chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hexenbrett - Erste Beschwörung

Chronique

Hexenbrett Erste Beschwörung (EP)
Dans le genre « je sors de nulle part », Hexebrett est ce que l’on peut appeler un bon joueur. Le projet germain débarque complétement à l’improviste et propose sur Bandcamp et YouTube un EP appelé Erste Beschwörung, accompagné d’un joli artwork passéiste comme on les aime. Avant même de poser une oreille dessus, rien qu’au nom du groupe et à l’aide de son esthétique, votre serviteur avait parié qu’il s’agissait là d’une formation bien rétrograde comme on les aime, faisant dans le black première vague encore bien habité par le heavy et le thrash primitif.

Allez, faites tomber la monnaie. Dantefever gagne la mise et relance de quinze. Hexenbrett fait exactement ce que j’avais imaginé. Sur le gros quart d’heure que dure l’EP, le groupe (même si je mets ma main à couper que c’est en fait un seul type) m’a fait penser à des références comme Venom, Master’s Hammer, Bathory et autres Celtic Frost. Si vous voulez identifier Hexenbrett a quelque chose de plus récent tapant dans les mêmes références, il faut tout de suite citer Malokarpatan. Même formule, et résultat assez proche.

Sur les quatre pistes proposées ici, Hexenbrett enchaîne les riffs heavy noircis et salis typiques de Hellhammer et Venom, aiguise ses lames avec des trémolos à la early Bathory et assaisonne le tout avec des nappes de clavier qui associent magnifiquement horreur kitsch et occultisme naïf. On peut difficilement me faire plus plaisir ! L’exécution se fait à l’aide d’une batterie toute en simplicité, d’une basse ronde et pas démonstrative pour un sous, d’une guitare tout ce qu’il y a de plus organique et naturelle et d’une voix vociférée qui se pose parfois pour quelques spoken words ou des passages plus dramatico-théâtraux. J’aime j’aime j’aime ! Mention spéciale à « Farben der Nacht » avec son riff arpégé et ses accélérations bien sympas qui joue sur une ambiance trouble fort goûteuse.

Le premier truc qui fait plaisir et qui m’a accroché, en-dehors du style de musique pratiqué, c’est le son de cet EP. Ça transpire le DIY, je suis prêt à parier mes récents gains que le gars a tout enregistré tout seul dans sa cave avec un matos acheté laborieusement. Un micro bazardé devant l’ampli et en avant toutes ! Résultat, le son de guitare est délicieux, ronflant et chaud, même si un peu plus d’ampleur n’aurait pas été un luxe. On sent un peu l’effet « petit ampli poussé au max ». Mais bon Dieu, ça sonne authentique en Diable, et c’est ça qu’on veut, par Saint Pierre et Saint Georges !

Alors bien sûr, tout n’est pas parfait. Je ne peux pas passer sur les horribles « LAAA LAAA LAAAA » de la seconde piste qui tombent vraiment dans le grotesque et le désagréable, ni sur un petit manque de chair par moment. Une seconde guitare pour jouer les rythmiques et enrichir un peu le tout aurait sans doute apporté un plus agréable, en particulier sur les passages doomisant qui rappellent d’ailleurs beaucoup ce que faisait un Hellhammer sur une piste comme « Buried and Forgotten ». Enfin, on pourrait demander un tout petit plus de cohérence globale. Pas que les pistes ne dépareillent entre elles, mais je ne sais pas, j’ai parfois l’impression que tous les ingrédients sont là, bien choisis et sélectionnés, mais que leur accommodation entre eux aurait gagné à être plus fluide, plus aboutie.

En gros, le seul truc que je reproche à Hexenbrett, c’est son immaturité. Mais bon, on ne peut pas demander à un groupe d’être mature et aboutit sur son premier EP. Et puis n’allons pas mentir, c’est aussi cette immaturité qui lui donne un charme fou. Et surtout, ça n’est vraiment pas ça qui empêche de prendre son pieds ! Les riffs sont bien trouvés, les ambiances immersives et franchement sympathiques, les quelques soli font bien plaisir et sont loin d’être dégueu, ça transpire l’authenticité … Cet EP, c’est tout ce que j’aime ! J’en veux plus, du metal archaïque comme ça

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hexenbrett
Black/Heavy Metal
2019 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hexenbrett
Hexenbrett
Black/Heavy Metal - Allemagne
  

tracklist
01.   Hexen (bis aufs Blut gequält)  (05:19)
02.   Toter Schrei  (04:09)
03.   Farben der Nacht  (04:55)
04.   Sie fliegen!  (03:44)

Durée : 18:07

Essayez aussi
Rotting Christ
Rotting Christ
Kata Ton Daimona Eaytoy

2013 - Season Of Mist
  
Immortal
Immortal
Sons Of Northern Darkness

2002 - Nuclear Blast Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Godspeed On The Devil's Thunder

2008 - Roadrunner Records
  
Melechesh
Melechesh
Emissaries

2006 - Osmose Productions
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Midian

2000 - Music For Nations
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique