chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Allegaeon - Apoptosis

Chronique

Allegaeon Apoptosis
Il était temps.
Temps que je m'attelle à un album que je n'attendais pas forcément. Eh oui, Allegaeon, c'est clairement un groupe que j'ai pioché au hasard il y a longtemps, qui tourne parfois au détour du random de ma collection numérique, et qui me plaît sans plus, à l'époque où j'étais tombé sur IRREVERSIBLE MECHANISM, BLACK CROWN INITIATE ou NEURAXIS : toute cette vague de Tech Death à gros accent mélodique et prog, il faut croire que le quintet du Colorado l'a bien étudiée, et a même participé à la constitution de cette tendance très 2010 de mixer le Tech le plus vif à des parties plus posées, sous des nappes de synthés éthérées, pour un rendu sonore à la fois clinique et organique, quand l'Homme et la Machine ne font qu'un...

Des éléments certes devenus clichés aujourd'hui mais qui font toujours recette, le dernier EQUIPOISE ne me donnant pas tort de ce côté-là.
Mais la comparaison avec le super band s'arrête presque là. Même si Allegaeon, après plusieurs modifications de line-up, propose un Tech Death bien plus posé que ce que la bande de Pittsburgh nous a pondu il y a quelques mois, on aura également une basse très présente : il suffit d'écouter le morceau introductif pour s'en rendre compte, puisqu'ici, la basse affirme son nom.

Mais, pour ce Apoptosis, Allegaeon semble bien vouloir composer du Metal moderne, s'inspirant par exemple de la touche sonore d'un KRIMH, à savoir mixer le gros poutrage technique, froid et métallique à un riffing chargé et des pistes additionnelles qui vont ajouter à la charge émotive de leur musique. Si on prend « The Secular Age », le break permet de conduire rapidement à quelque chose de plus martelé qui, au refrain, nous emmène sur du tremolo grandiloquent avec une batterie qui spamme la caisse claire. Le tout, vers un solo où la même batterie fait montre d'une diversité appréciable, finit de faire le lien avec Krimh qui apprécie tout à fait ce genre de mélanges et de mouvements.

Cette batterie est clairement un des poins forts du disque (à partir de 4:50 dans « Stellar Tidal Disruption », tu m'en diras des nouvelles !), mais il en va de même pour toute la clique instrumentale. C'est simple, toutes les phases de solos ou de ponts sont d'une justesse qui force le respect. En guise d'illustration, « Exothermic Chemical Combustion », en jouant à fond la carte de la modernité, déploie une superbe façon de mêler les pistes de guitares : il y a un soin apporté à la complémentarité entre elles et, surtout, à la façon dont elles articulent leurs phrases. Ceci crée un espace plein et des transitions sans accroc, comme un spectacle d'acrobates qui se déroule avec fluidité et enchaîne sans difficulté tout un ensemble de plans techniques. Puis j'apprécie beaucoup les idées mélodiques proposées ici, les riffs lourds ont quelque chose de puissant qui pulse dans les oreilles et dans le corps, là où les mélodies en majeur donnent une touche à la fois grandiose et sensible avec sincérité et justesse. « Extremophiles (B) » n'est pas en reste puisqu'elle aussi combine des intentions et des phases excellemment gérées, jusqu'à un solo simplement délicieux en terme de rythmique et de montée.

Mais un album de Prog, ce n'est pas seulement une écriture qui doit tenir en haleine, c'est aussi une ambiance, un voyage, d'autant plus lorsqu'il lorgne du côté extrême du Metal. On va le dire sans détour : la production est simplement impeccable. Outre la solidité des arrangements et des pistes en nappes sur l'ensemble du disque, on trouve des moments marquants avec des ponctuations qui viennent baliser le parcours. Sur « Tsunami and Submergence », c'est cette sacrée ambiance au début qui t'embarque, avec ce chant diphonique et cette montée en fondu avec « v'là les violons » parce que « c'est l'émotion ». Heureusement, le tout évite les écueils du sur-fait, et monte vers de beaux paysages sonores. De manière générale, un tel morceau témoigne du soin apporté à l'équilibre dans la musique, pour proposer à l'auditeur un périple prenant et varié, quitte à aller dans le chant clair (finalement assez peu présent, hormis sur la seconde moitié du disque, par moments, pour amorcer de nouvelles phases) qui finit d'enfoncer le pied dans le Prog.

Et comment ne pas évoquer un trio de tête au sein d'Apoptosis, afin de signifier cette idée du Prog balisé par des instants mémorables ?
« Metaphobia », d'abord. Grandeur et misère de l'Homme, voici une intro qui te l'annonce : tu n'es rien dans ce monde, mais voici que l'humain est capable de faire ce genre d'ambiances ! Oui, l'espèce humaine, dans son côté le plus bas, peut tutoyer les espaces célestes. Avec une écriture de la violence cousu de mains de maîtres, des growls bien douloureux qui s'accordent à merveille à la production impeccable du disque, tu atteins clairement des sommets. Ce morceau est ma sensation de l'album, car elle touche exactement où il faut, tout en mettant en avant une rare pertinence dans l'utilisation de la violence brute au service d'une musique riche et extrême dans les sensations qu'elle veut procurer. J'écoute ça, je suis galvanisé, je sens un souffle nouveau naître au fond de mon ventre, pour me donner envie de tout défoncer, et de me dépasser. Très bien joué !
« Stellar Tidal Disruption », ensuite. Le géant du Heavy se tient devant vous, et il vous prend pour que vous restiez juchés sur ses épaules. Comme pour « Metaphobia », on est là dans une thématique musicale qui me plaît bien, le fait de se sentir minuscule dans ce que la musique déploie de massif et d'immense. Je retrouve dans cet album le savoir-faire qui m'a rendu fou quand j'ai découvert BEYOND CREATION, avec cette touche extrême des premières fois où l'on est enthousiaste pour rien, mais tellement porté par ce que l'on écoute qu'on se sent plein, uni à quelque chose qui nous parle au plus profond. Le tout avec cette forte valence mélodique qui, forcément, m'évoque tout ce qu'il y a de céleste dans la musique, je suis refait !
Et, comme point d'orgue, le morceau ultime et éponyme du disque. Dix minutes qui compile tout ce qui été entendu de judicieux dans l'album, et qui permet de vraiment se rendre compte qu'on est face à un disque généreux duquel il ne faut pas passer à côté !

Alors, oui, il y a bien quelques ombres au tableau, tels que les morceaux « Interphase Meiosis » ou « Extremophiles (A) » qui sont un poil moins mémorables. Également, vu combien le reste assure, le chant peut paraître en dessous par rapport aux instruments, la faute à un growl assez habituel et convenu dans le genre (malgré un chant inhalé très discret que je vous laisse trouver) et un chant clair qui fait le taff, sans être oufissime. Mais, franchement, le reste est d'une telle teneur en technique, en mélodies, en riffs agressifs, en batterie variée, en plans instrumentaux saisissants... Voilà ! C'est bien cet adjectif qui précise au mieux ce que je pense d'Apoptosis.
En dévoilant ainsi un Metal progressif extrême et équilibré, Allegaeon pourrait bien satisfaire ceux qui n'ont pas apprécié le dernier Irreversible Mechanism. Il pourrait plaire également à ceux qui aiment RIVERS OF NIHIL, ARSIS ou VALE OF PNATH, avec l'utilisation des codes du Prog dans un contexte Death mélo et technique.
C'est simple, Allegaeon a compris que le sens de la mesure et de la diversité dans l'écriture font le sel du Prog. Et quand ceci est au service d'un trajet qui prend aux tripes en étant les deux pieds dans l'extrême, on a là une invitation au voyage qu'il faut saisir !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

donvar citer
donvar
13/05/2019 12:19
note: 8/10
Après maintes écoutes, très bon album, comme d'hab. C'est du Allegaeon, pas grand chose à redire Sourire
Les deux premiers restent mes préférés tout de même !
MoM citer
MoM
08/04/2019 10:50
note: 8/10
Il n'est pas encore sorti ! Il sortira la semaine prochaine Clin d'oeil
Mais en effet, si tu aimes les duos de guitares, mets-toi ça de côté bien au chaud Gros sourire
donvar citer
donvar
08/04/2019 10:38
note: 8/10
Un groupe que j'aime beaucoup, que je ressors quand je suis en manque de duos de guitares, surtout leurs deux premiers albums. Je n'ai pas encore écouté celui-ci, je vais corriger cette erreur !


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Allegaeon
Death mélodique, technique et progressif
2019 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (8)  8.23/10

plus d'infos sur
Allegaeon
Allegaeon
Death mélodique, technique et progressif - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Parthenogenesis  (02:14)
02.   Interphase // Meiosis  (05:08)
03.   Extremophiles (B)  (05:54)
04.   The Secular Age  (04:36)
05.   Exothermic Chemical Combustion  (04:43)
06.   Extremophiles (A)  (04:02)
07.   Metaphobia  (04:13)
08.   Tsunami and Submergence  (06:26)
09.   Colors of the Currents  (02:38)
10.   Stellar Tidal Disruption  (06:06)
11.   Apoptosis  (10:18)

Durée : 56:18

line up
parution
19 Avril 2019

Essayez aussi
With Passion
With Passion
What We See When We Shut Our Eyes

2007 - Earache Records
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
The Farthest Reaches

2010 - Good Fight Music
  
Endless Chaos
Endless Chaos
Paths To Contentment

2017 - Autoproduction
  
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave

2013 - Autoproduction
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Invade

2010 - Victory Records
  

Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique
Gruzja
Jeszcze Nie Mamy Na Was Pom...
Lire la chronique
Mortiferum
Disgorged From Psychotic De...
Lire la chronique
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report