chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wolvennest - Void

Chronique

Wolvennest Void
Bienvenue dans le monde merveilleux de Ván Records ! L’excellentissime label allemand spécialisé dans le Black et ses nombreuses variantes (URFAUST, THE RUINS OF BEVERAST, MOURNING BELOVETH ou encore OUR SURVIVAL DEPENDS ON US suffisent à me faire saliver tel un bulldog anglais) s’est une fois de plus illustré par sa démarche audacieuse en signant le deuxième album de WOLVENNEST (ou WLVNNST) en l’an de grâce 2018. En ce début du XXIème siècle, la sorcellerie n’a normalement plus cours. Normalement. Surgit alors ce projet musical issu du microcosme bruxellois, construit notamment autour de Marc De Backer (MONGOLITO), Corvus von Burtle (CULT OF ERINYES), Michel Kirby (LA MUERTE, ARKANGEL) et de la sublime Sharon Shazzula au chant, que l’on imagine aisément en marraine maléfique du bébé de Rosemary. WOLVENNEST nous offre avec ce second opus un sublime voyage aux confins du Krautrock et du Black Ambient dont on revient étonnamment apaisé… mais marqué de manière indélébile par l’empreinte du Malin.

Un format généreux avec plus d’une heure d’écoute mais qui ne semble durer que le temps d’une berceuse diabolique (par quel démoniaque enchantement ?). Tout est essentiel, rien n’est dispensable. On ne ressent aucune lassitude, à aucun moment, on se laisse emporter et on savoure. Chaque titre, que l’on mémorise très facilement malgré sa relative longue durée, a son identité propre, pour un ensemble malgré tout incroyablement homogène. La musique de WOLVENNEST peut sembler très accessible au premier abord, mais s’avère subtile pour qui sait écouter entre les notes. Guitares douces, virevoltantes et planantes aux sonorités seventies, riffs répétitifs et lancinants, voix (tant féminine que masculine) sensuelles, parfois torturées mais jamais agressives, synthé plaquant sur l’ensemble une ambiance occulte et angoissante : c’est Woodstock à Fantoft !

VOID démarre en douceur avec Silure, titre d’ouverture instrumental avec des guitares subtilement orientalisantes et une atmosphère reposante. C’est le calme avant l’inexorable montée en intensité ou plutôt la lente et tortueuse progression vers le Purgatoire. L’ambiance devient au fil du temps plus pesante, plus sombre. Ritual Lovers ? Essayez donc de vous la sortir de l’esprit, celle-ci ! Bon courage ! Un riff, une ligne de chant en guise de ritournelle, vous êtes happés, vous êtes foutus ! Le ton de Sharon Shazzula, la ténébreuse maîtresse de cérémonie, se durcit dans le titre éponyme jusqu’à en devenir intimidant. L’Heure Noire porte bien son nom avec son rythme accéléré, cette sensation d’oppression et cette voix masculine, s’apparentant à un chant religieux, sorte d’invitation à un rituel à n’en pas douter pas très catholique. Dans The Gates, Sharon Shazzula s’exprime désormais en français, mais elle ne chante pas, elle ordonne : « Embrasse l’obscurité, oublie la lumière » tandis que son comparse hurle sa douleur et son désespoir dans une langue que je peine à reconnaître. Il faut bien que ça se termine, mais de quelle manière ? Par La Mort bien sûr ! La musique est aussi douce-amère que le cyanure mais le discours servi en litanie péremptoire « Allons chercher la mort au plus profond de ces corps » ne trompe personne. La descente aux Enfers est finie.

WOLVENNEST est une drogue dure. C’est le Diable paré de ses plus beaux atours pour vous séduire et voler votre âme vouée à l’éternelle damnation. C’est le poison que l’on boit avec gourmandise, la blessure que l’on s’inflige volontairement avec plaisir, le fil du rasoir qui passe sur le poignet plongé dans l’eau que l’on ne sent pas entamer la veine. Je nourris l’espoir de voir de mes propres yeux les ingrédients savoureux de la musique de WOLVENNEST se dissoudre en une alchimie parfaite dans le chaudron bruxellois du festival A Thousand Lost Civilizations en mars prochain.
VOID est à mon sens une réussite totale, une œuvre aboutie, mature et homogène, dotée d’une atmosphère ensorcelante dans laquelle on plonge tête la première en ayant pleinement conscience du danger. La magie noire opère si tant est que l’on s’y abandonne. Ne tentez pas de résister à l’appel de la sirène à la queue fourchue, vous passeriez à côté d’un coupable et périlleux, mais néanmoins immense plaisir.

Je ne me permettrais qu’une seule petite critique : son artwork. Une imbrication de formes géométriques colorées que je trouve en décalage avec le contenu musical… à moins qu’une obscure signification mystique ne m’ait échappée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
17/01/2019 17:19
note: 4/10
D'une platitude et d'une vacuité ahurissantes, en ce qui me concerne, cousu de fil blanc, une sérénade de clichés scolairement martelés. Les goûts, les couleurs (hin, hin...).
Troll Traya citer
Troll Traya
17/01/2019 14:09
Oui, c'est clair qu'après avoir lut la chro', j'ai très envie d'en savoir plus. Merci pour la découverte !
dantefever citer
dantefever
17/01/2019 13:19
Ouh mais ça fait envie ça ! Merci pour cette chronique, ça sent la bonne découverte pour moi
Jean-Clint citer
Jean-Clint
17/01/2019 13:12
AxGxB a écrit : Et bah voilà. C'est très bien tout ça. Félicitations Clin d'oeil

Absolument, une excellente chronique aux mots biens choisis et qui donne franchement envie d'écouter ce groupe que je ne connaissais pas. Du beau boulot ! Sourire
AxGxB citer
AxGxB
17/01/2019 13:09
Et bah voilà. C'est très bien tout ça. Félicitations Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wolvennest
Black Ambient/ Occult Rock
2018 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Wolvennest
Wolvennest
Psychédélique/Ambient - 2015 - Belgique
  

tracklist
01.   Silure  (11:46)
02.   Ritual Lovers  (08:35)
03.   Void  (12:13)
04.   L'Heure Noire  (08:10)
05.   The Gates  (10:04)
06.   La Mort  (17:18)

Durée : 68:06

line up
Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique