chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

John Garcia - John Garcia and The Band Of Gold

Chronique

John Garcia John Garcia and The Band Of Gold
Le John Garcia nouveau est arrivé et c'est de la bonne came qui ne sent pas la banane.

Le John Garcia nouveau, je le comparerais plutôt à une fondue savoyarde, moi. Parce qu'il est bien gras et bien épais de partout, mais plus on s'approche du fonds, et plus il devient épais.

Mais avant de déflorer la pucelle, j'aimerais remettre l'église au centre du village.

Pour ceux d'entre vous qui ne le connaitraient pas, John Garcia est la voix de KYUSS. Le gars est né en 1970. Il a co-fondé le gang qui a donné ses lettres de noblesse au Stoner (non, KYUSS n'a pas "inventé" le Stoner, non KYUSS n'est pas le BLACK SABBATH du Stoner). Il a maintenu le projet à flots, contre vents et marées après les départs de Nick Olivieri (basse), Brant Bjork (batterie). Mais il n'a pas pu sauver KYUSS de l'explosion quand Josh Homme (guitare) est allé fonder QUEENS OF THE STONE AGE dans son coin.

On ne va pas faire d'évidences rétrospectives. A l'époque de KYUSS, les garçons avaient la vingtaine, étaient stone la plupart du temps et ne mesuraient probablement pas que leur groupe allait devenir légendaire.

Après le split de KYUSSS en 1997, John Garcia n'a jamais raccroché. Il a fondé plusieurs formations avec lesquelles il a enregistré un ou plusieurs disques toujours dans le même style et toujours avec leur grain propre.

La plupart des formations de John Garcia sont constitués de musiciens à la réputation au mieux locale. Il n'y a qu'avec VISTA CHINO, son pénultième projet, que John Garcia a retrouvé son ami et complice de KYUSS, Brant Bjork.

Cette remarque sur les line-up ne doit pas être perçue comme une critique. En effet, le point commun à tous les disques de tous les groupes de John Garcia, c'est leur qualité.

Le point le plus cocasse à propos de John Garcia et de ses groupes, c'est que aucune de ces formations n'a splité. Elles sont toutes mises en sommeil et le chanteur les réactive de temps à autre, en général à l'occasion d'une tournée ou d'un festival. En France, on a pu entendre le chanteur avec presque toutes ses formations et notamment la dernière, JOHN GARCIA, le groupe qui porte son nom.

Cette dernière itération de John Garcia a été fondée en 2014 à l'occasion de la sortie d'un album également appelé John Garcia. La version studio de la galette est un album choral sur lequel John Garcia fait intervenir une trentaine de musiciens de session plus ou moins connus. A côté de ses potes pas connus, John Garcia a invité des pointures, notamment Danko Jones, Nick Olivieri ainsi que le guitariste des DOORS, Robby Krieger sur la chanson "Her's Bullet Energy".

John Garcia a construit un groupe de scène pour l'accompagner sur la tournée de ce disque. Comme le courant passait bien, l'idée de pérenniser un groupe pour enregistrer d'autres albums avec une formation qui s'appellerait JOHN GARCIA s'est forgée pendant ces sessions.

Le line-up réuni pour ce dernier opus n'est pas forcément celui que vous avez vu jouer avec John Garcia ici ou là, mais l'idée était de construire un album avec un groupe et pas juste d'enregistrer des chansons avec des musiciens de session.

Entre les deux, le décidément versatile chanteur a sorti The Coyote Who Spoke In Tongues, un album acoustique sur lequel il reprend des classiques de KYUSS en mode unplugged.

Et nous voila rendus à ce 4 janvier 2019 qui voit sortir de terre le dernier né de la famille Garcia, un disque à la sobre pochette rétro et au titre clinquant John Garcia and the Band Of Gold est son titre et les 11 morceaux (un instrumental et dix chansons) vont vous donner des frissons tout partout. Car oui, j'ai une bonne nouvelle pour les amateurs de Desert Rock : c'est de la bonne came.

Dans un genre certes prévisible et très classique, mais drôlement bien maîtrisé et superbement interprété. Avec la cohérence d'ensemble qui faisait défaut sur John Garcia pour la raison que j'ai expliquée, JOHN GARCIA envoie du rêve à pleins tubes.

Il y a dans cet opus une belle tension et un beau gras. Je ne vais pas vous faire le coup du track by track ni découper mes morceaux préférés comme à la boucherie pour mettre en valeur tel bon plan de basse et tel pur solo de gratte. Non, je ne vais pas me prêter à cet exercice chirurgical parce que, ce que j'apprécie par dessus tout dans ce nouveau disque, c'est justement l'écouter in extenso pour d'une part découvrir de nouveaux détails cool à chaque écoute et surtout prendre un énorme pied avec chacune des chansons. Elles sont belles, elles sont grasses, elles avoinent la pouliche.

Les fans de gras qui tâche en auront pour leur argent. Les amateurs de Desert Rock bien poussiereux ne seront pas non plus déçus du voyage. Mais ceux qui seront le plus à la fête, ce sont les fans de John Garcia. Car après un éponyme un peu décousu et un unplugged poussif, le brun John revient plus en forme que jamais. il te balance ces montées dans les aigus qu'on aime tant, il fait naitre en toi des souvenirs des meilleurs moments de sa longue carrière. Surout, il incarne sa musique avec ce chant chaud et dense que tu reconnais aisément.

Il EST John Garcia. Unique. Eternel. Formidable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
15/01/2019 10:46
Hallu a écrit : Y a eu beaucoup de bon chez Garcia en effet. Unida, Hermano, Vista Chino... Ma préférence irait à Unida, même si les chansons de Slo Burn sont plus efficaces, mais ça reste juste un EP qu'ils ont sorti

Je te rejoins. J'aime bien Hermano aussi, mais je reviens toujours à l'album de UNIDA qui est vraiment exceptionnel.

SLO BURN pour moi, c'est le groupe qu'il a monté juste après KYUSS et qui lui a servi de transition. Cela dit l'EP est bien cool, mais je ne trouve pas SLO BURN aussi remarquable que la suite...

Sur le dernier album, tu as raison sur la voix. Après de nombreuses écoutes, je le trouve beaucoup plus Rock que Stoner gras.

Mais à mon avis, la différence principale entre ce nouveau projet et les précédents groupes de Garcia, c'est qu'il y a beaucoup plus de chant et beaucoup moins d'instru.... KYUSS, UNIDA : il y a énormément de parties instrumentales. C'est d'ailleurs assez rigolo en llve de voir John Garcia "passer le temps" pendant ces instrus.

Là, c'est la structure des chansons qui fait très rock. Il y a bien la petite intro et quelques ponts instrumentaux, mais globalement c'est des chansons avec beaucoup de chant.
Hallu citer
Hallu
14/01/2019 11:01
Y a eu beaucoup de bon chez Garcia en effet. Unida, Hermano, Vista Chino... Ma préférence irait à Unida, même si les chansons de Slo Burn sont plus efficaces, mais ça reste juste un EP qu'ils ont sorti. Pendant ce temps Josh Homme a sorti deux bons albums chez QOTSA avant de se ramollir et faire de la guimauve immonde. Il a fini par faire la une plus pour ses conneries et ses opinions douteuses que pour sa musique...
Pour cet album solo de John Garcia j'aime bien mais je trouve sa voix trop mise en avant, je la préfère plus en retrait comme sur Kyuss. Je trouve pas vraiment que ce soit du gras qui tache non plus. La basse peut-être, mais pour les grattes c'est très clair comparé à ses groupes précédents. La batterie est bizarrement étouffée, surtout le snare.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
John Garcia
Stoner / Desert Rock
2019 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6.36/10

plus d'infos sur
John Garcia
John Garcia
Stoner / Desert Rock - 2014 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 4 Janvier 2019

vidéos
Jim's Whiskers
Jim's Whiskers
John Garcia

Extrait de "John Garcia and The Band Of Gold"
  

tracklist
01.   Space Vato  (02:44)
02.   Jim's Whiskers  (03:42)
03.   Chicken Delight  (03:36)
04.   Kentucky II  (03:19)
05.   My Everything  (03:36)
06.   Lillianna  (03:16)
07.   Popcorn (Hit Me When You Can)  (03:19)
08.   Apache Junction  (02:53)
09.   Don't Even Think About It  (04:15)
10.   Cheyletiella  (05:45)
11.   Softer Side  (04:24)

Durée : 40:00

line up
Essayez aussi
Unida
Unida
Coping With The Urban Coyote

1999 - Man's Ruin Records
  
Kyuss
Kyuss
Blues For The Red Sun

1992 - Elektra / Dali records
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast