chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vircolac - Masque

Chronique

Vircolac Masque
La sortie fin 2016 du EP The Cursed Travails Of The Demeter marquait pour les Irlandais de Vircolac une nette progression dans la construction de leur identité. A travers ces quelques titres, le groupe réussissait en effet à s’émanciper d’influences parfois trop évidentes tout en conservant pourtant cette part d’authenticité si cher à n’importe quel groupe proposant aujourd’hui une relecture moderne de ce que l’on appelle le Death Metal old school. Paru en mars dernier chez Sepulchral Voice Records et Dark Descent Records, ce premier album confirme sans grande surprise ce désir de tracer sa propre route et de proposer quelque chose qui n’appartient qu’à eux et cela malgré ces influences toujours aussi évidentes à déceler.

Mais avant toute chose, le groupe a dû faire face à quelques remaniements de line-up suite aux départs successifs de Karen Bobaron (remplacée par Jason Keane des excellents Sacrilegia) et de Jamie Grimes. Des ajustements vraisemblablement sans incidence même s’il aura tout de même fallu un peu moins de trois ans à Vircolac pour donner une suite de premier choix à The Cursed Travails Of The Demeter. Produit une fois de plus par Ola Ersfjord mais cette fois-ci aux Sun Studios de Dublin (Malthusian, Primordial, Cruachan...), Masque bénéficie d’un son âpre et rugueux mais aussi plus viscéral (ah les délices offerts par cette basse hyper saturée) et moins opaque que son prédécesseur qui va lui permettre ainsi de mettre davantage l’emphase sur les atmosphères de caveaux terreux et humides dont se délecte Vircolac depuis ses débuts.

Si je ne m’attendais pas à être particulièrement surpris par la tournure des événements, je reste tout de même étonné par ce "Titan" proposé ici en guise de préambule. En effet, jamais Vircolac ne nous avait encore habitués à un titre aussi direct et rentre-dedans. Il y a bien quelques petites séquences un peu moins soutenues à l’image notamment de ce break entamé à 3:58 mais dans l’ensemble le groupe irlandais fait preuve ici de bien peu de retenue fonçant ainsi têtes baisses pour nous offrir d’emblée un premier morceau particulièrement explosif. Et à y regarder de plus près, il semble que cela ne soit pas le seul moment où Vircolac fasse preuve d’autant d’intensité ("Tether & Wane" à 2:14 et 3:57, "So I Hang From A Wretched Tree" à 2:41, "Masque Of Obsequious Venality" à 2:49, les premières mesures de "The Long Trail").

A l’image de ce que l’on pouvait déjà trouvé sur The Cursed Travails Of The Demeter, la suite se fera beaucoup plus subtiles et nuancée (sauf en ce qui concerne le chant arraché et malveillant de Darragh O'Laoghaire), le Death Metal de Vircolac étant tout de même davantage tourné vers les mid-tempo que l’inverse. Et c’est bien en procédant de cette façon que les Irlandais ont réussi à cultiver cette identité qui est la leur, à travers une musique sombre, écorchée et bigarrée qui en appelle autant à Autopsy (ces accélérations foutraques à l’esprit Punk évident où la basse exulte, les baguettes rebondissent à toute vitesse et les médiators grattent encore et encore...) qu’au Tribulation de The Formulas Of Death ou The Children Of The Night (ces moments suspendus et élégants rappelant, notamment grâce à ce clavier discret, un certain esprit Victorien). Bref, Vircolac déroule sa formule posément en prenant grand soin d’élaborer des atmosphères particulièrement prenantes comme pour mieux nous embarquer dans les histoires qu’il nous raconte (celles de vampires, de loups garous ainsi que ces masques derrière lesquels nous nous cachons jusqu’à la mort…). Et si le résultat laissera de côté tout ceux en quête exclusive (rien à voir avec Bernard de la Villardière) de brutalité, il séduira les esthètes d’un Death Metal façonné pour correspondre à une certaine identité et duquel émane un esthétisme noir et en même temps très élégant (le break de "Titan" qui n’est pas sans rappeler Tribulation, l’introduction de "So I Hang From A Wretched Tree" suivi plus tard par ce pont où se fait entendre un piano déglingué, "Masque Of Obsequious Venality" sa tension omniprésente ainsi que cette séquence entamée à 4:05, cette mélodie étonnamment Pop entamée sur "The Long Trail" à partir de 4:15...).

Destinée aux seuls amateurs de Death Metal capables d’apprécier ce "manque" assumé de brutalité et cette recherche d’élégance et de subtilité, la musique de Vircolac n’a jamais fait l’unanimité. Certains trouvant la formule plutôt quelconque alors que d’autres s’ennuient profondément. En tout cas, ce qu’il y a de certain, c’est que les Irlandais ne versent ni dans le swedish worship, ni dans le Incantation worship ni même dans le Black/Death bestial ou à capuches. Et du coup, ça fait du bien de voir un groupe capable de proposer autre chose en traçant sa propre route et cela en faisant tout de même attention à ne pas trop s’éloigner du cadre relativement strict qu’impose ce genre qu’est le Death Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
13/06/2019 11:44
note: 8/10
Oui, clairement. C'est pas à leur avantage ici en France un tel nom...
Hallu citer
Hallu
13/06/2019 10:54
Me fait trop penser à Cacolac le nom...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vircolac
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (5)  8.7/10

plus d'infos sur
Vircolac
Vircolac
Death Metal - 2013 - Irlande
  

tracklist
01.   Titan  (06:01)
02.   Tether & Wane  (04:49)
03.   So I Hang From A Wretched Tree  (06:37)
04.   Masque Of Obsequious Venality  (06:36)
05.   Snake Among Man  (04:33)
06.   The Long Trail  (05:31)
07.   End Of A Beginning  (02:24)

Durée : 36:31

line up
parution
8 Mars 2019

voir aussi
Vircolac
Vircolac
Codex Perfida (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Vircolac
Vircolac
The Cursed Travails Of The Demeter (EP)

2016 - Sepulchral Voice Records / Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Amputory
Amputory
Ode To Gore

2015 - Xtreem Music
  
Corpsessed
Corpsessed
Corpsessed (EP)

2012 - Dark Descent Records
  
Drowned
Drowned
Idola Specus

2014 - Sepulchral Voice Records
  
Lvcifyre
Lvcifyre
Svn Eater

2014 - Dark Descent Records
  
Dismember
Dismember
Pieces (EP)

1992 - Nuclear Blast Records
  

Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique