chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shabti - Trembling And Shorn

Chronique

Shabti Trembling And Shorn
"Trembling And Shorn" avait tout pour me séduire intégralement. Enfin, c'était vraiment bien parti... Une belle petite pochette, déjà, réalisée par le très bon Unexpected Specter*, qui a le mérite de flatter la rétine; Et surtout, la promesse d'un Black/Death Metal progressif, exécuté par des mercenaires dont l'efficacité n'est plus à prouver : Ray Capizzo (Fall Of Rauros, mais aussi batteur live de Panopticon) et Brendan Hayter (Thrawsunblat), qui s'étaient déjà croisés au sein d'Obsidian Tongue. Sur le papier, tout devait fonctionner, pas possible qu'un CV aussi garni puisse cacher un candidat défectueux. Pourtant, les choses ne sont pas si simples... Shabti garde à cœur de défendre son steak, ça se sent, ça s'entend, mais le groupe ne semble pas s'être rendu compte que ce dernier est resté un peu trop longtemps sur le grill.

Ce full-length a bénéficié des petits soins de ses géniteurs, c'est indéniable. Le trio fait démonstration tant de ses talents de composition que d'exécution, sans jamais sombrer dans la masturbation. Et Dieu sait qu'il est facile de tomber tête la première dedans dès qu'on parle de musique technique. Les influences sont là, plus ou moins digérées, et Shabti leur rend hommage de la plus belle manière qui soit. On sent la passion et l'envie de partir vers des terres presque "expérimentales", d'augmenter le niveau d'un cran, chose pour laquelle j'ai un respect infini. Mais toute la bonne volonté du monde ne permet pas forcément d'éviter les travers.

Malgré ses indéniables atouts, "Trembling And Shorn" n'hésite jamais à sortir le couteau à bout rond pour donner dans la tartine. D'autant que l'album est plutôt long, taquinant les trois-quarts d'heure, et la plupart de ses titres, qui n'avaient pourtant aucun mal à développer leurs ambiances, entre sentiers sinueux et piste de course bien balisée, peinent à trouver la bonne manière de conclure. Un titre comme "Seven Billion Souls" est symptomatique de cet état de fait, démarrant pourtant fort bien, finissant par répéter son break principal ad nauseam... Et, fatalement, à lasser. L'ensemble souffre également de sa production, notamment sur la batterie, qui occupe bien trop de place dans le mix. Moi qui pensais que l'étiquette "Prog" supposait une finesse chirurgicale dans l'édition des bandes, Shabti semble avoir plutôt opté pour le bulldozer. Non pas que Ray joue mal, loin de là... Seulement, ces sonorités de caisse claire en plastique chinois, ces grosses caisses qui empiètent sur les plates-bandes des guitares sans demander l'autorisation, finissent immanquablement par taper sur le système.

Vu le paragraphe ci-dessus, on pourrait croire qu'il ne reste pas grand chose à sauver sur ce disque. Détrompez-vous. J'ai beau être sévère, Shabti réserve malgré tout quelques menues surprises pour les auditeurs goûtant la prise de risque. On l'a dit, le trio sait jouer et composer, c'est indéniable, et ça se ressent au détour des titres de cet opus, qui, même s'ils tirent en longueur quasi-systématiquement, comportent de petites fulgurances. Les guitares sont en feu en quasi permanence, pas là pour filer la dentelle mais pour tricoter d'ardentes tapisseries, empruntant aux grands noms du style tout en gardant un petite personnalité, déjà affirmée : Citons, par exemple, l'ouverture à mi-chemin entre Ved Buens Ende et DHG de "Sancitfy", bel hommage qui sait éviter le copier/coller, en s'emballant dans d'ardents tremolos sur lit de double-pédale. Shabti ponctue ses compositions de belles envolées, tantôt soli plutôt créatifs (à 0:58 sur "The Oracle and the Architect ", ou le grand final de "My Doppelganger"), tantôt clavier d'une autre planète qui accentue les lignes de basse et apporte un peu de frais à un motif qui s'éternisait (à 1:53 sur "Shrouded and Veiled"). Qu'on se rassure, l'album reste un bon disque de Black/Death, sachant rester efficace... Mais qui peine réellement à justifier son étiquette "Prog".

"Trembling And Shorn" brasse à tout crin, mais la répétitivité de ses compositions me donne plus l'image d'un disque pantouflard que d'une réelle envie de partir dans tous les sens. Je n'irai pas jusqu'à le qualifier de mensonger, mais j'attendais clairement plus de ce full-length, surtout vu la manière dont il était vendu. En lieu et place d'une vraie prise de risques, je me suis retrouvé avec un album qui, s'il reste rageur et porté par le talent de ses musiciens, peine à se différencier des nombreuses sorties estampillées Black/Death qui fleurissent dans l'underground. Dommage !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
04/04/2019 15:48
thedarkestage a écrit : This album rules! 10/10 You must not know good music when you hear it. Absolutely a unique Black/Death metal album!

The real world: http://www.invisibleoranges.com/shabti-trembling-and-shorn-premiere/

Sinon tu étais d'accord avec ce qu'a écrit le chroniqueur ?
Sagamore citer
Sagamore
04/04/2019 07:57
thedarkestage a écrit : This album rules! 10/10 You must not know good music when you hear it. Absolutely a unique Black/Death metal album!

The real world: http://www.invisibleoranges.com/shabti-trembling-and-shorn-premiere/


Wew, lad, you're creating accounts every time you stumble upon a review you don't like just for the sake of pushing your own articles ?

But go on, post as if people gave a fuck of what you think.
thedarkestage citer
thedarkestage
03/04/2019 20:54
This album rules! 10/10 You must not know good music when you hear it. Absolutely a unique Black/Death metal album!

The real world: http://www.invisibleoranges.com/shabti-trembling-and-shorn-premiere/
Dantefever citer
Dantefever
23/03/2019 12:42
Je confirme qu'Unexpected Specter fait du super boulot. Il s'était proposé pour faire le logo de mon propre projet musical, et j'en suis ravi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shabti
Death/Black Progressif
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Shabti
Shabti
Death/Black Progressif - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Shrouded and Veiled  (05:33)
02.   Seven Billion Souls  (08:35)
03.   Sanctify  (07:30)
04.   The Oracle and the Architect  (03:43)
05.   My Doppelganger  (05:29)
06.   Below Deck  (11:17)

Durée : 42:07

parution
22 Mars 2019

Essayez aussi
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
Barús
Barús
Drowned

2018 - Memento Mori
  
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  
Kaleikr
Kaleikr
Heart of Lead

2019 - Debemur Morti Productions
  
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  

Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique