chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wovenhand - Woven Hand

Chronique

Wovenhand Woven Hand
Wovenhand … Dans la liste des groupes qui me tiennent particulièrement à cœur, l’entité de David Eugene Edwards est en bonne position. Ce groupe si particulier, qui a prit la relève de 16 Horsepower, est résolument unique dans le paysage musical mondial. A la croisée des chemins entre country, folk, blues et rock, Wovenhand incarne ce chaman transi, qui dévoile au fil du temps ses visions éthérées, habitées par les paysages sauvages de l’Amérique du Nord et les diverses spiritualités qui le traversent.

David Eugene Edward n’est pas n’importe qui. Fils d’un biker alcoolique et rebelle et d’une mère dépressive déchirée entre plusieurs Eglises chrétiennes, petit-fils d’un natif américain traditionaliste d’un côté et d’un pasteur de l’autre, le bonhomme s’est construit dans ce creuset si particulier une personnalité distinctive, toujours discrète en interview mais bien présente dans sa musique. Wovenhand, c’est tout cela à la fois. Une musique profondément mystique, qui respire à pleins poumons les racines musicales et culturelles de son pays natal tout en incorporant une indicible fièvre biblique.

En termes d’éléments, la musique de Wovenhand n’est pas bien difficile à décrire. Une guitare folk omniprésente qui s’électrise parfois, une batterie délicate bien réverbérée, des touches de claviers et de piano assez récurrentes, et ce rare instrument à mi-chemin entre la mandoline et le banjo construit en très faible quantité il y a plus d’un siècle, expérimentation d’un luthier aventureux. Et bien sûr, la voix enfiévrée et rêche de David, qui aime se faire chaude et affectée, mais qui garde toujours ce fond de froideur, cette fêlure qui menace à tout instant de s’élargir pour devenir une véritable menace. Prenez « Glass Eye », avec ses lignes instrumentales enjouées, ses envolées de banjoline pleines de swing. On a envie de se balancer, de danser pourquoi pas, et la voix de David semble y inviter à quelques reprises. Mais on ne saurait dire pourquoi, et même malgré ce passage à la guitare électrique ronflante et au piano, on ne peut s’empêcher de renifler une odeur de souffre quelque part.

Wovenhand s’est inscrit dans ce courant esthétique qui se décline sur plusieurs formes d’art que l’on a baptisé « Southern Gothic ». On aurait en effet du mal à mieux décrire la chose. Le désert, les étendues sauvages immenses, le soleil sur les rochers brûlants et la flore aride des Etats-Unis, le tout placé sous le signe d’un indescriptible cafard, d’un désespoir jamais entièrement révélé mais toujours sous-jacent. Pourtant, David n’est pas du genre à se laisser abattre. A aucun moment le disque n’est dépressif ou affligé, mais il balance toujours du côté de la mélancolie et d’une vague inquiétude.

Wovenhand, ce serait presque la version acoustique du stoner rock. Pas le stoner à la Kyuss, mais plutôt celui à la Sleep. Celui qui est définitivement illuminé, mystique et spirituel plus que celui qui fait l’éloge des cuites à la tequila sous le soleil en plein désert. Vous avez vu « El Topo » ? Eh bien voilà, Wovenhand, c’est un peu ça. Cette ambiance de Western noirci au charbon, qui sent un peu la sorcellerie et le chamanisme. La quête vers quelque chose de plus grand et de plus vaste dont on a oublié la substance, tant on s’est brûle la cervelle et épuisé les membres sous un ciel trop chaud.

Ce qui touche le plus votre serviteur, dans la musique, c’est la spiritualité. La tension vers un ailleurs, une réalité supérieure, la volonté d’atteindre ce qu’il y a au-delà, ne serait-ce qu’à une échelle infime. Il faut voir ce qu’il y a derrière le monde. Et c’est en grande partie pour cela que ma chapelle musicale définitive est et restera le black metal. Pourtant, moi qui ne supporte pas le soleil, la chaleur, le ciel uniformément bleu et les USA, je trouve dans ce disque un tressaillement d’une profondeur et d’une authenticité que j’ai bien du mal à trouver ailleurs alors même qu’il s’inscrit dans un folklore qui a tendance à me rebuter.

S’il fallait retenir quelques pièces maîtresses dans le disque, je citerai « Blue Pail Fever », « Wooden Brother », « Ain’t no Sunshine Anymore » et « Arrow Head », toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Les restantes ne déméritent aucunement, mais ces quatre-là forment le quatuor le plus brillant de ce superbe album. Toutes jouent sur des ambiances différentes, mais gardent constamment cette atmosphère délétère et habitée qui définit le groupe et plus largement tout ce que fait David Eugene Edward.

Wovenhand est un groupe d’exception. Discret, presque réservé, mais pourtant si riche et puissamment évocateur. De la musique comme ça, vous n’en avez jamais écouté. Vous reconnaîtrez tous les éléments, mais resterez sans doute déconcertés devant le résultat final. Et laissez-moi vous dire que vous n’êtes pas du tout à l’abri d’une surprise, même si tout ce dont je parle ici vous tire une moue peu convaincue. Vous qui recherchez de la spiritualité musicale, vous avez une nouvelle terre consacrée à explorer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
24/01/2019 14:32
J'avais découvert 16 Horsepower ‎avec 'Low Estate' et le groupe m'avait vraiment marqué. J'ai aussi eu la chance de les voir en concert par la suite.
Tout ceci pour dire qu'en ce qui concerne Wovenhand je suis passé complètement à coté pendant pas mal de temps vu que j'ai seulement capté que c'était le groupe de David Eugene Edward à l'époque de... 'The Laughing Stalk', soit dix ans après tout le monde (qu'est-ce qu'on peut être con des fois)!
Bon, heureusement je me suis rattrapé depuis.
En tout cas, ça fait super plaisir de voir le groupe cité par ici.
TarGhost citer
TarGhost
23/01/2019 16:41
Très belle chronique. Je vais de ce pas découvrir tout cela sur Bandcamp. Merci pour le tuyau !
choochoo citer
choochoo
23/01/2019 16:40
Merci pour cette chronique très bien écrite qui fait honneur au spirituel du message de Mr Eugene. A l'instar, j'y trouve aussi mon compte en amateur de Black Metal.

Bien vu

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wovenhand
Folk/blues/country/rock mystique
2002 - Glitterhouse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9.5/10

plus d'infos sur
Wovenhand
Wovenhand
Folk/blues/country/rock mystique - 2001 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Good Hand  (04:10)
02.   My Russia  (03:43)
03.   Blue Pail Fever  (04:58)
04.   Glass Eye  (03:00)
05.   Wooden Brother  (05:06)
06.   Ain't No Sunshine  (02:54)
07.   Story And Pictures  (04:54)
08.   Arrowhead  (03:26)
09.   Your Russia  (04:15)
10.   Last Fist  (04:12)

Durée : 42 minutes

parution
25 Mars 2002

Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique