chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
88 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lividity - Perverseverance

Chronique

Lividity Perverseverance
Depuis maintenant un quart de siècle la création de Dave Kibler n’a jamais changé son fusil d’épaule malgré un certain manque de reconnaissance, il faut dire que les nombreux mouvements en interne conjugués à de longues périodes de silence plus ou moins forcé (sans oublier une distribution parfois bancale de la part de ses anciens labels) n’ont pas aidé le combo de l’Illinois à se faire un nom. Pourtant celui-ci n’a jamais lâché l’affaire, autant dire que l’annonce de ce nouvel opus neuf ans après le très bon « To Desecrate And Defile » était assez inespérée tant depuis celui-ci s’était fait comme d’habitude fort discret. Car hormis le Split avec FLESH GRINDER il n’avait plus proposé de nouveau son depuis 2010, une attente assez interminable dont on ne qu’espérer qu’elle comble les espoirs engagés de nombreux fans, ce qui sera heureusement le cas. Désormais forts d’un line-up stable et plus motivé que jamais les américains ne vont pas prendre de risques et vont se contenter de réciter leurs gammes, pour un résultat sans surprises mais aussi hyper compact et homogène, où la variété est de mise et sans faiblesses notables.

En effet pendant trente-cinq minutes ils vont enchaîner entre titres ultra-courts et d’autres plus longs qui feront office de conclusion, le tout sans perdre en cohérence ni puissance, d’ailleurs « Kill Then Fuck » qui démarre la bagarre va immédiatement donner le ton général. Ici ça va tabasser pratiquement sans discontinuer, où seuls quelques courts moments écrasants permettent de souffler avant le retour de tornade qui donne envie de partir à la guerre et d’éliminer tous ses ennemis. Sans concessions et particulièrement déchaîné cette entrée en matière montre que ses géniteurs sont au top de leur forme et ont particulièrement envie d’en découdre, comme pour évacuer cette trop longue absence de leur part. D’ailleurs avec plusieurs compositions ne dépassant pas les deux minutes (ou faisant à peine plus) ils ne veulent laisser aucun temps-mort tant celles-ci vont être d’une sauvagerie sans nom, à l’instar de « The Pussy Horde » qui arrive à jouer le grand-écart et à intégrer des parties très lourdes, malgré sa durée éphémère. Là-où il aurait été facile de matraquer en continu pour renforcer la radicalité de ses secondes en faible nombre, ici au contraire la variété est de mise encore une fois, avec notamment « Cumming With Labial Pulp » séparé en deux parties distinctes où le côté mitraillette du départ laisse place à des ambiances lourdes, suffocantes et oppressantes, pour un rendu imparable, à l’instar de « Parasitic Infestation ». Tout aussi réussi il voit ici la bande jouer les montagnes russes, vu qu’elle ne cesse de monter en puissance et de relâcher la pression, pour un rendu homogène et instinctif.

Cependant si le côté primitif est agréable il peut aussi vite lasser, du coup entre tout cela se sont joints d’autres titres plus travaillés qui risquent d’avoir leur succès en concert, comme par exemple « Meat For The Beast » qui laisse une place plus importante à un tempo bridé (mais qui n’oublie pas d’exploser le moment venu), et permet du coup de renforcer le mur sonore présent ici. Ce sentiment est confirmé sur l’énormissime « Whore Destroyer » particulièrement entraînant par des passages rapides à la double, et un riffing qui donne envie de headbanguer, tout en voyant l’ensemble être encore réhaussé par de nombreuses cassures où les hammerblasts côtoient la noirceur où l’éloge de la lenteur est reine, tout comme sur le tentaculaire « Something’s Dead ». A la fois toujours très classique dans l’esprit, il se fait aussi plus technique en mettant l’accent sur les ambiances occultes et gores, et prépare le terrain pour la doublette finale en approche. Celle-ci va accaparer à elle seule un tiers du temps imparti, n’hésitant pas à intégrer des moments plus longs, quel que soit leur rythme, afin que l’auditeur se fasse happer définitivement par la musique si ça n’était pas encore le cas. Restant dans la trame entendue jusque là on y décèle aussi un soupçon d’originalité qui ne dépareille pas avec le reste, même si en revanche la fin de chacun des deux morceaux s’étire inutilement en longueur, et aurait gagné à être raccourcie.

Mais ceci n’est qu’un défaut mineur tant cette galette fait preuve d’une vraie maturité de la part de ses créateurs qui sans sortir des sentiers battus arrivent à maintenir l’intérêt en proposant ce qu’il faut de variations, afin de conserver son attractivité et confirmer ainsi que ce cru 2018 risque de très bien vieillir. Et même quand ceux-ci se paient le luxe de ressortir du placard « Tampered Flesh » une vieillerie tirée de l’EP « Rejoice In Morbidity » (sorti uniquement en cassette en 1996 et réenregistrée pour l’occasion) qui montrait déjà un talent d’écriture implacable, on s’aperçoit que deux décennies plus tard la qualité d’écriture et d’exécution est toujours au rendez-vous. Avec en prime une production massive où la basse est parfaitement audible, on ne peut qu’être enthousiaste de voir ces vieux briscards revenir si brillamment et en pleine forme, alors qu’on était en droit de douter de leur retour aux affaires, tout comme de leur inspiration. En attendant que GORGASM retourne en studio et que DISGORGE se bouge enfin les fesses LIVIDITY comblera parfaitement les fans de Brutal Death pur et dur venu d’outre-Atlantique, et montre surtout qu’il ne fallait pas l’enterrer trop vite. En effet quoi de mieux que des vétérans qui maîtrisent leur sujet et donnent une vraie leçon musicale aux petits jeunes jouant du Slamming inécoutable et sans âme, qui croient maîtriser à tort les recettes de la brutalité la plus extrême, sans en avoir le talent ni la compétence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
06/01/2019 08:41
Je trouve qu'au contraire Disentomb se démarque un peu de tous les Disgorge-like sans intérêt. C'est pas énorme mais y'a quelque chose de plus dans le riffing et l'ambiance.

