chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yerûšelem - The Sublime

Chronique

Yerûšelem The Sublime
Il se sera fait désirer, ce disque… au point, de mon côté, de l’avoir oublié. C’est que ce projet, prévu depuis des années, modelé puis remodelé, avait été jusque-là une arlésienne de plus de la part de Vindsval, aussi créatif qu’imprévisible dans ses réalisations. Ainsi, l’annonce d’une excroissance des expérimentations de la trilogie 777 avait été au départ accueillie avec joie puis mise aux oubliettes dans mon esprit, dans la cave des projets avortés du Français.

Mais, décidément, ma maxime personnelle « Ne rien attendre de Vindsval » s’applique une nouvelle fois, Yerûšelem existant finalement. Surpris, je n’avais donc aucune expectation envers ce qui, s’il était sorti peu de temps après Cosmosophy, aurait subi mes fantasmes d’amateur de musique lumineuse et industrielle. Finalement un bon timing, tant The Sublime ne colle pas exactement à une image qu’on peut se faire d’une séquelle de la trilogie : dépourvu de voix agressives, extrêmement mélodique et répétitif, centrant sa force sur des boucles de riffs plutôt que des embranchements multiples, il donne dès le départ la sensation d’entendre le duo (le maître à penser s’alliant à son compagnon de longue date W.D. Feld) crier son amour pour Godflesh autrefois murmuré. Impossible en effet de ne pas penser aux compositions de Justin Broadrick et B.C. Green à l’écoute de ces titres mécaniques, cette production massive et organique, ce groove qui condense et danse, donnant envie de bouger de façon désarticulée, au point de vouloir vérifier si un morceau comme « Reverso » ne se trouve pas déjà dans la discographie des Anglais.

Sauf que The Sublime, plus qu’un décalque, montre les cerveaux de Blut Aus Nord faisant preuve de biomimétisme, s’inspirant d’une nature pour mieux alimenter la leur. Un enfant de Godflesh se révélant parasite, mêlant son ADN aux gènes d’un autre. Mixant rythmes technoïdes, lignes de guitares vitreuses, voix aussi humaines qu’extra-terrestres, il emporte l’industriel dans d’autres sphères, les siennes, un univers lunaire mutilé d’une lumière coupante, éloignée des images positives qu’on peut lui attacher d’habitude. La clarté selon Yerûšelem n’est pas hospitalière, tient plutôt d’une révélation s’inscrivant en domination, sa beauté étant si irréelle qu’elle nous rend hallucinés contre notre gré. Cumulant les compositions aussi « aliens » qu’aliénantes, il va jusqu’à augmenter sa force au fur et à mesure, les premiers titres peignant un paysage aride et gris avant de nous assujettir sans prévenir par une succession de morceaux plus prédateurs les uns que les autres. Le décor posé par le trio de départ, le temps d’une suspension avant l’assaut avec « Sound over Matter », la chasse est lancée à partir de « Joyless », pour ne plus s’arrêter.

Une expérience personnelle donc, qui fait voir une nouvelle fois que les Français ont atteint un certain pic dans leurs œuvres, où la qualité, la profondeur, sont toujours de mise derrière des intentions faisant craindre l’exercice de style pour lui-même. Sous ses airs d’allégeance, Yerûšelem cache un couteau et des plaisirs sadiques bien à lui, prenant son temps pour mettre à jour ses réelles intentions. Ce qui, malgré la maestria développée le long de ces trente-six minutes, rend l’écoute un peu frustrante. Car si ce disque est bien indispensable pour n’importe quel amateur d’industriel et de Blut Aus Nord, sa courte durée lui donne un aspect plus introductif que complet. En d’autres termes, The Sublime appâte, accroche et donne faim d’entendre plus, ce qui peut se voir autant comme une réussite (indéniable) qu’un défaut (mineur).

« Ne rien attendre de Vindsval »… Argh, il faut croire que je vais me donner tort, une fois de plus !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Emperor68 citer
Emperor68
30/04/2020 16:11
note: 10/10
Meilleur album 2019 avec le dernier BAN
Troll Traya citer
Troll Traya
01/02/2020 11:36
note: 7/10
Je l'ai plutôt bon pour ma part, mais j'avoue que le coup de la basse sous-mixée, ça passe plutôt mal chez moi...
gulo gulo citer
gulo gulo
28/11/2019 18:42
note: 8.5/10
Je me rappelle très bien, maintenant, comment lorsque j'avais entendu pour la première fois "Infra Voices Ensemble" sur Codex Obscura Nomina, je m'étais dit "putain, mais qu'il fasse plus de morceaux dancefloor comme ça !".

Et les voilà, bordel.
La suite, vite (même s'il a été sous-entendu qu'elle ne ressemblerait pas à The Sublime).
Hallu citer
Hallu
19/11/2019 11:46
note: 4/10
Un album complètement passé aux oubliettes on dirait. Les rythmiques industrielles sont assez soporifiques, et ces arpèges en retrait ne sont pas très intéressants. C'est de l'indus très mou, très accessible, très doux, on entend à peine la basse. Un peu comme s'ils avaient pris Godflesh et avaient voulu le rendre accessible : donc on va étouffer la basse, mettre des chants clairs partout, de jolies notes de guitare suspendues et noyées dans la réverb... Donc pour moi le problème numéro 1 c'est le mix, qui est absolument désastreux. Tout est étouffé sauf la boîte à rythmes.
BBB citer
BBB
24/01/2019 14:20
Vous me faites un peu peur. Les extraits m'ont fait leur petit effet, mais il va donc falloir que j'écoute l'ensemble pour me faire un véritable avis.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/01/2019 18:28
note: 8.5/10
La frustration l'emporte, chez moi aussi, mais peut-être pas pour les mêmes raisons.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yerûšelem
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  7.5/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Yerûšelem
Yerûšelem
Industrial - 2018 - France
  

tracklist
01.   The Sublime
02.   Autoimmunity
03.   Eternal
04.   Sound over Matter
05.   Joyless
06.   Triiiunity
07.   Babel
08.   Reverso
09.   Textures of Silence

Durée : 36 minutes 29 secondes

line up
parution
8 Février 2019

Essayez aussi
Fange
Fange
Poigne (EP)

2020 - Throatruiner Records
  
The Body
The Body
O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the ...

2018 - Autoproduction
  
Godflesh
Godflesh
Streetcleaner

1989 - Earache Records
  
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  
The Body
The Body
Master, We Perish (EP)

2013 - At A Loss Recordings
  

Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique