chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lord Ketil - Long Lone Among the Wolves

Chronique

Lord Ketil Long Lone Among the Wolves
Oh l’autre eh ! Il arrive de nulle part et il est carrément choisi comme meilleur album de l’année par Sakrifiss ! Eh oui. Même si « arrive de nulle part » est tout de même exagéré vu que le groupe lillois avait déjà sorti en 2016 The Way of the Opponent. Mais la sortie avait été très confidentielle. Sa suite, Long Lone Among the Wolves, sort chez le très sympathique Ogmios Underground, label de plus en plus qualitatif dirons-nous. Et cette fois-ci, le multi-instrumentiste Alkorne Al Krahan se voit accompagné, au chant, de Psycho, déjà bien connu pour son travail chez les anciens extrêmistes du BM : HATS BARN. Je dis « anciens » parce qu’ils ont mis un peu d’eau dans leur vin ces dernières années, et semblent moins fermés à propos de ce qui peut être ou pas intégré dans le black. Je les voyais comme des amateurs de black pur à l’ancienne, ils ont su ajouter récemment quelques effets. C’est une autre histoire, sur laquelle on est déjà revenu il y a quelques semaines, mais qui explique tout de même la présence de notre Psycho dans LORD KETIL, groupe qui se met encore moins de limites.

LORD KETIL joue du black metal, c’est une certitude, mais il va être difficile de lui coller une étiquette unique. Il a envie de, et parvient parfaitement à, naviguer entre les flots de plusieurs branches de notre art. Black mélodique, black épique, black dépressif ou mélancolique, black ritualiste. Vocaux gutturaux, vocaux hurlés, vocaux clairs, vocaux saturés… Alors on ne sent pas de limite à l’écoute des 12 pistes, tout en restant dans le bon goût de la musique sombre et agressive. On ne va pas jusque dans le post black, le progressif ou le mièvre. On a un contenu à la fois varié et cohérent. Et irrésistible. C’est impossible de résister aux déferlantes que sont « Wild Hunt », « The Last Ride », « The Ageless Monarch », « Deadsman’s Word » et « Seven Witches Came to Sabbath ». Ces morceaux ont une énergie énorme. Un coup de mou dans ta vie morne ? Eh bien écoute ces pistes et tu te sentiras aussi fort que si tu étais tombé dans la marmite de Viagra. C’est le même constat avec « Blood Flowed to the River » qui se permet en plus d’ajouter de la cornemuse, des chœurs, de la tension électrique !

Et d’un autre côté plusieurs pistes viennent freiner l’ardeur trop forte. Un gros seau de glaçons pour refroidir ta monstrueuse trique. Désespoir et souffrances sur le pourtant dynamique « The Gate of Aeon », ainsi que sur les plus lancinants « Exsanguination », « From Ashes to Ashes », et « Land of the Midnight Sun ». On se retrouve subitement à l’opposé des sensations ressenties sur les pistes envolées. La sinistrose nous envahit l’esprit. Et c’est excellent.

Alors LORD KETIL est devenu mon meilleur album de l’année. Pas AORLHAC qui a une production un poil trop propre. Pas SACRIFICIA MORTUORUM qui manque d’un poil d’accessibilité. Pas BROUILLARD qui est un poil trop linéaire. LORD KETIL.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
30/08/2019 23:41
Rien qu'à l'écoute de from ashes to ashes, je suis tombé amoureux du groupe. Comme tu le dis si bien, c'est varié mais cohérent. Difficile de dire du coup :"Ah bon j'aime ce morceau, mais je déteste celui- là ".
seb niggurath citer
seb niggurath
09/01/2019 21:49
c'est bon comme black metal on dirait pas que c'est français! (malol d'or 2018.......)
Stockwel citer
Stockwel
08/01/2019 20:37
Je l'ai découvert suite à la vidéo des sakrifor et je dois dire que c'est une superbe découverte.
Album de l'année je ne pense pas pour moi, mais une bonne claque c'est sûr !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lord Ketil
Black Metal
2018 - Ogmios Underground
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Lord Ketil
Lord Ketil
Black Metal - 2006 - France
  

tracklist
01.   Wild Hunt
02.   Seven Witches Came to Sabbath
03.   The Gates of Aeon
04.   Deadman's Sword
05.   Exsanguination
06.   Let the World Ablaze
07.   From Ashes to Ashes
08.   The Last Ride
09.   Blood Flowed to the River
10.   Land of the Midnight Sun
11.   The Ageless Monarch
12.   Ruins - Part II

Durée : 56:39

parution
20 Mars 2018

Essayez aussi
Ultra Silvam
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation

2019 - Shadow Records
  
Odraza
Odraza
Esperalem tkane

2014 - Arachnophobia Records
  
Insane Vesper
Insane Vesper
Layil

2016 - Art Of Propaganda
  
Stav
Stav
Meditate To Kill

2012 - Chalice Of Blood Angel Productions
  
Vargrav
Vargrav
Reign In Supreme Darkness

2019 - Werewolf Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique