chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goatspell - Ascension Of The Drakonian Beast

Chronique

Goatspell Ascension Of The Drakonian Beast (EP)
"Oh mon dieu, encore un groupe en "Goat". Comme si on en n’avait pas suffisamment bouffé ces dernières années". Alors oui, c’est vrai, rien que sur Metal Archives on trouve pas moins de 167 occurrences avec le mot « chèvre ». Un thème particulièrement cher à notre scène qui voit dans cette incarnation du Malin un moyen évident de mettre les pieds dans le plat à coup d’imageries blasphématoires. L’avantage en tout cas c’est qu’en règle générale, cela permets de savoir où l’on met les pieds. Et pour le coup, il n’y a une fois de plus, pas de tromperie sur la marchandise.
Originaire de Rouen, Goatspell trace pour le moment sa route à coup de démos et de EPs. Formé en 2014 sur la base d’un duo réunissant F. et Styrr, le groupe sort en 2015 une première démo intitulée Alchemy Of Terror suivi quelques mois plus tard par un EP baptisé Esoterrorism. Depuis ? Et bien pas grand-chose puisqu’à l’exception de quelques dates ici et là (notamment une participation remarquée à la première édition du Lead Us Into Hell suivi l’année dernière d’un concert parisien en compagnie de Nifelheim), le groupe s’était jusque-là montré relativement discret, peaufinant son retour dans l’ombre en attendant de frapper un grand coup.

Sorti en fin d’année dernière à une période où tout le monde attendait avec impatience de célébrer la naissance du petit Jésus, ce nouveau EP intitulé Ascension Of The Drakonian Beast est le premier à se voir offrir un traitement vinyle. Terminé les cassettes, place aux choses sérieuses pour Goatspell qui entend bien avec ce disque se faire remarquer davantage. Et c’est sur le label rennais Impious Desecration Records que le duo normand a trouvé refuge pour cette troisième sortie illustrée pour l’occasion par la roumaine Luciana Nedelea (Mare Cognitum, Fuath, Ghost Bath, Sepulchral Curse…). Ce n’est pas forcément son travail le plus réussi (un poil trop naïf à mon goût) mais bon, passons…

Le plus important réside bien évidement dans ces quatre nouvelles compositions offertes ici par Goatspell qui, depuis ses débuts, n’a pas changé sa formule d’un iota. Adepte d’un Black/Thrash particulièrement virulent, le groupe n’entend pas ici calmer le jeu comme certains grands noms australiens. Influencé par la scène finlandaise (notamment Horna avec qui on trouve pas mal de similitudes), la musique dispensée par Goatspell brille en grande partie par son riffing Punk particulièrement nerveux et abrasif dont se dégage une urgence incroyable ainsi qu’une atmosphère sombre et véritablement malfaisante. Clairement le groupe n’est pas là pour rigoler et cela s’entend tout au long de ces dix-huit petites minutes impitoyables. Et si le groupe ne révolutionne rien avec son Black/Thrash explosif, il a pour lui un sens de l’efficacité à toute épreuve ("The Necrolatrous Chalice" - Arghhhhh !) qui ne devrait avoir aucun mal à convaincre jusqu’aux plus récalcitrants d’entre tous.
D’autant que Goatspell a le bon goût de varier les plaisirs tout au long de ses morceaux grâce à des changements de rythmes ultra efficaces taillés pour briser des nuques et casser des bouches. Car si F. passe ainsi le plus clair de son temps à faire pleuvoir les blasts sur nos pauvres petites têtes innocentes, il sait tout autant varier son jeu afin d’apporter son lot de nuances évidemment bienvenues. Outre ces séances de blasts punitifs, on a donc également le droit à quelques passages en mode tchouka-tchouka, idéals pour s’échauffer les cervicales (je vous mets au défis de garder votre calme sur cette séquence entamée à 2:00 par un "Ouh" des familles sur le redoutable "The Necrolatrous Chalice"), ainsi qu’à quelques moments de répits bien mérités avant de repartir de plus belles quelques secondes plus tard. De la même manière, Goatspell a bien compris qu’il serait tout à son avantage d’apporter un peu de souplesse à son riffing à l’aide de riffs plus mélodiques comme ces quelques leads sur "Ephraïm Obliteration" ou bien ce que l’on peut trouver sur "Ascension Of The Drakonian Beast", titre qui clôture ce EP sur une touche un peu moins radicale et plus en accord avec les influences finlandaises des Normands.

Si jusque-là Goatspell s’est toujours montré d’une discrétion pour le moins handicapante, il y a fort à parier que le groupe devrait enfin réussir à sortir son épingle du jeu et ainsi faire parler de lui grâce à cette sortie particulièrement bien ficelée. Désormais épaulé par un line-up live stable et motivé, le groupe possède en tout cas toutes les cartes en mains pour répandre la bonne parole sur scène. Espérons en tout cas qu’Ascension Of The Drakonian Beast lui permette de créer ces opportunités car il y a dans ce disque tout ce qu’il faut pour séduire l’amateur de Black/Thrash adepte de tempos enlevés, de riffs assassins et d’atmosphères sombres et belliqueuses. Une très bonne surprise sur laquelle je vous conseille vivement de ne pas faire l’impasse si vous êtes clients de ce genre de formule.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
18/09/2019 21:27
Sortie ce samedi de l'EP en format CD chez Les Cantiques du Beffroi
Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
23/01/2019 21:10
Ne révolutionne pas le style mais excellemment bien exécuté et super efficace. Approuvé sur toute la ligne, quelle patate !
Dantefever citer
Dantefever
21/01/2019 12:42
La crème du Black/Thrash français

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatspell
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Goatspell
Goatspell
Black Metal - 2014 - France
  

tracklist
01.   Majestic Invocation Of Her Putrid Womb  (04:07)
02.   Ephraïm Obliteration  (03:55)
03.   The Necrolatrous Chalice  (04:02)
04.   Ascension Of The Drakonian Beast  (06:07)

Durée : 18:11

line up
  • F. / Chant, Basse, Batterie
  • Styrr / Guitare, Chant

parution
16 Décembre 2018

Essayez aussi
Sad
Sad
Devouring the Divine

2013 - Hass Weg Productions
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Tan Kozh
Tan Kozh
Lignages oubliés

2019 - Antiq Records
  
Zorn
Zorn
Gegen alles

2014 - Christhunt Productions
  
Pyriphlegethon
Pyriphlegethon
The Murky Black of Eternal Night

2017 - Iron Bonehead Productions
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique