chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yerûšelem - The Sublime

Chronique

Yerûšelem The Sublime
Il se sera fait désirer, ce disque… au point, de mon côté, de l’avoir oublié. C’est que ce projet, prévu depuis des années, modelé puis remodelé, avait été jusque-là une arlésienne de plus de la part de Vindsval, aussi créatif qu’imprévisible dans ses réalisations. Ainsi, l’annonce d’une excroissance des expérimentations de la trilogie 777 avait été au départ accueillie avec joie puis mise aux oubliettes dans mon esprit, dans la cave des projets avortés du Français.

Mais, décidément, ma maxime personnelle « Ne rien attendre de Vindsval » s’applique une nouvelle fois, Yerûšelem existant finalement. Surpris, je n’avais donc aucune expectation envers ce qui, s’il était sorti peu de temps après Cosmosophy, aurait subi mes fantasmes d’amateur de musique lumineuse et industrielle. Finalement un bon timing, tant The Sublime ne colle pas exactement à une image qu’on peut se faire d’une séquelle de la trilogie : dépourvu de voix agressives, extrêmement mélodique et répétitif, centrant sa force sur des boucles de riffs plutôt que des embranchements multiples, il donne dès le départ la sensation d’entendre le duo (le maître à penser s’alliant à son compagnon de longue date W.D. Feld) crier son amour pour Godflesh autrefois murmuré. Impossible en effet de ne pas penser aux compositions de Justin Broadrick et B.C. Green à l’écoute de ces titres mécaniques, cette production massive et organique, ce groove qui condense et danse, donnant envie de bouger de façon désarticulée, au point de vouloir vérifier si un morceau comme « Reverso » ne se trouve pas déjà dans la discographie des Anglais.

Sauf que The Sublime, plus qu’un décalque, montre les cerveaux de Blut Aus Nord faisant preuve de biomimétisme, s’inspirant d’une nature pour mieux alimenter la leur. Un enfant de Godflesh se révélant parasite, mêlant son ADN aux gènes d’un autre. Mixant rythmes technoïdes, lignes de guitares vitreuses, voix aussi humaines qu’extra-terrestres, il emporte l’industriel dans d’autres sphères, les siennes, un univers lunaire mutilé d’une lumière coupante, éloignée des images positives qu’on peut lui attacher d’habitude. La clarté selon Yerûšelem n’est pas hospitalière, tient plutôt d’une révélation s’inscrivant en domination, sa beauté étant si irréelle qu’elle nous rend hallucinés contre notre gré. Cumulant les compositions aussi « aliens » qu’aliénantes, il va jusqu’à augmenter sa force au fur et à mesure, les premiers titres peignant un paysage aride et gris avant de nous assujettir sans prévenir par une succession de morceaux plus prédateurs les uns que les autres. Le décor posé par le trio de départ, le temps d’une suspension avant l’assaut avec « Sound over Matter », la chasse est lancée à partir de « Joyless », pour ne plus s’arrêter.

Une expérience personnelle donc, qui fait voir une nouvelle fois que les Français ont atteint un certain pic dans leurs œuvres, où la qualité, la profondeur, sont toujours de mise derrière des intentions faisant craindre l’exercice de style pour lui-même. Sous ses airs d’allégeance, Yerûšelem cache un couteau et des plaisirs sadiques bien à lui, prenant son temps pour mettre à jour ses réelles intentions. Ce qui, malgré la maestria développée le long de ces trente-six minutes, rend l’écoute un peu frustrante. Car si ce disque est bien indispensable pour n’importe quel amateur d’industriel et de Blut Aus Nord, sa courte durée lui donne un aspect plus introductif que complet. En d’autres termes, The Sublime appâte, accroche et donne faim d’entendre plus, ce qui peut se voir autant comme une réussite (indéniable) qu’un défaut (mineur).

« Ne rien attendre de Vindsval »… Argh, il faut croire que je vais me donner tort, une fois de plus !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
24/01/2019 14:20
Vous me faites un peu peur. Les extraits m'ont fait leur petit effet, mais il va donc falloir que j'écoute l'ensemble pour me faire un véritable avis.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/01/2019 18:28
note: 7.5/10
La frustration l'emporte, chez moi aussi, mais peut-être pas pour les mêmes raisons.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yerûšelem
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Yerûšelem
Yerûšelem
Industrial - 2018 - France
  

tracklist
01.   The Sublime
02.   Autoimmunity
03.   Eternal
04.   Sound over Matter
05.   Joyless
06.   Triiiunity
07.   Babel
08.   Reverso
09.   Textures of Silence

Durée : 36 minutes 29 secondes

line up
parution
8 Février 2019

Essayez aussi
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  
The Body
The Body
Master, We Perish (EP)

2013 - At A Loss Recordings
  
The Body
The Body
O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the ...

2018 - Autoproduction
  

Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique