chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

AC/DC - Flick Of The Switch

Chronique

AC/DC Flick Of The Switch
Il y a (presque) toujours dans la carrière des grands groupes un ou quelques disques mal-aimés, qui se coltinent (à tort ou à raison, tout est évidemment très subjectif) une étiquette de vilain petit canard de la discographie, je ne vous en ferai pas ici une liste cela n’aurait pas grand intérêt mais « Flick Of The Switch » fait partie de ceux-là. Et il y a également toujours eu des fans inconditionnels prêts à affronter vents et marée de mauvaise presse afin de défendre coûte que coûte ces albums, concernant celui qui nous intéresse aujourd’hui je fais partie de ceux-là.

Sorti en 1983 après une triplette de légende (« Highway To Hell », « Back In Black » et « For Those About To Rock », excusez du peu), « Flick Of The Switch » reçoit un accueil plus que mitigé. Difficile il est vrai de succéder à trois albums sacrément solides et devenus cultes depuis, surtout avec une pochette aussi… bizarre. Certes c’est vrai mais ce n’est peut-être pas la seule explication. En effet si ce neuvième album des Australiens ne révolutionnera en profondeur pas leur style si caractéristique (on y retrouve bien évidemment la patte riffique inimitable des frères Young), « Flick Of The Switch » opère pourtant un léger virage vers quelque chose de plus brut, ce qui me fait souvent le qualifier, lors de discussions animées, d’album le plus ‘’brutal’’ du groupe (les guillemets ne sont évidemment pas là pour rien). Notons également au passage que c’est en plein milieu de l’enregistrement de celui-ci que Phil Rudd (qui avait fort heureusement terminé ses parties de batterie) se trouva purement et simplement viré du groupe en raison de ses problèmes d’addiction à diverses substances ayant entrainé moult prises de tête, retards récurrents etc … Bref, le grand classique pour n’importe quel groupe de rock qui se respecte. Il sera remplacé par Simon Wright et ne reviendra dans le groupe que onze ans plus tard.

Venons-en donc au coeur du sujet. Les frères Young eux-mêmes affirmèrent plus tard que le but de l’album était de revenir à quelque chose de plus basique et brut, que ce soit dans l’écriture comme dans le son, souhaitant par exemple moins d’écho, de reverb sur les guitares. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’objectif a été atteint tant le son d’AC/DC se fait ici plus raw qu’il n’a jamais été. Un son sec et massif, sans fioritures, avec un rendu très ‘’live’’ au sens propre du terme, cette impression d’être enfermé avec le groupe dans leur salle de répète. Le chant de Brian Johnson, qui signe ici sa troisième sortie avec le groupe, donnera lui aussi une impression plus vindicative qu’à l’accoutumée et sur des thèmes peut-être moins gnangnan (« Guns For Hire », « Bedlam in Belgium »). Pour s’en convaincre, rien de tel qu’une « Rising Power » bien punchy, l’une des chansons les plus puissantes du quintette à mon humble avis (malgré son tempo assez lent). A vrai dire, j’ai même du mal à comprendre les détracteurs d’un album qui ne s’essouffle que très rarement et propose une triplette aussi convaincante d’entrée de jeu car après la mandale « Rising Power » le ton ne redescend pas, notamment grâce aux tueries ultra entrainantes « This House Is On Fire » et au titre éponyme, sacrément solide. Honnêtement, n’importe lequel de ces trois titres mériterait encore aujourd’hui une bonne place dans la setlist live du groupe à mon humble avis. Et si le tempo ralenti un peu avec « Nervous Shakedown » (et plus tard « Deep In The Hole » et la très cool « Badlands »), ce n’est que pour repartir de plus belle avec les plus pêchues « Landslide », « Bedlam In Belgium » et surtout l’excellente « Guns For Hire » qui avait tout pour devenir un incontournable et, elle aussi, ne dénoterait pas en concert aujourd’hui, « Brain Shake » clôturant l’opus sur une note bien véloce et mordante.

Malgré l’accueil frisquet réservé à ce « Flick Of The Switch », cela n'empêchera pas l’album d’atteindre des places plus qu’honorables dans les charts mondiaux (quatrième en Angleterre, quinzième aux USA où il est désormais certifié platinum – plus d’un million d’albums vendus tout de même). Non vraiment, plus de trente-cinq ans après sa sortie, ce neuvième effort d’AC/DC reste un album que je ressors très régulièrement et qui, personnellement, me fait toujours autant d’effet (et n’allez pas croire qu’il s’agisse là d’un simple effet ‘’découverte/premier album écouté’’, ce n’est pas le cas). Probablement la sortie la plus brut de décoffrage de toute la discographie de la bande aux frères Young et un album qui mériterait peut-être d’être redécouvert par certains, en mettant de côté ses a priori, tant il fait montre pour moi d’une solidité dans le temps à toute épreuve. Mais que voulez-vous, les égouts et les couleuvres…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
14/01/2019 11:07
Dypso a écrit : Ceci dit, ça restera toujours meilleurs que les premiers de bon scott que je trouve nanardesques.
Blasphème!!! Au bucher!!!
Let There Be Rock über alles!
Dypso citer
Dypso
13/01/2019 23:56
Très Intéressant ! Fly on the wall a souvent eu autant de mauvaise critique que celui-ci, et lorsque je l'ai écouté pour m'en faire mon propre avis, je l'ai adoré et surkiffé (un des meilleurs putain !). Pour autant, son grand frère qu'est celui-ci, la sauce prend pas tant que ça. Ceci dit, ça restera toujours meilleurs que les premiers de bon scott que je trouve nanardesques.
Niktareum citer
Niktareum
13/01/2019 20:06
note: 8.5/10
Pour moi les trois 1ers titres sont des hymnes (potentiels) et en tout cas auraient dû l'être !

Et je dois dire que j'aime bien son successeur aussi qui contient des titres que je trouve très cools ("Shake your fondations", "Fly on the wall", "Sink the pink"...).
Jean-Clint citer
Jean-Clint
13/01/2019 18:06
note: 6/10
Le souci de cet album (ainsi que de son calamiteux successeur) c'est que outre une production franchement énervante il manque des titres forts et des hymnes auquel jusque là le groupe nous habituait à chacune de ses sorties. Le début du passage à vide du quintet qui commencera à relever la tête avec "Blow Up Your Video" et surtout "The Razors Edge". Dommage car il y'a quelques bons moments mais rien de mémorable ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AC/DC
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (3)  5.67/10

plus d'infos sur
AC/DC
AC/DC
Hard Rock - 1973 - Australie
  

vidéos
 Flick of the Switch
Flick of the Switch
AC/DC

Extrait de "Flick Of The Switch"
  
 Guns for Hire
Guns for Hire
AC/DC

Extrait de "Flick Of The Switch"
  

tracklist
01.   Rising Power  (3:43)
02.   This House Is on Fire  (3:23)
03.   Flick of the Switch  (3:13)
04.   Nervous Shakedown  (4:27)
05.   Landslide  (3:57)
06.   Guns for Hire  (3:24)
07.   Deep in the Hole  (3:19)
08.   Bedlam in Belgium  (3:52)
09.   Badlands  (3:38)
10.   Brain Shake  (4:00)

Durée : 37'02

line up
voir aussi
AC/DC
AC/DC
Powerage

1978 - Atlantic Records
  
AC/DC
AC/DC
Rock Or Bust

2014 - Columbia Records
  
AC/DC
AC/DC
Let There Be Rock

1977 - Atlantic Records
  
AC/DC
AC/DC
Back In Black

1980 - Atco
  

Essayez aussi
Motörhead
Motörhead
Bastards

1993 - ZYX Music
  
Motörhead
Motörhead
Inferno

2004 - SPV
  
The Devil's Blood
The Devil's Blood
Come Reap (EP)

2008 - Ván Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Noctiluca

2019 - Sargent House
  
Europe
Europe
War Of Kings

2015 - UDR Music
  

Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Misþyrming
Algleymi
Lire la chronique
Nucleus
Entity
Lire la chronique
Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique