chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Extremity - Coffin Birth

Chronique

Extremity Coffin Birth
Projet fondé en 2016 par Aesop Dekker suite à la défection d’Agalloch, l’avenir d’Extremity semble malheureusement déjà compromis à l’heure qu’il est. En effet, outre ce statut "unknown" qui figure sur la page Metal Archives des Californiens, c’est la page Facebook du groupe qui a complètement disparu. Sans vouloir être alarmiste, ce genre de choses est en règle générale plutôt mauvais signe. Mais en attendant que la situation du groupe soit rendue officielle, revenons tout de même sur ce premier album sorti l’été dernier sur le label 20 Buck Spin. Oui, encore eux…

Intitulé Coffin Birth, ce dernier fait suite à un EP paru courant 2017 sur lequel je m’étais montré relativement enthousiaste. Mais cette fois-ci, plutôt que de reprendre une peinture du 18 ou 19ème siècle, Extremity s’en est allé quérir les talents d’un illustrateur de notre époque, un certain Andrei Bouzikov bien connu des amateurs de Thrash/Crossover puisqu’il a déjà réalisé certains artworks pour Municipal Waste, Condition Critical, Toxic Holocaust, Dust Bolt ou bien encore Perversifier. Côté production, les Américains ont choisi de se reposer sur l’adage « on ne change pas une équipe qui gagne », confiant ainsi une fois de plus cette tâche à Greg Wilkinson du groupe Brainoil (Ear Hammer Studios).

Alors on va couper court à tout suspens inutile puisque ce premier album s’inscrit sans grande surprise dans la droite lignée de ce qu’Extremity a déjà produit par le passé avec le sympathique Extremely Fucking Dead. L’influence d’Autopsy, aussi subtile soit-elle, persiste encore bien évidemment tout au long de ces quarante minutes marquées à juste titre par une production aussi rugueuse et abrasive que celle de ses ainés d’Oakland. Toutefois, ce n’est pas la seule influence que l’on perçoit en filigrane à l’écoute de ce Death Metal à l’ancienne qui touche également de loin à Bolt Thrower lors de séquences rythmiquement assez proches de ce qu’on put produire les Anglais en leurs temps. Quoi qu’il en soit, la formule reste absolument la même en dépit de quelques petites libertés ponctuant ainsi ces quarante minutes (je pense notamment à ces brèves séquences acoustiques sur "Coffin Birth / A Million Witches" à 2:31, "For Want A Nail" à 2:34 et sur le début de "Misbegotten / Coffin Death" ou bien encore à la présence du Finlandais Antti Boman (Demilich) déblatérant quelques lignes de chant tout en profondeur sur l’introduction de "For Want Of A Nail").
Classique dans le fond comme dans la forme, Coffin Birth réussi néanmoins à tirer son épingle du jeu grâce à deux facteurs importants :

- La qualité de ses riffs et de ses solos et les atmosphères qui s’en dégagent.
- Une cadence soutenue et des changements de rythmes variés tout au long de ces quarante minutes.

Peut-être qu’effectivement, tout cela n’a rien de bien original sur le papier mais une fois le disque lancé on se rend vite compte que c’est le genre de détail qui fait bien souvent toute la différence. Du coup, quelques minutes passé à écouter ce premier album suffisent pour se dire que l’on tient là entre les mains un disque hyper efficace, mené avec brio par des musiciens toujours particulièrement inspirés. En ce qui me concerne, difficile de ne pas succomber aux nombreux assauts dispensés par la section rythmique. Ces accélérations jouissives qu’elles soient à base de blasts ou de tchouka-tchouka (le début de "Coffin Birth / A Million Witches" passé cette ritournelle de fête foraine, "Grave Mistake" à 0:43, "Umbilicus" à 1:25, "For Want Of A Nail" à 1:20, "Occision", "Misbegotten / Coffin Death" à 2:18), ces ralentissements plus pesants aux atmosphères mortifères (le début de "Grave Mistake", "Umbilicus" à 2:26), ces riffs nerveux et extrêmement abrasifs... Difficile également de ne pas s’enthousiasmer face à ces atmosphères sombres et sinistres qui se dégagent de ces compositions à travers les riffs, bien évidemment mais aussi à travers ces quelques leads et autres solos toujours particulièrement bien fichus qui ponctuent l’intégralité de ce premier et vraisemblablement unique album ("Coffin Birth / A Million Witches" à 1:57, "Where Evil Dwells" à 1:49, "Grave Mistake" à 0:20 et 2:37, "For Want Of A Nail" à 2:55, "Like Father Like Son" à 1:13).

Si l’avenir d’Extremity semble donc particulièrement incertain aujourd’hui (le groupe a complètement disparu des radars sans aucune communication de leur part ou de leur label), ce premier album figure néanmoins dans la liste des très bonnes sorties Death Metal de l’année dernière. Bien sûr, les Californiens n’ont rien de bien nouveau à proposer mais son line-up de choix lui offre en tout cas l’opportunité de proposer des compositions de grande qualité qui, finalement, ne souffrent d’aucun véritable défaut si ce n’est effectivement un manque d’originalité. Mais si vous en êtes encore à attendre d’un album de Death Metal qu’il bouscule les codes et les frontières en vigueur dans le milieu depuis maintenant plus de trente ans, c’est qu’une fois encore vous vous êtes trompés d’endroit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
24/01/2019 16:39
J'avais mis ça de côté pour voir et j'ai complètement oublié.
Effectivement assez proche de Vastum, mais j'adhère complètement après une première écoute.
Merci pour le rappel!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/01/2019 12:59
note: 7.5/10
Dégouté d'apprendre que le groupe a visiblement arrêté ses activités, c'est dommage car l'album est vraiment très bon. Un Death Metal qui se rapproche de VASTUM (logique) mais plus pêchu et moins rampant, tout en gardant une vraie noirceur et un attrait intact malgré les écoutes. Du bon boulot et un disque qui passe tout seul et possède une vraie fluidité au niveau de l'écriture. A voir désormais ce que réserve l'avenir pour les membres du combo ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Extremity
Death Metal
2018 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (4)  7.29/10

plus d'infos sur
Extremity
Extremity
Death Metal - 2016 † 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Coffin Birth / A Million Witches  (05:28)
02.   Where Evil Dwells  (04:19)
03.   Grave Mistake  (04:59)
04.   Umbilicus  (05:00)
05.   For Want Of A Nail  (05:24)
06.   Occision  (03:21)
07.   Like Father Like Son  (04:37)
08.   Misbegotten / Coffin Death  (06:58)

Durée : 40:06

line up
parution
20 Juillet 2018

voir aussi
Extremity
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)

2017 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Interment / Brutally Deceased
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)

2013 - Doomentia Records
  
Seance
Seance
Fornever Laid To Rest

1992 - Black Mark Productions
  
Monstrosity
Monstrosity
The Passage Of Existence

2018 - Metal Blade Records
  
Ataraxy
Ataraxy
Curse Of The Requiem Mass (EP)

2010 - Memento Mori
  
Vader
Vader
Impressions In Blood

2006 - Regain Records
  

Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique