chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dead Witches - The Final Exorcism

Chronique

Dead Witches The Final Exorcism
La guitare sonne délicieusement doom et enfumée, loin de toute scolarité ; la voix donne l’impression d’écouter une punk coincée dans un rite satanique alors qu’elle pensait aller à un concert de Siouxsie ; la batterie groove et dicte une marche militaire aux damnés ; la basse n’existe pas car tout fait office de basse… Bon sang, mais est-ce bien le même groupe ayant sorti le mauvais Ouija deux années plus tôt ?

Et bien non. Impossible de considérer ce Dead Witches-ci comme le même de 2017. En premier lieu car deux des éléments qui m’ennuyaient jusque-là ont été remplacés : au revoir à Virginia Monti et Greg Elk, une s’étant séparée de Mark Greening et l’autre de la vie ; bonjour à Oliver Hill et Soozi Chameleone en remplaçants de choix ! Etant donné que je reprochais alors à Ouija des riffs communs et une voix rapidement irritante, voir ces deux postes purement et simplement remis à neuf m’a enchanté, au point de considérer The Final Exorcism comme le véritable premier album de Dead Witches.

Certes, une écoute rapide pourra donner l’impression que tout est comme avant, la formation s’inscrivant toujours dans un doom hautement psychédélique et occulte. Mais qu’on ne s’y trompe pas : Dead Witches, dans ce genre on-ne-peut-plus codifié et marqué par les grandes ombres de quelques groupes « cultes » (on ne va pas refaire la liste, hein ?) parvient à trouver sa petite niche à lui sur The Final Exorcism en grande partie grâce à un jeu cru au possible, marqué par le doom et ses coups de marteau à chaque instant. Même lors de l’incartade vintage « When Do the Dead See the Sun », la bande s’inscrit dans une atmosphère de mort peinte par des aplats de notes, un air sarcastique autant que possédé sur le visage.

Musique aussi traditionaliste et mesquine aurait pu sortir sur Bad Omen Records (mais les histoires que l’on sait entre Greening et Electic Wizard ont sans doute rendu ça inenvisageable), tant elle mime avec une conviction constante ses blasphèmes empreints d’une mélancolie toute anglaise. Sûr, on pensera formellement ici à un Electric Wizard féminin et prêt à se faire une crête. Cependant, on pourra tout autant imaginer une version forestière et matinale de Ramesses, où sa copine et lui traînent leur mauvaise humeur dans les brumes. Terne, mais aussi par moment éclatant (« Goddess of the Night », tuerie du début à la fin avec fuzz musclé et passages ensorcelés), The Final Exorcism est clairement un album que plus grand monde attendait et qui, en bon mégalomane, vise l’objectif de s’approprier la fête.

Ce qu’il fait avec beaucoup de succès, même si cette nouvelle mouture n’est pas dénuée de défauts. Difficile par exemple pour la classique « Lay, Demon » de s’imposer après un trio comme « Goddess of the Night » / « When Do the Dead See the Sun » / « The Church by the Sea », alors qu’une durée globale frôlant l’excès de modestie oblige à une tarte complète pour convaincre totalement. Toujours est-il que Mark tient ici sa petite revanche chérie, de même que le disque signe une nouvelle envie d'écrire une lettre d’amour pour ce genre de plus en plus féminin qu’est le doom. Irrésistible Soozi…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
08/03/2019 19:16
note: 8/10
Très très bonne surprise, en effet, rarement le faisandé et la neurasthénie auront-elles eu un effet aussi frais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Witches
Psychedelic Doom Metal
2019 - Heavy Psych Sounds
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (5)  6.13/10

plus d'infos sur
Dead Witches
Dead Witches
Psychedelic Doom Metal - International
  

tracklist
01.   There’s Someone There
02.   The Final Exorcism
03.   Goddess of the Night
04.   When Do the Dead See the Sun
05.   The Church by the Sea
06.   Lay, Demon
07.   Fear the Priest

Durée : 40 minutes 45 secondes

line up
parution
22 Février 2019

voir aussi
Dead Witches
Dead Witches
Ouija

2017 - Heavy Psych Sounds
  

Essayez aussi
Riti Occulti
Riti Occulti
Tetragrammaton

2016 - Nordavind Records / Triton's Orbit
  
Witchthroat Serpent
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom

2018 - Svart Records
  
Cardinal Wyrm
Cardinal Wyrm
Cast Away Souls

2016 - Svart Records
  
Pombagira
Pombagira
Flesh Throne Press

2015 - Svart Records
  
Jex Thoth
Jex Thoth
Blood Moon Rise

2013 - I Hate Records
  

METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique
Fifth Angel
Third Secret
Lire la chronique
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique