chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soundgarden - King Animal

Chronique

Soundgarden King Animal
Loin d’avoir rencontré le même succès que ses prédécesseurs, Down On The Upside a surtout engendré beaucoup de frustrations et de tensions du côté des quatre membres de Soundgarden qui, quelques mois plus tard, après une tournée mondiale que l’on devine éreintante autant physiquement que nerveusement, décidaient sans grande surprise de jeter l’éponge. Une cessation d’activité arrivée à point nommé puisque de toute façon le Grunge n’était plus ce mouvement excitant, frais et nouveau encensé par une presse carnassière qui déjà avait jeté son dévolu sur un autre genre en passe de devenir le phénomène d’une nouvelle génération plus jeune, davantage portée sur les baggys et les chaussures de skate que sur les jeans troués, les chemises à carreaux et les Doc Martens.

Cette séparation pour le moins inévitable aura permis de laisser le champ libre aux membres de Soundgarden partis ainsi vaquer à leurs propres occupations. Outre le début d’une carrière solo entamée dès 1999 avec la sortie de son premier album intitulé Euphoria Morning, Chris Cornell formera également en compagnie de quelques membres de Rage Against The Machine le groupe Audioslave avec lequel il rencontrera un énorme succès commercial. Matt Cameron sera quant à lui inviter à rejoindre temporairement les rangs de Pearl Jam suite aux soucis de santés rencontrés par Jack Iron à partir de 1998. Un remplacement qui sera finalement définitif puisque celui-ci continue encore aujourd’hui d’occuper ce poste. Quant à Kim Thayil et Ben Shepherd, ces derniers se feront beaucoup plus discrets, participant ainsi à divers projets impliquant notamment des membres des Dead Kennedys, Nirvana, Screeming Trees ou encore Black Sabbath.
Pendant treize ans, chacun trouvera ainsi à s’occuper jusqu’à ce que naisse finalement à nouveau le désir de jouer ensemble. Cette reformation annoncée à l’époque sur Twitter par Chris Cornell sera concrétisée par la sortie en 2010 de quelques singles et surtout d’une compilation intitulée Telephantasm: A Retrospective sur laquelle figure un morceau inédit issu des sessions d’enregistrement de Badmotorfinger, l’excellent "Black Rain" (retravaillé pour l’occasion). De nouveau en piste, le groupe annoncera en février 2011 avoir d’ors et déjà débuté l’enregistrement de son sixième album en compagnie du producteur Adam Kasper avec qui Soundgarden avait déjà collaboré à plusieurs reprises (et notamment sur Down On The Upside). Pour autant, il faudra plus d’un an et demi au groupe de Seattle pour finaliser King Animal dont la sortie officielle se fera finalement le 13 novembre 2012.

Alors forcément, lorsqu’un groupe revient sur le devant de la scène après plus de dix ans d’absence, on est naturellement en droit de se demander si cela en vaut véritablement la peine. Si le groupe ne risque pas de foutre en l’air en l’espace d’une petite heure tout son héritage et si surtout si ce qu’il fait à encore du sens aujourd’hui. En ce qui me concerne, il aura fallu attendre le décès de Chris Cornell et cette série de chroniques autour de Soundgarden pour que je me décide à écouter cet ultime album, préférant systématiquement me tourner vers les classiques du groupe, ceux qui ont accompagné mon adolescence au milieu des années 90. Pourtant, si j’avais lu les quelques interviews données par le groupe à l’époque de sa sortie, j’aurai pu comprendre qu’il n’y avait pas vraiment d’inquiétudes à avoir puisque ce dernier était annoncé par Kym Thayil comme une suite à Down On The Upside.
Et effectivement, King Animal est à ce titre une bonne surprise puisqu’il renoue avec le Soundgarden d’une époque aujourd’hui révolue. Certes, on sent bien tout au long de l’album que les quatre garçons de Seattle ont mûri, qu’ils abordent les choses avec plus de décontraction et surtout beaucoup moins de pression et que fatalement les choses ne sont plus vraiment ce qu’elles étaient mais en même temps il semble tout aussi évident que rien n’a vraiment changé et que ce qui faisait de Soundgarden un groupe à part dès la fin des années 80 continue quinze ans après son dernier album de marquer encore chacune de leur composition. L’album s’ouvre ainsi sur un "Been Away Too Long" dont le titre semble être un joli clin d’œil à cette longue absence. Un titre étonnamment très Rock pour une entrée en matière particulièrement rythmée qui d’emblée rassure sur les intentions du groupe. Les deux titres suivant s’inscrivent plus ou moins dans la même démarche puisque l’on retrouve pour notre plus grand plaisir cette batterie chaloupée, cette asymétrie caractéristique des compositions de Soundgarden, ces riffs lourds hérités de Black Sabbath qui apportent depuis toujours cette couleur Stoner Rock à la musique des Américains, ces délicieuses sonorités orientales toujours aussi bien intégrées à l’ensemble, cette atmosphère bluesy empruntée à Led Zeppelin et puis bien entendu cette voix inimitable toujours capable de vous filer des frissons à chacune de ses interventions. On ne va pas se mentir, ce retour (peu importe les raisons qui l’ont motivé), est une véritable bénédiction pour tous les amateurs de Grunge et notamment ceux qui n’ont jamais craché sur l’excellent Down on The Upside. Car ce disque en est effectivement la suite directe. Des titres comme "Non-State Actor", "A Thousand Days Before" ou "Blood On The Valley Floor" auraient aisément pu y figurer.
Pour autant, les quatre Américains ne sont pas sans sortir de leur zone de confort en s’essayant à des choses plus ou moins nouvelles à commencer par "Attrition" ses "Hou hou" et son tambourin tout droit sortis d’un album de Queens Of The Stone Age. Même constat en ce qui concerne "Halfway There", titre Soft Rock/Pop un peu trop cheesy pour un groupe comme Soundgarden et qui pourtant s’avère particulièrement sympathique. "Black Saturday" et ce saxophone que l’on n’avait plus entendu chez le groupe de Seattle depuis Badmotorfinger. "Eyelids Mouth" et son refrain aux sonorités étranges ou bien encore "Rowing" dont la première moitié prend des allures de complainte Delta Blues moderne et lancinante avant que les choses prennent encore davantage de lourdeur.

N’ayant pas misé un seul kopeck sur ce disque à sa sortie, je me régale aujourd’hui d’y trouver tout ce qui faisait le charme de Soundgarden à l’époque où le groupe choisissait de mettre fin à ses activités. Et c’est très probablement cette absence totale d’attentes à l’égard de ce sixième album qui me fait l’apprécier autant aujourd’hui. Dommage qu’il ait seulement fallu attendre le décès de Chris Cornell pour que je me m’y intéresse. En tout cas, si vous êtes de ceux qui apprécient particulièrement Down On The Upside mais que vous avez choisi de faire l’impasse sur ce disque parce qu’effectivement ces quelques albums qui ont marqué les années 90 vous suffisent amplement, je vous invite tout de même à y glisser une oreille attentive, vous pourriez être agréablement surpris.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soundgarden
Grunge
2012 - Vertigo
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (6)  7.85/10

plus d'infos sur
Soundgarden
Soundgarden
Grunge - 1984 † 2019 - Etats-Unis
  

vidéos
Been Away Too Long
Been Away Too Long
Soundgarden

Extrait de "King Animal"
  
By Crooked Steps
By Crooked Steps
Soundgarden

Extrait de "King Animal"
  
Halfway There
Halfway There
Soundgarden

Extrait de "King Animal"
  
Non-State Actor
Non-State Actor
Soundgarden

Extrait de "King Animal"
  

tracklist
01.   Been Away Too Long  (03:36)
02.   Non-State Actor  (03:57)
03.   By Crooked Steps  (04:00)
04.   A Thousand Days Before  (04:23)
05.   Blood On The Valley Floor  (03:48)
06.   Bones Of Birds  (04:22)
07.   Taree  (03:38)
08.   Attrition  (02:52)
09.   Black Saturday  (03:29)
10.   Halfway There  (03:16)
11.   Worse Dreams  (04:53)
12.   Eyelid's Mouth  (04:39)
13.   Rowing  (05:08)

Durée : 52:01

line up
parution
13 Novembre 2012

voir aussi
Soundgarden
Soundgarden
Superunknown

1994 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Ultramega OK

1988 - SST Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Badmotorfinger

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Down On The Upside

1996 - A&M Records
  

Essayez aussi
Alice In Chains
Alice In Chains
The Devil Put Dinosaurs Here

2013 - Capitol Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Dirt

1992 - Columbia Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
No Code

1996 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Yield

1998 - Epic Records
  
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Pisces Iscariot (Compil.)

1994 - Virgin Records
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique