chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
99 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Internal Bleeding - Corrupting Influence

Chronique

Internal Bleeding Corrupting Influence
Après un retour fracassant sur l'énorme Imperium en 2014, on se demandait si les vétérans de Internal Bleeding allaient pouvoir continuer à ce niveau. Il est vrai que la régularité n'a jamais été le fort du combo new-yorkais. Cette fois, c'est un coup du sort qui a mis à mal le groupe : le décès en 2017 du batteur originel, Bill Tolley, laissant Chris Pervelis seul membre originel de la formation créée en 1991 puisque l'autre guitariste d'époque, Brian Hobbie, avait déjà quitté le navire en 2015. Le line-up a en fait été totalement renouvelé par rapport à l'opus précédent. Autour de Pervelis sont ainsi venus se greffer un nouveau guitariste du nom de Chris McCarthy (Without Remorse), un nouveau bassiste, Shaun Kennedy (Pyrexia, Revenance, Without Remorse), un nouveau chanteur, Joe Marchese (Mother Brain, Revenance) et donc un nouveau batteur, Kyle Eddy (Foaming at The Mouth, ex-Mucopus). Que de changements pour ce sixième album baptisé Corrupting Influence et sorti en octobre dernier sur Unique Leader... Jusqu'à se demander si tout cela était encore pertinent !

Ce n'est en tout cas pas cette pochette hideuse qui nous a rassurés. Internal Bleeding n'a de toute façon jamais brillé par la beauté de ses artworks, celui d'Imperium, pourtant loin d'être une référence, restant sans doute le moins dégueulasse. Il n'y a qu'une façon de savoir si Internal Bleeding est encore Internal Bleeding. C'est de s'envoyer ce Corrupting Influence dans les cages à miel. Et il ne faudra pas longtemps pour trouver une réponse aux interrogations. Corrupting Influence, c'est du pur Internal Bleeding ! En fait, tant qu'il y aura Chris Pervelis, rien ne changera ! Internal Bleeding nous balancera toujours son death metal de rue aux influences hardcore, son NYDM de mauvais garçon, son deathcore old-school, son slam death sans qui un groupe comme Devourment n'aurait jamais existé. Malgré les années et les remaniements de personnel, Pervelis garde la foi. Et le talent, ce nouvel album ne montrant pas vraiment de signe de faiblesse tant il transpire la testostérone et donne envie de tout casser. On notera néanmoins quelques différences par rapport à Imperium qui me feront préférer ce dernier, tout éprouvant beaucoup de joie à écouter ce nouveau brûlot. Clairement, les Américains ont choisi de mettre l'accent sur l'aspect slam/mosh malgré le chant moins hardcore et plus guttural du nouveau venu, assez proche du légendaire Frank Rini qui fait à nouveau quelques apparitions ici. C'est presque du beatdown tellement le combo enchaîne les gros breaks de tough guys en marcel. Ça racaille sévère sur des slams bien gras, un groove de porc et une grosse production qui ne sonne pas plastique pour autant. Sans compter les backing vocals et les chœurs typés HxC. Alors oui c'est plutôt limité. Assez répétitif même. Disons-le carrément, c'est ultra con et mono-neuronal. Mais putain que c'est bon ! J'adore ! Ce groupe a le don de me foutre une sacrée pêche et de réveiller en moi mes plus bas instincts. Jouissif à mort !

Comment quelqu'un qui passe son temps à râler sur le death moderne et à sauter au plafond au moindre passage syncopé peut s'éclater en écoutant ce qui s'apparente tout bonnement à du deathcore qui slamme et saccade à tout va ?! Eh bien bonne question ! J'ai presque envie de vous faire le sketch du bon et du mauvais deathcore d'ailleurs ! Difficile à dire pourquoi Internal Bleeding et son Corrupting Influence me foutent la banane quand tant d'autres à l'appellation deathcore me font vomir. Peut-être que les Américains savent de quoi ils parlent. Ces vieux de la vieille connaissent le death metal. Ils connaissent le HxC. Long Island, New York, Est. 1991 ! La nouvelle génération à gros écarteurs et shorts de basket trop larges ne comprend aucun des deux. Cela dit, je dois admettre que j'aurais aimé que ce nouvel album se montre plus brutal, plus rapide. Les rares séquences timides de blast-beats ("Corrupting Influence" vers 0'30 à la Mike Smith, début de "Focus", quelques rafales sur "Surrounded from the Inside", "Unreality" à 1'48, semi-blasts en intro du single burné "Final Justice" puis vrais blasts à 0'30 et à 1'39 ...) ou d'accélérations thrashies à la Suffocation, encore moins fréquentes, ("Fatal Dependency" à 1'38, "Focus" à 1'17) ne trompent pas. Corrupting Influence ne brillent pas par sa vitesse de jeu. Ça n'a jamais été le crédo de Internal Bleeding mais c'est un peu trop appuyé ici. On pourrait presque dire que ça se traîne et on aurait apprécié davantage de fulgurances comme c'était le cas sur Imperium. Pareil pour les riffs purement death metal en tremolo un peu plus travaillés qui ne sont pas légions ("Surrounded from the Inside" vers 0'30, le démarrage de "Unreality" et l'accélération à 1'37 bien sombre avant les blasts, "Final Justice" à 1'30). Certains riffs s'avèrent d'ailleurs vraiment simplistes, à la limite du ridicule (le motif sautillant à deux notes de "Corrupting Influence", "Fatal Dependency" à 1'58, etc.). Quant au final sur la batterie seule qui ne fait rien de passionnant, ça tombe à plat. Dommage de finir là-dessus ! Rayons doléances, on note aussi un manque de variété, en particulier par rapport à Imperium qui apportait davantage de fraîcheur. Ça ne varie en effet pas des masses, l'opus étant très orienté rythmique slammie, même si le quintette nous ressort quelques moments plus aérés et mélodiques très sympas et tout à fait bienvenus (premières secondes du titre d'ouverture "Compelled to Consume", dernière partie de "Corrupting Influence" avec l'excellent break mélodique surprenant puis le solo pépère à la cool, le début en son clair de "Fatal Dependency", le solo de "Focus", le break tout calme et sa basse savoureuse de "Unreality" puis cette mélodie tristounette qui contraste avec le gras, "The Supreme Sacrifice" introduit par la basse en solo au son délectable puis le passage ambiancé à 1'22 et 2'14). Pas suffisant toutefois pour empêcher le qualificatif de répétitif.

J'admets donc volontiers que Corrupting Influence est loin d'être parfait. Trop slam, trop core, trop neuneu, pas assez brutal, pas assez rapide, riffing répétitif. Et cette pochette affreuse ... J'avoue aussi qu'il reste inférieur à Imperium qui se montrait à la fois brutal et varié tout en puant le Internal Bleeding par tous les pores. Mais honnêtement, j'en ai rien à carrer. Malgré ses défauts pourtant souvent rédhibitoires chez moi, ce nouvel album me fait un effet bœuf. Une sorte de plaisir coupable (et encore ...) jouissif qui me transforme à chaque écoute en tough guy qui dodeline de la tête dans sa caisse comme s'il écoutait du rap. Plus new-yorkais tu meurs ! Que c'est bon de voir que le death metal urbain fortement hardcorisé de Internal Bleeding fait toujours aussi mal. En dépit du turnover (le bassiste a déjà changé entre temps d'ailleurs !), les papas du slam ont toujours le groove. Le parrain Chris Pervelis y veille, un gros cigare entre les dents et un verre de whiskey à la main.

R.I.P. Bill Tolley 1974-2017

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
28/03/2019 01:02
Je connaissais le groupe que de nom, juste par sa réputation de "papa du Slam".

Putain ça envoie, album commandé direct.
J'ai l'impression d'être le seul à ne pas avoir aimé le dernier Dying Fetus, la j'ai enfin ma dose de Deathcore à l'ancienne avec ce skeud.
Faudrait que j'écoute le reste.

Et pour la pochette c'est un exploit de faire un truc aussi moche avec un thème aussi classique, même très récurrent notamment dans le Thrash.
AxGxB citer
AxGxB
11/03/2019 08:02
Merci du rappel, je l'ai laissé filé celui-ci mais le précédent était effectivement ultra efficace; Je ne me fais pas trop de souci pour celui-ci.
InnerDam citer
InnerDam
10/03/2019 23:14
note: 7/10
Imperium était une véritable claque, je trouve dommage qu'ils n'aient pas suivi cette ligne musicale. Là, clairement on en plein dans le tough guy, et un retour aux sources des premiers albums. Certains passages manquent parfois d'originalité mais quand ça part en mosh parts alors là...


Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/03/2019 19:10
note: 6.5/10
C'est vrai que la pochette est juste immonde. Musicalement on est loin de "Imperium", ça manque de couilles et ça tourne vite en rond à cause de riffs sans idées ... quelques bons moments mais pas de quoi sauter au plafond !
Scum citer
Scum
10/03/2019 11:42
Dans un genre différent d'Incantation, ils ont toujours eu des pochettes vraiment vilaines et je trouve que celle-là est la pire.

Sinon c'est efficace, j'avais bien aimé les nouveaux titres qu'ils avaient joué en live l'année dernière. Et comme tu dis, même si c'est pas le meilleur, ça reste costaud et efficace.
MoM citer
MoM
10/03/2019 11:32
La cover me faisait clairement penser à du Tech Death un peut thrashy, j'ai été surpris en lançant la bête XD

Pas mon style, mais loin d'être dégueu du tou ! Je trouve qu'ils évitent les écueils du Slam sans enjeu, où on enchaîne bêtement les parties lourdes pour faire lourd. Là, y a du groove, y a du relief, j'ai envie de dire "ils ont tout compris à l'affaire". Parce que leur Slam embrasse l'héritage Hardcore, là où certains Deathcore Slam se contentent de faire du brut sans réfléchir un petit peu Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Internal Bleeding
New York Death Metal
2018 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  4.5/10
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Internal Bleeding
Internal Bleeding
New York Death Metal - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Focus
Focus
Internal Bleeding

Extrait de "Corrupting Influence"
  
Final Justice
Final Justice
Internal Bleeding

Extrait de "Corrupting Influence"
  

tracklist
01.   Compelled to Consume  (04:01)
02.   Corrupting Influence  (04:27)
03.   Fatal Dependency  (03:29)
04.   Focus  (03:00)
05.   Surrounded from the Inside  (04:29)
06.   Unreality  (04:44)
07.   Litany of Insincerity  (03:42)
08.   Final Justice  (04:06)
09.   The Supreme Sacrifice  (04:26)

Durée : 36:24

line up
parution
19 Octobre 2018

voir aussi
Internal Bleeding
Internal Bleeding
Imperium

2014 - Unique Leader Records
  

Essayez aussi
Dehumanized
Dehumanized
Beyond The Mind

2016 - Comatose Music
  
Dehumanized
Dehumanized
Controlled Elite

2012 - Comatose Music
  

Sigillum Diabolicum
Ordo Repugnant: Les maux du...
Lire la chronique
Deus Mortem
Kosmocide
Lire la chronique
Massacra
Final Holocaust
Lire la chronique
Helms Alee
Noctiluca
Lire la chronique
Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique
Keys of Orthanc
Dush agh Golnauk
Lire la chronique