chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Guðveiki - Vængför

Chronique

Guðveiki Vængför
Toujours un peu délicat de sortir un album dans les derniers jours de l'année. Le gros risque, c'est qu'aussi bon soit-il, ce dernier ne passe entre les mailles du filet du chroniqueur, même averti, et ne touche pas toute l'audience qu'il pourrait, et surtout, mériterait. Et il y en a d'autres qui n'en ont cure, soit conscients de la qualité de leur méfait, soit parce qu'ils savent que leur label assure. Sainte Marie des Loups, dont nous avons parlé récemment, faisait ainsi partie de la dernière vague de releases du maintenant défunt label Fallen Empire. Parmi cette ultime salve de galettes d'une qualité toujours extrême, se trouve l'album dont nous parlons aujourd'hui. Une surprise de taille, de sa pochette que l'on croirait sortie de l'écurie I, Voidhanger jusqu'à l'insondable bordel qu'il renferme. Une cacophonie de riffs bouillonnants, de blasts qui se brisent en des contretemps mathématiquement tordus sur un lit vocal des plus inquiétants.

Rien de bien étonnant, puisque Guðveiki est, à l'instar de Martröð, un all-star band américano-islandais. L'on y trouve des membres de Wormlust, Chaos Moon, Skáphe, ou encore Krieg, excusez du peu. Comme si cette équipe de mercenaires rodés au Black Metal qui en met partout ne suffisait pas, cette première manifestation de Guðveiki, "Vængför", a bénéficié du mix de Swartadauþuz (Bekëth Nexëhmü et la chiée de projets estampillés Ancient Records) et d'une superbe pochette d'Elijah Tamu (officiant également chez Panegyrist, auteur d'un autre OVNI sorti l'année dernière). Sans surprise, donc, " Vængför " est excellent. En même temps, difficile de se planter quand on aligne à ce point les talents en coulisse.

Ce qui me séduit dans cet album, avant toute chose, c'est que l'on y retrouve bien plus les influences Islandaises qu'Américaines - non pas que je sois hermétique à l'art noir de l'Oncle Sam, mais le "black à capuches" comme l'appellent ses détracteurs pisse-froids, m'a toujours bien plus parlé. Question de feeling. Une chose est certaine, c'est qu'il y a quelque chose dans l'eau potable, là-bas. Il fallait oser mélanger pêle-mêle l'agressivité d'un Antaeus, le psychédélisme très cru de S.V.E.S.T., la déconstruction des plans de batterie et le riffing dans le vide d'un Portal en saupoudrant le tout des cendres de l'Eyjafjöll... Sur le papier, ça vous semble bordélique ? En musique, ça l'est encore plus. Mais diablement attirant. Même avec le vertige, on est toujours tentés de regarder en bas : c'est un peu l'effet Guðveiki.

Il en faut, de l'énergie et de la concentration pour se fader les 40 minutes que dure l'opus. Très peu de temps morts, quelques arpèges par-ci, par-là, parfois du mid-tempo en guise de démarrage, quelques cymbales qui se voudraient familières (comme sur le morceau titre qui en use et abuse) mais globalement, cette plongée dans le vide est menée tambour battant, grâce à un batteur qui n'a manifestement pas oublié de prendre ses vitamines. Les blast-beats sont légion, rompus par des breaks tonitruants qui filent le tournis - quand les titres ne sont pas, tout simplement, qu'une succession de plans décousus, presque jazz dans l'esprit ("Gullveigar sverðsins " laissera bouche bée plus d'un cogneur). Une spirale infernale renforcée par ces guitares en forme de serpents, des riffs graisseux mêlés de quelques dissonances et autres proto-soli qui semblent bien lointains dans le mix (le motif final de "Hin endalausa", par exemple). Le tout servi par cette voix qui susurre, toujours à la limite de la gerbe, d'H.V Lyngdal, sachant comme personne mettre l'auditeur mal à l'aise. Oui, le malaise est constant, on reste au bord de son siège, cramponné aux accoudoirs, tout au long des six titres. Faute de pouvoir s'accrocher à une aspérité, qu'elle soit sous forme de rythmique plus paisible ou d'un riff un peu plus reconnaissable qu'un autre, l'auditeur est contraint de subir ces cinq paires de mains qui lui plongent la tête dans le goudron en fusion. L'ensemble est inextricable, homogène au possible. Ce qui pourrait être un vrai défaut pour certains restera, pour ceux qui aiment le Black quand il est infiniment noir, la grande qualité de cet album. On en attendait de toutes façons pas moins de cette équipe de choc. Difficile, donc, d'isoler un titre plutôt qu'un autre, puisque la mécanique toute entière de " Vængför " pâtirait de l'extraction de l'un de ses rouages. Fais-toi aventurier des temps modernes face à l'inconnu, ne cherche pas à décrire ou à analyser à outrance : ferme les yeux, un signe de croix, et fonce. Ce que Guðveiki propose est, de toutes façons, impossible à décrire de façon rationnelle.

Si l'on pourra effectivement déplorer la fin des activités de Fallen Empire, on ne pourra que saluer leur chant du cygne, dans cette ultime fournée de groupes et d'albums tous plus qualitatifs les uns que les autres, chacun proposant quelque chose de différent : on avait Sainte-Marie des Loups, un régal de Black raw gentiment régressif, Death Fortress et son Black/Death d'une redoutable efficacité, et bien entendu, ce premier opus de Guðveiki, suprême de Black Metal aussi chaotique qu'infernal. Gageons maintenant que ce ne soit pas que "le groupe d'un seul album", au vu du résultat de ce premier essai. Un pur produit labellisé Mystiskaos qui trouvera sans mal sa place parmi les écoutes, et les tour à CDs, des amateurs du genre.

Bref, Vængför, ça va för, très för.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/01/2019 10:28
note: 8/10
Excellente découverte, à la fois dense et apocalyptique qui emmène dans un mélange d'émotion et de fureur. Sans jamais être bordélique le groupe arrive à rester crédible et sans baisser de régime, du tout bon !
Sagamore citer
Sagamore
09/01/2019 14:55
note: 8.5/10
Nikolaaa a écrit :
C'est con pour la fin du label (qui pratiquait, sauf erreur, des frais de port un peu dissuasifs).


C'est triste, ouais... Mais les frais de ports abominables c'est quasi toujours systématique chez les labels et distro US. Y'a guère que chez Hell's Headbangers que j'ai été agréablement surpris au moment de passer commande... Pour celui-ci, on attendra qu'une distro EU le stocke Mr Green
Nikolaaa citer
Nikolaaa
09/01/2019 14:49
note: 8.5/10
J'adhère totalement, merci pour ta chronique. Comme tu le dis l'ensemble est homogène, c'est sombre, ça blaste, je me raccroche plus à l'ambiance de fond qu'aux riffs en fait.
La guitare se fait assez aérienne sur la deuxième partie de la troisième piste (Hin endalausa), ça me ferait presque penser à du Mithras pour le coup.
C'est con pour la fin du label (qui pratiquait, sauf erreur, des frais de port un peu dissuasifs).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Guðveiki
Black Metal chaotique
2018 - Fallen Empire Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Guðveiki
Guðveiki
Black Metal chaotique - Islande
  

tracklist
01.   Fóstureyðing stjarna  (07:02)
02.   Blóðhunang  (05:42)
03.   Hin endalausa  (05:19)
04.   Vængför  (05:56)
05.   Gullveigar sverðsins  (06:58)
06.   Undan stormi eiturtára  (09:06)

Durée : 40:03

line up
parution
26 Décembre 2018

Illum Adora
...of Serpentine Forces
Lire la chronique
Saqra's Cult
The 9th King
Lire la chronique
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
PPCM #12 - Deux pour le prix d'un ? EQUIPOISE et CONTRARIAN !
Lire le podcast
Frozen Soul
Encased In Ice (Démo)
Lire la chronique
Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique