui un pierre angulaire du rock (sous toutes ses formes) des années 90 !

Et superbe chronique au passage ! Clin d'oeil
gulo gulo citer
gulo gulo
26/01/2020 18:09
note: 10/10
La base.
Niktareum citer
Niktareum
26/01/2020 14:47
note: 9/10
Album quasi parfait, découvert à l'époque grâce à ma soeur (comme tout le reste d'ailleurs). Tout y est juste parfait, les compos, la voix d' Eddie Vedder, les superbes mélodies, l'émotion... effectivement on l'écoutera encore sans problème dans 20 ans.
Chouette chronique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pearl Jam
Grunge
1991 - Epic Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (5)  9.7/10
Webzines : (7)  9/10

plus d'infos sur
Pearl Jam
Pearl Jam
Grunge - 1990 - Etats-Unis
  

vidéos
Even Flow
Even Flow
Pearl Jam

Extrait de "Ten"
  
Alive
Alive
Pearl Jam

Extrait de "Ten"
  
Jeremy
Jeremy
Pearl Jam

Extrait de "Ten"
  
Oceans
Oceans
Pearl Jam

Extrait de "Ten"
  

tracklist
01.   Once  (03:51)
02.   Even Flow  (04:53)
03.   Alive  (05:41)
04.   Why Go  (03:20)
05.   Black  (5:43)
06.   Jeremy  (05:18)
07.   Ocean  (02:42)
08.   Porch  (03:30)
09.   Garden  (04:59)
10.   Deep  (04:18)
11.   Release  (09:05)

Durée : 53:20

line up
parution
27 Août 1991

voir aussi
Pearl Jam
Pearl Jam
No Code

1996 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Vitalogy

1994 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Vs.

1993 - Epic Records
  

Essayez aussi
Soundgarden
Soundgarden
Down On The Upside

1996 - A&M Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Sap (EP)

1992 - Columbia Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Rainier Fog

2018 - BMG
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Facelift

1990 - Columbia Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  

Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Karloff
Raw Nights (EP)
Lire la chronique