Pas écouté ce Lividity sinon, c'est un groupe que je n'ai quasiment jamais écouté.
MoM citer
MoM
05/01/2019 18:03
Ander a écrit : MoM a écrit : après, ceci est l'avis d'un gusse qui a, selon l'avis général, très mauvais goût en matière de Brutal Gros sourire Gros sourire Gros sourire Mais je vous en veux pas Clin d'oeil )

Je vois que ma petite pique sur le forum à propos de ton penchant pour les Australiens de Disentomb a laissé des traces, haha. Groupe très moyen pour moi, du sous Disgorge bien trop propre et safe pour que je les encensent! Néanmoins je checkerai leur prochain bousin voir si y a du neuf.


Mais Ander, le pire c'est que tu as raison : j'ai pris des groupes de Brutal au pifomètre, sans trop chercher à comprendre. Au contraire, ça me fait rire cette remarque, et venant d'un spécialiste du Brutal, c'est plus que pertinent Gros sourire Ca nous fait un lien particulier : je suis ton touriste du Brutal Clin d'oeil
Ander citer
Ander
05/01/2019 16:13
On est pas vraiment dans le slam death avec Lividity. Il en utilise certains codes bien sûr mais on baigne plutôt dans le plus pur brutal death tendance old-school qui me rappelle Gorgasm, ou Atrocious Abnormality.

Citation : après, ceci est l'avis d'un gusse qui a, selon l'avis général, très mauvais goût en matière de Brutal Gros sourire Gros sourire Gros sourire Mais je vous en veux pas Clin d'oeil )

Je vois que ma petite pique sur le forum à propos de ton penchant pour les Australiens de Disentomb a laissé des traces, haha. Groupe très moyen pour moi, du sous Disgorge bien trop propre et safe pour que je les encensent! Néanmoins je checkerai leur prochain bousin voir si y a du neuf.
MoM citer
MoM
05/01/2019 11:45
andreas_hansen a écrit : La dernière ligne résume parfaitement ce que je pense de ce courant slam death...

Pour ça que le Slam est, je pense, un genre plus difficile qu'on ne le croit.
Il suffit pas de faire du breakdown au pif, y a une vraie science, une vraie compréhension des codes du Brutal qui est nécessaire pour être pertinent et efficace.

Slamer à tout va, ça veut rien dire. Le break pour le break, idem. Suffocation a tout compris pour ce qui est de la science du break sur Pierced et Effigy.
Et un groupe comme Disentomb, avec Misery, a lui aussi compris comment foutre la misère avec le Brutal qui a un pied dans le Slam. Mais les mecs, c'est pas des jeunots, et ça explique la maturité de ton chez les australiens.

Idem pour Dying Fetus et leur dernier album : brutal avec des breaks bien douloureux.

Faut écouter les aînés...

Pour en revenir à cet album : j'ai tenu 10 secondes. Je trouve ça plat, ça manque d'une personnalité forte, et les breaks tombent également à plat. Dans ce genre de prod, un mix massif qui te fasse clairement sentir le mur qui te tombe sur la gueule, c'est nécessaire. Là, t'as un petit glissement de basse, et un "toudoudoudoudoudou" à la gratte qui semble sans trop de conviction.
Disons que ça reprend des codes sans avoir de son à forte personnalité. Perso, j'ai cru me prendre un mur en mousse - mais le coin du mur, parce que j'ai senti que ça voulait quand même être agressif Clin d'oeil

(après, ceci est l'avis d'un gusse qui a, selon l'avis général, très mauvais goût en matière de Brutal Gros sourire Gros sourire Gros sourire Mais je vous en veux pas Clin d'oeil )
andreas_hansen citer
andreas_hansen
04/01/2019 14:05
La dernière ligne résume parfaitement ce que je pense de ce courant slam death...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lividity
Death Brutal
2018 - Metal Age Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.9/10

plus d'infos sur
Lividity
Lividity
Death Brutal - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Kill Then Fuck
02.   The Pussy Horde
03.   Meat For The Beast
04.   Cumming With Labial Pulp
05.   Whore Destroyer
06.   Bitch Cunt Fuck
07.   Violated In The Vatican
08.   Parasitic Infestation
09.   Something’s Dead
10.   Tampered Flesh
11.   Pussy Lover-Salvation
12.   Perverseverance

Durée : 36 minutes

line up
parution
30 Novembre 2018

voir aussi
Lividity
Lividity
To Desecrate And Defile

2009 - War Anthem Records
  

Essayez aussi
Hypocrisy
Hypocrisy
Osculum Obscenum

1993 - Nuclear Blast Records
  
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Casketless

2010 - Sevared Records
  
Human Filleted
Human Filleted
Hideous Sculptures Of The Dead

2008 - Crematorium Records
  
Orthodox
Orthodox
Forever Not Yet

2011 - Darzamadicus Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Kill

2006 - Metal Blade Records
  

Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique